Obrázky na stránke
PDF
ePub

Contemplez la société: c'est en l'observant d'un ceil attentif qu'on peut apprécier équitablement le système philosophique qu'on nous vante. La Religion, comme croyance,

étoit

partout, et son absence s'est fait sentir partout. Elle étoit dans le Gouvernement, pour veiller aux intérêts du peuple, et le protéger contre l'abus du pouvoir ou la tyrannie; elle étoit dans le peuple, pour veiller à la perpétuité du Gouvernement, et le protéger contre les entreprises de la multitude, ou l'anarchie; il résultoit de là que le Gouvernement étoit doux et fort, et le peuple libre et soumis. Mais la Religion n'a pas plutôt cessé d'être une croyance divine, que les Gouvernemens et les peuples, établis dans une sorte d'état deguerre, parce que le pouvoir sans contre-poids tend au despotisme, et l'obéissance sans sécurité à la rébellion, ont été contraints de se demander des garanties mutuelles , et de chercher leur sûreté dans des pactes illusoires, attendu que les infractions n'ont d'autre juge que les parties mêmes. Telle est la cause qui enfante en Europe cette foule de constitutions moitié monarchiques, moitié républicaines; véritables traités temporaires entre le despotisme et l'anarchie.

La Religion étoit encore dans les nations, comme ressort, comme une source d'énergie patriotique, où la société, dans les momens de crise, puisoit une force de résistance et de conservation infinie. Ce qui s'est passé de nos jours en Espagne, rend ceci bien sensible. On n'oubliera de long-temps ce

cri généreux inspiré par le Christianisme à tout un peuple: Mourons pour la cause juste! Et les nobles efforts de ce peuple croyant , pour

maintenir son indépendance, efforts

que

le succès a couronnés , et devoit nécessairement couronner, sont plus remarquables encore par le contraste de la foiblesse, on pourroit dire de la lâcheté de quelques autres nations. Ainsi la Religion, en forçant l'homme à obéir au pouvoir , assure la liberté des peuples; tandis

que l'incrédulité, dont l'indifférence est le dernier terme, en détruisant le principe d'obéissance, dispose à la servitude, et y conduit tôt ou tard.

La Religion intervenoit comme législatrice et comme arbitre dans toutes les transactions sociales. Le mariage lui devoit sa sainteté; et, après avoir affermi et consacré le fondement de la famille, elle la conservoit par un sage accord d'autorité et de dépendance. Toutes les institutions empruntoient d'elle quelque chose de moral; et, comme le pouvoir est nécessaire partout où il y a réunion d’êtres semblables, dans la plus petite école aussi-bien que dans le plus vaste empire, partout elle ennoblissoit l'obéissance par de sublimes motifs. Chose admirable! elle substituoit la vénération à l'envie, en montrant l'image de Dieu dans tout ce qui participoit à sa puissance. L'esprit de charité qui lui est propre, rapprochoit les rangs sans les confondre , et les bienfaits , la reconnoissance, formoient les doux liens qui les unissoient. De cette

[ocr errors]

sorte , et en détachant le Chrétien des intérêts temporels, elle lioit étroitement l'homme à l'homme, les familles aux familles, les générations aux générations, les peuples même aux peuples. Qu'a-t-on vu succéder à cet heureux état? Dans le mariage, une brutale dissolution, et l'anéantissement du lien conjugal transformé en convention temporaire; l'anarchie dans les familles, l'aversion de l'autorité dans les inférieurs, la dureté dans les grands, et dans tous l'égoïsme; la mauvaise foi dans les contrats, le mépris sacrilége des sermens, la

discorde des citoyens, et des haines de peuple à • peuple, qui rappellent les plus horribles époques de l'histoire.

La Religion enfin existoit dans les individus comme frein. Ce frein brisé, les actions

que

la loi ne sauroit atteindre, sont demeurées sans autre règle que les passions. Toute la morale a été écrite dans les

pages

du Code criminel: morale effrayante, dont le magistrat est le ministre, et le bourreau le vengeur. La distinction du bien et du mal commence au pied de l'échafaud , et là seulement finit le domaine de l'indifférence. On a dit à l'homme, la Religion est une invention de l'homme ; alors tout lui a paru des inventions humaines, même la société, même la justice ; et', se sentant assez grand pour n'obéir qu'à Dieu, il a rejeté dédaigneusement le joug de l'homme. De ce moment, les lois n'ont été pour lui que des obstacles, et des obstacles impuissans; car on n'échappe point à la

conscience, mais on peut échapper à la loi; et l'espérance d'y réussir est souvent telle , que, sans la crainte d'une vie future, il y auroit de la folie à s'abstenir de le tenter. La sagesse consiste uniquement à compenser le risque avec l'intérêt. Ainsi, non-seulement les vertus se sont évanouies, mais le crime, j'ai horreur de le dire, le crime, sans infamie comme sans remords, n'est plus qu'une simple combinaison de chances, une spéculation vulgaire, un calcul; moins que cela, un jeu dont l'enfance même amuse son oisiveté, et qui devient pour elle une habitude, avant que les passions en aient fait un besoin.

Tel est le résultat de la doctrine dont je viens d'esquisser l'histoire. Le monde la vue deux fois, et la dernière fois avec un caractère plus dangereux, étendre ses rayages chez des nations énervées et séduites. Il y a dix-huit siècles, elle disparut devant le Christianisme naissant : elle disparoîtra de nouveau devant le Christianisme pleinement développé, ou la société et le genre humain disparoîtront devant elle.

CHAPITRE III.

Suite du méme sujet.

On a yu dans le chapitre précédent, que le système dont on y expose l'origine et les effets, est un système funeste : nous allons prouver de plus que c'est un système absurde.

Sans Religion, point de société : la philosophie l'avoue ; mais qu'en conclut-elle ? que puisque la société n'a pu s'établir et se conserver qu'à l'aide des croyances religieuses, ce sont les législateurs qui ont inventé la religion. Demandez-lui qui sont ces législateurs à qui le genre humain est redeyable d'une si importante invention : elle n'en sait rien. Priez-la de nommer au moins un peuple chez qui l'on ait vu commencer la Religion , d'assigner à peu près l'époque de cette merveilleuse découverte : ses connoissances historiques ne s'étendent pas jusque-là. Si haut qu'elle remonte, elle trouve toujours une foi et un culte antérieurs, et tous les monumens de l'antiquité s'accordent à démentir ses conjectures.

On pourroit s'en tenir là, et lui dire : Vous ayancez un fait nouveau, un fait contraire à tous les documens de l'histoire , ainsi qu'à la tradition

« PredošláPokračovať »