Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

„, cependant exclure d'autres fens or• 1716.

thodoxes & conformes à la laine », Théologie, que l'on pourroit pro* pofer. Plusieurs d'entre nous pour

ront vous afsurer, que ce fut l'el» prit de l'Assembléc de 1714.

» QUELQUES-UNs de nos Confreres » ont été plus loin, & ne croiant

pas que les Explications dressées dans l'Affemblée, fussent pleinement

fuffifantes pour mettre la Vérité à
,, couvert, ils ont fuppléé par de

nouvelles Explications qu'ils ont
ajoûtées à l'Instruction Pastorale.
Enfin d'autres Prélats , fans adop-

ter & fans modifier cette , Inftruc-
„ tion, ont présenté à leurs Peuples
» des Instructions differentes,

Nous éprouvons tous les jours les , malheureux effets de cette diversité

de conduite. Les Hérétiques en
» prennent occasion d'insulter à l'E.
» glise, comme si cette espéce de di-
„ vision que l'on remarque entre les

Pasteurs, renversoit les argumens fi
folides

que Nous leur avons propo-
fez tant de fois pour les convaincre
de la néceflité d'une Autorité visi.
ble & infaillible, qui ferve de régle
de foi. Cetoe différence d'express

5

[ocr errors]

1716.97

Lions & de conduite entre les Par „ teurs, diminuë la confiance des Peu

ples à notre égard , fcandalise les Nouveaux Convertis encore foibles dans la foi, entretient le trouble &

la division dans les Facultez de » Théologie, & favorise enfin la li

cence des interprétations arbitrai„ res, que des esprits téméraires don

nent tous les jours à la Constitution

par

des vues toutes opposées, les unes pour l'éluder, & les autres

pour en abuser.

[ocr errors]

» Mais, Monseigneur , quelque confidérable

que ce mal soit en lui. 9 même, il n'est pas néanmoins aufli » grand , ni aussi difficile à guérir, „ que les Ennemis de l'Eglise vou

droient le faire croire.
„ S'il y a eu entre les Evêques

quelque division sur la nécessité des » Explicaticas, & sur la manière de

les donner ; fi cette Division n'a ,, pû s'éteindre jusqu'ici, parce que

n'étant point affemblez dans un

Concile , nous n'avons pas le droit ► d'obliger nos Confreres , quoi qu'en

plus petit nombre, d'adopter nos

sentimens, & de se conformer à > notre conduite: Au milieu de cette

90

[ocr errors]
[ocr errors]

es

[ocr errors]
[ocr errors]

diversité apparente,

nous avons néarmoins la consolation de pouvoir

1716. ,, dire, que nous avons tous la même ; Foi, le même zèle contre l'Erreur,

le même amour de la Paix & de

l'Unité, & que nous sommes tous » pénétrez du même respect pour le

Saint Siége. "

C'est ce respect même 'qui nous persuade, après avoir fait de» puis longtems de grandes & sé

rieuses réflexions sur une matiére fi
„ importante, que le moien le plus
» propre à rétablir une entiére uni-

formité entre les Pasteurs est de re-
courir au Pape, pour lui deman-

der des Explications de la Consti-
„ tution, qui mettent en évidence

son véritable fens, & qui puissent
réünir tous les Evêques. Nous

avions espéré d'abord que les Ex-
„ plications dressées dans l'Assemblée,
» qui nous ont paru, & qui nous pa-

roissent encore suffisantes pour les
besoins de nos Diocéses, produi-
roient un fi grand bien
elles l'auroient produit en effet, fi
tous les Evêques en avoient jugé

de même, & s'ils les eussent tous
» adoptées de la même maniére.
Tome. 1.

C

MAIS

[ocr errors]
[ocr errors]

comme

[ocr errors]
[ocr errors]

1716.

[ocr errors]

MAIS puisque nos espérances ont été trompées, & que

les Prélats se sont partagez sur un ou deux points, le desir de voir l'unanimité rétablie entre les Evêques de France, nous engage à proposer à V.A. R. le recours au Saint Siege, comme un moyen très - canonique

& très - proportionné aux besoins » pressans de l'Eglise.

Nous espérons, Monseigneur, du zèle de l'Union, & de la charité du Pere Commun, qu'il ne re

fusera point de nous donner la Paix » par une voye si réguliére, si ho

le Saint Siege, & fi autorisée dans la Tradition, par des » exemples célebres que nous pour» rions expliquer à V. A. R. Ĝi elle le jugeoit à propos.

Nous ne croions point que Sa Sainteté puisse soupçonner que cette demande soit faite dans la vûë d'éluder sa Constitution, ou de chercher des prétextes pour soûtenir les erreurs condamnées. Nous nous flatons que les marques écla

tantes de soůmission pour le Saint » Siége, que nous avons déja données „ par l'acceptation de la Constitu

norable pour

[ocr errors]

» tion,

[ocr errors]

que

tion, dans laquelle Nous perfiftons 1716. toûjours, seront propres à convaincre le Pape que nous ne desirons aujourd'hui de voir la Constitution expliquée par la même Au

torité dont elle est émanée » pour être plus en état de reünir j, tous les esprits par une acceptation

Gncére & uniforme du Decret * Apoftolique, & de bannir à jamais » toutes les mauvaises interprétations „ que les différens Ennemis de l'E. » glise affectent de donner à la Con

Ititution.

» MAIS, Monseigneur , notre „ principale confiance pour le succès

de cette affaire, est fondée sur la
Protection que nous vous supplions
de nous accorder. Hé! que ne

devons-nous point espérer, si Vo>> tre Altesse Royale veut bien ap„ puier auprès du Pape nos juftes „ demandes, du poids de cette Au» torité toûjours réglée par la Sages

se & par la Justice, qui vous a déja , concilié la vénération des Etran» gers, aussi bien que l'amour de » tous les sujets du Roi!

„ Que si, contre nos espérances,
Sa Sainteté ne jugeoit pas à propos

d'en

C 2

« PredošláPokračovať »