Obrázky na stránke
PDF

Janvier suivant pour trois livres dixhuit sols neuf deniers , le premier Fevrier pour trois livres quinze sols, & le premier Mars pour trois livres dix. L'année finit par divers Reglemens de Police. Le premier portoit que les maisons publiques où on mange seroient fermées, l'hiver à huit heures , & l'été à dix. Il étoit défendu par le second aux gens de Livrée François ou autres de porter des Cannes ou des Armes. Le dernier ordonnoit, que le Guet seroit doublé, & que les Soldats aux Gar

[ocr errors]
[ocr errors]

A

1716.

1717.

[merged small][ocr errors]

& il pa ut en peu de jours une hui-
tieme liste, qui contenoit les noms
d'environ deux cens perionnes, dont
la taxe montoit à trente-deux mil-
lions , & une neuvieme qui montoit
à huit m.illions.
C'É T o IT là un triste commence-
ment d'année pour les Gens d'affaires.
Il n'en fut pas de même des person-
'ncs qui avoient l'honneur d'appartenir
à Madame la Duchesse de Berry. El-
les se sentoient toûjours de la tendre
affection de S. A. R. pour cette
Princesse, & l'Abbé de Castries ne-
veu du seu Cardinal de Bonzi l'é-
prouva entre autres. Le Duc Ré-
gent lui accorda l'Archevêché de
Tours, & l'admit dans le Conseil de
Conscience. ·
L'AFFAIRE des Piinces du Sang

[ocr errors]

Princes Le

·

gitimez.

publication d'un Mémoire, dans lequel les Princes Legitimez se proposoient de démontrer, Que les Princes Legitimes n'étoient point en droit de demander la révocation de l'Edit & de la Déclaration du Roi , parce qu'ils n'y avoient aucun interêr. Que le feu Roi n'avoit pas excedé son pouvoir, en accordant aux Princes

Legitimez le titre & les prérogatives 1717.
de Princes du Sang. Qu'il n'avoit
point agi contre la Loi fondamentale

. . de l'Etat, en les appellant à la CouC: ronne, au défaut des Legitimes. En | # dernier lieu , que ce même Edit ne

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »