Obrázky na stránke
PDF
ePub

1715:

Vous porterez toute votre attention à prévenir & borner l'autorité » que les Officiers des Jurisdictions,

& les personnes puissantes exercent sur les Collecteurs, pour

re

procu» rer à eux, ou à leurs Fermiers, des

cottes mediocres, & faire rejetter ; sur les autres Habitans la Taille

qu'ils devroient supporter. C'est de » là que sont venuës les Nonvaleurs,

la difficulté dans les Recouvremens, les contraintes pour les foliditez

enfin la ruine de plusieurs Taillas bles. Ce pouvoir injuste a eu des

fuites trop malheureuses pour le laisser plus long tems.

LA multiplicité des Officiers créez depuis plusieurs années, & les differens Privileges de Noblesle, & d’Exemption de Taille , , qui

étoient attribuez à leurs Offices, 9 ayant beaucop contribué à surchar» ger les Taillables, dont j'ai lcs in.

terêts extrêmement à ceur la » suppression qui a été faite d'une par.

tie de ces Offices doit tourner à leur décharge. AinG il est de votre

devoir de taxer d'Office ces Offi. g's ciers supprimez à une cotte juste

[ocr errors]
[ocr errors]

& proportionnée à leurs Biens, sans 1715. néanmoins les surcharger.

DESIRANT au surplus de rendre » publique l'intention que j'ai de tra

vailler au soulagement des Peuples
fatiguez depuis plusieurs années par

differentes impositions, & voulant » que tous les Sujets zélez me puis

sent fournir des avis pour remédier » aux abus qui se sont commis juf

qu'à présent, je souhaite que vous s, envoiiez des copies de cette Lettre s, aux Syndics ou Marguilliers de touw tes les Paroisses de votre Générali„ té, afin que personne n'ignore quely les font mes dispositions à cet é

9 gard.

TRAVAILLEZ donc inceffamment » à ce que je vous mande. Donnez 9 moi des marques de votre zele. Exas, minez les differens inconvéniens qui » arrivent dans l'imposition de la Tail

le, les abus qui s'y commettent, &

les remedes qu'il convient d'y ap. » porter, pour rendre aux Sujets du

Roi la justice qu'ils attendent. Vous m'engagerez par là à vous donner auprès de Sa Majesté des marques de ma protection, & de la bienveillance particuliere que j'ai pour

1

BS

[ocr errors]

harnois,

1715. » vous. Je suis, Monsieur de Beau

votre affectionné Ami. » Signé Philippe D'ORLEANS,

Cette Lettre, dont Monsieur de Beauharnois fit d'abord répandre des Copies, fic cesser le désordre , qui regnoit depuis plusieurs années dans beaucoup de Provinces. Il auroit été à fouhaiter que la fortune eût répondu de même dans le reste à la sage conduite & aux bonnes intentions du Duc Régent. Ses beaux projets amusoient la douleur des Amigez , & faisoient esperer un bien qui ne devoit pas arriver, puisqu'il est encore à venir.

Mais si les choses ne réussirent pas qui ren. en tout à la fatisfaction du Roiaume ke Thre- & de Son Altesse Roiale, il rentra

cependant dans le Thrésor des sommes affez considerables pour remettre bien des choses sur un meilleur pied. Il fut permis aux Collecteurs des taxes de recevoir les anciennes especes d'or & d'argent sur le pied de leur valeur intrinleque. Un Edit ordonna à toutes personnes qui étoient chargées des Billets tirez sur le Thresor Général de l'Extraordinaire des Guerres par Mon: sieur Grancy de les envoyer à Monfieur le Blanc, afin qu'il discernât les

Sommes

trent dans

les.

faux des véritables. Le Tireur de ces 1715 Billets avoit été Thrésorier des Trou. pes à Maubeuge , & s'étoit enfui dans les Païs Etrangers, après avoir dissipé une grande partie des deniers qu'on lui avoit confiez. Son Altesse Roiale ordonna ensuite à Monsieur Desma. rets de fournir au commencement de l'année suivante douze millions pour être emploiez à l'usage du Public. On joignit à ce commandement une défense de sortir de Paris jusqu'à ce qu'il eut rendu ses comptes. Monsieur de Bercy , fun Gendre, qui étoit à Rouen, fut averti d'y demeurer jusqu'à nouvel ordre.

Le Régent ne se borna 'pas à ces Réforme foins. Pour diminuer en même temps des Trom:

. la dépense, les deux Compagnies des Mousquetaires s'étant assemblées le vingt-quatre de Novembre, par ses ordres, il leur fir déclarer que le Roi réformoit cent Mousquetaires , par Compagnie , de sorte que des deux cens cinquante hommes qu'elles é. toient composées alors, elles furent reduites à cent cinquante. La réforme des Gardes du Corps fut de quatre cens quatre-vingt hommes, & celles des Suisses de quarante par Como

B6

pagnie

4715.

pagnie, ce qui faisoit déja cinq mille hommes de moins. Les Compagnies des Gardes Françoises furent réduites à cent dix hommes de cent vingt-six qu'elles étoient. La Gendarmeric fut diminuée de dix hommes par brigade, & la Cavalerie de dix Maitres. Excepté quatre Regimens du Roi & de la Reine, les Dragons furent tous démontez. Les Carabiniers demeurèrent comme ils étoient. En un mot, la Réforme le monta à près de ving!

cinq mille hommes. Charges

Comme le Maréchal d'Harcourt se donnces. démit alors de la Charge de Capitai.

ne des Gardes du Corps, le Due d'Orleans jugea à propos de la donner à son Fils. Monsieur de Ruffec, Lieutenant Général des Armées du Roi , fut nommé Sous - Gouverneur de Sa Majesté. Le Duc Régent fit le Chevalier d'Asfeld Controlleur Gé. néral des Fortifications, à la place de Monsieur le Pelletier de Sousy, & Membre du Conseil de Guerre. Le Marquis de Bonac cut ordre de partir pour son Ambassade de Constantinople. Monsieur Buys, Ambassadeur des Etats Generaux des Provinces Unies, eut son audience de congé

du

« PredošláPokračovať »