Obrázky na stránke
PDF
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

lets en execution, paiables sans in-
terêt. -
I L étoit dû à Madame Roiale de
Savoie, aux Electeurs de Baviere &
de Cologne , aux Sieurs Bernard &
Hogguers , & à d'autres Banquiers ;

[ocr errors]
[ocr errors]

Roial. .. Le Sieur le Gendre eut or

· dre de faire les Billets sans interêts.

-

IL en fit d'autres pour partie de
ces Assignations, paiables en promes-
ses de Gabelles & rentes viageres.
LE Sieur de Meuve, Banquier, fit
une avance de 6oooooo. livres pour
les Troupes, pour la valeur desquelles
le Sieur le Gendre lui fit ses Billets
avec interêt.
PLUsiEURs autres Banquiers,Agens
-I 7 du

1716.

du Clergé, & divers particuliers aiant
proposé de faire des avances, partie
en argent, & partie en Assignations,
tirées depuis la Declaration du sept
Octobe 171o. on accepta differentes
propositions , on en 1ejetta un plus
grand nombre, parce qu'on n'accepta
que celles qui parurent les plus avan-
tageuses pour le Roi , & les moins
utiles aux proposans ; le Roi même
s'expliqua assez nettement sur ces pro-
positions, & dit que si les Proposans
trouvoient quelque profit sur le Pa-
pier, c'étoit au moins un bien pour
son service de trouver de l'argent
pour les depenses, & d'acquiter en
même tems des Dettes.
IL faut observer, qu'à l'égard de
toutes les avances faites, partie en ar-
gent & partie en Papier, on n'a don-
né dans les interêts que pour l'argent,
& on n'en a point passé pour le Pa-
pier.
ON se proposoit d'acquitter les
Dettes du Sieur le Gendre, non en-

[ocr errors][ocr errors]

le Gendre, tous les Fonds dont on 1716,

put s'aider pour les besoins des Troupes & de l'Etat ; entr'autres celui de 16ooooo. livres destiné pour le remboursement des paiemens des Rentes : qui étant resté inutile entre les mains du Sieur de la Garde, auroit diminué du tiers par les rabais indiquez du prix des especes. I L fut emploié à paier les Gardes du Corps & les autres Troupes. D E s Fermes unies, un Million fut emploié pour le comptant du Roi, & autres depenses pressées & privilegées. - S1 on entre dans les attentions que demandoit la situation fâcheuse des Finances , on conviendra de deux choses. LA premiere, qu'étant réduit aux seuls emprunts pour la manutention de l'Etat, il faloit un autre canal que celui des Gardes du Tresor Roial pour faire les Negociations. L A deuxième , qu'on # a apporté toute l'économie & tous les menagemens possibles par rapport aux tems & aux conjonctures des affaires genc' rales. - ON peut ajouter, que cette Caisse :^

1716. a été dirigée avec tant de soins & d'ar

[ocr errors]

falut faire pour trouver les Fonds pro-

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

L E s changemens arrivez par la

mort du Roi , n'ont pas permis de rendre le travail parfait pour l'an

née 1714. & les huit premiers mois de 1715. tous les regîtres aiant été re

[ocr errors]

me de 15332o1176.
CE qui revient année
commune à 2 I9o23o27-

L E s revenus ordinaires joints au dixieme & à la Capitation, n'ont pro- | duit

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »