Coresus & Calirrhoé. Odes d'Anacréon. Poesies de m.d.L.F. [i.e. monsieur de La Fosse

Predný obal
Par la Compagnie des libraires associés, 1747
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 100 - L'Homme eut la prudence en partage, Et la Femme fragile , où fut fa fureté ? Que reçut- elle".
Strana 193 - Soit quand la trifte nuit vient régner à fon tour. Et quand tout eft caché fous fes nuages...
Strana 203 - Qui pour lors vint à me frapper , Sur mes pieds chancelans fe foutenoit à peine; Et tout ce que je pus rempli d'un tel effroi, Ce fut de me cacher , retenant mon halaine, Derriere un arbre épais que je vis près de moi.
Strana 213 - Ont fait le plus beau lieu de toute la nature. Dans tout le bois en un moment Courut de bec en bec , la nouvelle certaine Qu'il venoit d'arriver une Parifienne , Jeune, & dit on, d'un air charmant.
Strana 193 - Echo , feule fenfible à mes vifs déplaifirs , Dans un antre voifin imite mes foupirs. Souvent du haut d'un roc élevé dans la nue , Vers le vafte Océan tournant ma trifte vue , Aux vents, aux flots , aux Dieux j'adreflê ces difcours Répétez mille fois , & méprifez toujours.
Strana 209 - A mes défirs éteints en corrompt la douceur. Je ris de ces Amans , dont l'âme opiniâtre Contre un objet cruel fait gloire de combattre, Qui veulent que la glace irrite leurs ardeurs , Et goûtent mieux un bien aflaifonné de pleurs.
Strana 115 - Thebaines , Un autre les feux d'Ilion. Moi je ne chante que mes peines. Jamais aucune nation , Ni fur la mer , ni fur la terre , Ne me vint déclarer la guerre. De deux beaux yeux partent les traits , Dont mon cœur amoureux eft bielle pour jamais.
Strana 224 - La raifon devant vous fonge à garder une âme , Votre voix , belle Iris , par les fons les plus doux, Endort fa vigilance , & trompe fes allarmes , Tandis que vos yeux pleins de charmes Percent nos cœurs de mille coups.
Strana 101 - L'autre jour à ma porte on vint faire du bruit. Du lit, où je dormais dans une paix profonde, Je crie, en sursaut réveillé, " Quel bruit fait-on là-bas ? Qui frappe de la sorte ? " " C'est moi, c'est un enfant tout transi, tout mouillé," Dit-on,
Strana 210 - Perd chez vous ce qu'ailleurs on y trouve de rude. Plus d'un cœur en fecret envioit ma prifon. Une cage toujours propre , toujours couverte De fleurs , félon la faifon , Et qui m'étoit toujours ouverte...

Bibliografické informácie