Satires de Juvénal: de Perse et de Sulpicia, Zväzok 1

Predný obal
Maire-Nyon, 1831 - 318 strán (strany)

Vyhľadávanie v obsahu knihy

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 51 - Quelques crimes toujours précèdent les grands crimes : Quiconque a pu franchir les bornes légitimes Peut violer enfin les droits les plus sacrés : Ainsi que la vertu le crime a ses degrés; Et jamais on n'a vu la timide innocence Passer subitement à l'extrême licence.
Strana 242 - Mais fussiez-vous issu d'Hercule en droite ligne, Si vous ne faites voir qu'une bassesse indigne , Ce long amas d'aïeux que vous diffamez tous Sont autant de témoins qui parlent contre vous ; Et tout ce grand éclat de leur gloire ternie Ne sert plus que de jour à votre ignominie.
Strana 93 - Agréez , dit-il, ce qui est trop beau pour des foyers vulgaires. Que ce jour soit consacré au bon génie ; qu'à l'instant nettoyé, votre estomac se repaisse d'un turbot réservé pour votre siècle. Lui-même, il s'est fait prendre. > Brutale flatterie ! la crête pourtant lui dressait. Non , il n'est rien qu'ils ne puissent croire d'eux-mêmes ces rivaux des dieux , quand on les encense. Mais point de vase qui puisse contenir le poisson. On appelle donc au conseil les grands , objetde la haine...
Strana 240 - Fait paraître en courant sa bouillante vigueur ; Qui jamais ne se lasse, et qui dans la carrière S'est couvert mille fois d'une noble poussière : Mais la postérité d'Alfane et de Bayard, Quand ce n'est qu'une rosse, est vendue au hasard.
Strana 203 - Vectius ! tu as donc une poitrine de fer? Le voilà au milieu de ses nombreux disciples, occupé à foudroyer les cruels tyrans. Ce qu'il vient de lire assis, il faut, debout, qu'il le relise encore, redisant toujours les mêmes choses et dans les mêmes termes : indigeste et fastidieux refrain qui tue le malheureux professeur. Ne faut-il qu'apprendre l'art de traiter...
Strana 73 - Il ne survit pas un atome de tous ces plébéiens , évanouis comme un souffle. Cependant, au logis , chacun lave tranquillement les plats, ranime les brasiers, prépare les frottoirs , parfume le linge destiné au bain. Pendant qu'on se partage entre esclaves les soins du ménage, l'infortuné assis déjà sur la rive du Styx frémit, nouveauHic modifiai argenli : ineliora etplura reponit Pi'rsicus, orborum lautissimus , ut mcrito jam Suspectas , tanquatn ipse suas iucenderil tcdes.
Strana 182 - ... de tout autre chose que d'insulter à la déesse par un rire moqueur , comme l'ont entendu quelques interprètes.
Strana 136 - Formosam, nisi quae de Tusca Graecula facta est, De Sulmonensi mera Cecropis? omnia graece, Quum sit turpe magis nostris nescire latine.
Strana 216 - II a , sans rien savoir , la science en partage ; II a l'esprit , le cœur , le mérite , le rang , La vertu , la valeur, la dignité , le sang ; II est aimé des grands , il est chéri des belles : Jamais surintendant ne trouva de cruelles.
Strana 178 - C'est là que, dévouée à d'infâmes caresses, Des muletiers de Rome épuisant les tendresses, Noble Britannicus, sur un lit effronté, Elle étale à leurs yeux les flancs qui t'ont porté ! L'aurore enfin paraît, et sa main adultère Des faveurs de la nuit réclame le salaire.

Bibliografické informácie