Obrázky na stránke
PDF
ePub

CARMINUM

HORATII

LIBER QUINTUS,

SIVE

EPODON LIBER.

CARMEN II.

« Beatus ille qui procul negotiis,

Ut prisca gens mortalium, Paterna rura bobus exercet suis,

Solutus omni fenore!

ODES

D’HORACE.

LIVRE CINQUIÈME,

OU

LIVRE DES ÉPODES.

ODE II.

« Heureux qui vit loin des affaires, Qui, de ses mains, ainsi que les premiers mortels,

Cultive les champs paternels,
Exempt des tributs usuraires !

Nec excitatur classico miles truci;

Nec horret iratum mare;
Forumque vitat et superba civium

Potentiorum limina.
Ergo aut adulta vitium propagine

Altas maritat populos;
Inutilesque falce ramos amputans,

Feliciores inserit;
Aut in reducta valle mugientium

Prospectat errantes greges;
Aut pressa puris mella condit amphoris;

Aut tondet infirmas oves.
Vel, quum decorum mitibus pomis caput

Auctumnus agris extulit,
Ut gaudet insitiva decerpens pyra,

Certantem et uvam purpuræ,
Qua muneretur te, Priape, et te, pater

Sylvane, tutor finium!
Libet jacere modo sub antiqua ilice,

Modo in tenaci gramine :
Labuntur altis interim ripis aquæ;

Queruntur in sylvis aves;
Fontesque lymphis obstrepunt manantibus,

Somnos quod invitet leves.
At, quum tonantis annus hibernus Jovis

[ocr errors]

Son sommeil n'entend point les trompettes guerrières;
Sans crainte il voit des flots le choc tumultueux,

Fuit des grands le seuil orgueilleux
Et du Forum les luttes journalières.

Son bonheur est de marier
Le pampre qui grandit au svelte peuplier,

De retrancher une branche inutile,
Et de greffer l'espoir d'un rameau plus fertile.

Il suit de l'ail, dans un étroit vallon,
Ses troupeaux mugissants, errant à l'aventure,
Soulage ses brebis du poids de leur toison,

Ou dans l'argile la plus pure
Renferme le nectar que l'abeille

procure. Quand l'Automne paraît, levant sur nos jardins

Sa tête de fruits couronnée,
Comme il aime à cueillir la poire que ses mains

Avec art ont écussonnée,
Et la grappe, à la pourpre empruntant ses couleurs,
Doux présents qu'il vous offre, à vous, dieux protecteurs,

à
Dieux des champs, de nos droits gardiens et défenseurs !
Sur un tapis de mousse, à l'ombre d’un vieux chêne,
S'assied-il? tout l'invite aux douceurs du repos :

Le frais murmure des ruisseaux,
L'eau que laisse échapper la bruyante fontaine,
Jusqu'à l'oiseau qui chante, et dit aux bois sa peine.

Mais quand l'ordre de Jupiter

[ocr errors]

Imbres nivesque comparat,
Aut trudit acres hinc et hinc multa cane

Apros in obstantes plagas;
Aut amite levi rara tendit retia,

Turdis edacibus dolos;
Pavidumque leporem et advenam laqueo gruem,

Jucunda captat præmia.
Quis non malarum, quas amor curas habet,

Hæc inter obliviscitur?
Quod si pudica mulier in partem juvet

Domum atque dulces liberos,
Sabina qualis, aut perusta solibus

Pernicis uxor Appuli,
Sacrum vetustis exstruat lignis focum,

Lassi sub adventum viri;
Claudensque textis cratibus lætum pecus,

Distenta siccet ubera; Et horna dulci vina

promens

dolio, Dapes inemptas apparet : Non me Lucrina juverint conchylia,

Magisve rhombus, aut scari, Si quos

Eois intonata fluctibus

Hiems ad hoc vertat mare;
Non Afra avis descendat in ventrem meum,

Non attagen Ionicus

« PredošláPokračovať »