Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

" ..

l-14

l » à Nouvelles
especes

ngt- frator
DaTI'C3
qu'or
C

[graphic]
[graphic]

171r. bénir S. A. R. qui augmenta alors sa Garde de cent Hommes. Mais ce qui acheva de les charmer, fut la nouvelle que le Duc Régent alloit leur procurer la présence de leur Roi, & qu'il avoit envoié à Paris Monsieur d'Aguesseau, accompagné d'un Inspecteur des Bâtimens Roiaux, avec ordre de visiter les appartemens du Louvre, & d'y ordonner les réparations & ameublemens nécessaires pour LouïsXV. & - pour la Cour.

# PoUR comble de satisfaction,la conpour to - fiance qu'on ne devoit pas s'attendre * de voir renaître de long-tems en France, paiut ranimée par un Arrêt du 12. Oétobre, qui fixa pour toujours

le prix des Especes d'or & d'argent. VERs le même tems, S. A. R. fit demander à la République de Venise les noms des Sujets de France, qui avoient de l'argent à la Banque de cette Ville, & on examina les Mémoires du fameux Banquier Samuel Bernard, pour savoir les sommes qu'il avoit envoiées dans les Païs étrangers, & par quels ordres il en avoit expedié

les lettres de change.

raitons A Lo R s le Prince Régent s'étant * apperçu des malversations faites dans l'Ad

l'administration des deniers Royaux,
fit travailler à la recherche de ceux
qui les avoient eus en maniement. Le
Sieur Regnault, Receveur des Tailles
de la Géneralité de Paris, se trouvant
avoir gagné beaucoup de bien sur mer,
fut taxé à cent mille livres, qu'il paia
sans contestation.Ce début donna occa-
sion à un plan pour tirer des sommes
considerables, tant des Fermiers que
des Traitans qui avoient fait des profits
immenses au préjudice du Public, de-
puis l'année 1689. jusqu'alors.
CE Projet porta l'alarme chez un
grand nombre de personnes, qui n'a-
voient pas diminué leur fonds en ma-
niant les Finances. Plusieurs effraiez
de la feverité du nouveau Minis-
tere, jugerent à propos de s'absen-
ter , pour éviter la recherche qu'on
faisoit d'eux. Mais leur fuite n'empê-
cha pas S. A. R. de ramasser dans les
bourses des autres des sommes prodi-
gieuses, qui se trouvèrent par ce moien
lui appartenir.

[ocr errors]

ON vit arriver dans ce tems là, à Nouvelles l'Hotel de la Monnoye de Paris,vingt-† / ppees, quatre charettes chargées de barres d'argent & de lingots d'or , qu'on CI]

[ocr errors]

Chambre du Roi. Le Duc de Bouillon se démit de son Gouvernement du Maine, en faveur du Marquis de Fernac son Fils. Celui de Simiane, qui étoit premier Gentilhomme de la Chambre du Duc d'Orleans, eut la Charge de Lieutenant-General de Provence, que la mort du Comte de Grignan laissa vacante. Il eut aussi un Brevet de retenue pareil à celui du défunt, qui étoit de deux cent mille livres. Le Comte de Simiane, Mestre de Camp de Cavalerie, & Brigadier des Armées de Sa Majesté, fut fait Premier Ecuyer de feu Madame. Monsieur Bontemps, Gouverneur des Thuilleries, & Capitaine des Chasses de la Varenne du Louvre, obtint du Roi la survivance de sa Charge pour son Fils. L'INTENDANcE de Dunkerque fut †. réunie à celle de Flandre.Cependant on §ans en démembra les Châtellenies de Va-† lenciennes & de Condé, pour lesjoin- dre à celle de Maubeuge. L'Intendance de Berri fut jointe à celle du Bourbonnois , & celle du Béarn à celle de Bourdeaux. Le reste des Intendances ne furent point exemtes du changement qui se fit alors. Les Invalides

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »