Obrázky na stránke
PDF
ePub

DES ARGILES DES GLAISES. L'ARGILE, comme nous venons de l'avancer, doit son origine à la décomposition des matières vitreuses qui, par l'impression des élémens humides , se sont divisées, atténuées & réduites en terre. Cette vérité est démontrée par les faits, 1.° si l'on examine les cailloux les plus durs, & les autres matières vitreuses exposées depuis long-temps à l'air, on verra que leur surface a blanchi, & que dans cette partie extérieure le caillou s’est ramolli & décomposé, tandis que l'intérieur a conservé sa dureté, fà sécheresse & sa couleur. Si l'on recueille cette matière blanche en la raclant, & qu'on la détrempe avec de l'eau, l'on verra que c'est une matière qui a déjà pris le caractère d'une terre spongieuse & ductile, & qui approche de la nature de l'argile ; 2.° les laves des volcans & tous nos verres factices de quelque qualité qu'ils soient, se convertissent en terre argileuse (a); 3.° nous voyons les sables des

(a) « Une partie des laves de la Solfatare (près de Naples) est » convertie en argile, il y a des morceaux dont une partie est encore » lave & l'autre partie est changée en argile .... On y voit encore » des schorls blancs en forme de grenat, dont quelques-uns sont éga» lement convertis en argile.... Ce changement des matières vitreuses » en argile par l'intermède de l'acide sulfureux (ou vitriolique ),

qui les a pénétrées, en quelque façon disfoutes , est sans doute un phénomène remarquable & très-intéressant pour l'Histoire Naturelle » Lettres de M. Ferber , sur la Minéralogie, page 259.

>

granits & des grès, les paillettes du mica , & même les jaspes & les cailloux les plus durs se ramollir, blanchir par l'impression de l'air, & prendre à leur surface tous les caractères de cette terre ; & l'argile pénétrée par les pluies, & mêlée avec le limon des rosées & avec les débris des végétaux, devient bientôt une terre féconde.

Tous les micas, toutes les exfoliations du quartz, du jafpe, du feld-spath & du schorl; tous les détrimens des porphyres, des granits & des grès, perdent peu-à-peu leur sécheresse & leur dureté ; ils s'atténuent & fe ramol

Nota. M. Ferber ajoute qu'une partie de cette argile est molle comme une terre, & que l'autre eft dure, pierreuse & assez semblable à une pierre à chaux blanche; c'est vraisemblablement cette fausse apparence qui a fait dire à M. de Fougeroux de Bondaroy (Mémoires de l'Académie des Sciences, année 1705), que les pierres de la Solfatare étoient calcaires. M. Hamilton a fait la même méprise; mais il paroît certain, dit le favant Traducteur des Lettres de Ferber , que le plancher de la Solfatare & les collines qui l'environnent, ne sont composées que de produits volcaniques convertis par les vapeurs du soufre en terre argileuse:

terre argileuse: « Je possède moi – même, ajoute M. le baron de Dietrich, un de ces morceaux moitié lave & moitié argile; & cette argile étant travaillée a souffert les mêmes épreuves de ce l'argile ordinaire.... On trouve dans la montagne de Poligni , à deux ce lieues de Rennes en Bretagne, une terre argileuse blanche ou colo-ce rée, qui ne diffère en rien de celle de la Solfatare; on la nomnie as mal- à - propos craie dans le pays.... Aux endroits où les vapeurs « sulfureuses sortent encore, cette argile est aussi molle que de la es farine; on peut y enfoncer un bâton sans trouver de fond, &c à mesure que l'on s'éloigne de l'endroit des vapeurs, la terre est ce plus raffermie ». Note de M. le baron de Dietrich, page 257 des Lettres de M. Ferber.

[ocr errors]

lissent par l'humidité, & leurs molécules deviennent à la fin fpongieuses & ductiles par la même impression des élémens humides. Cet effet qui se passe en petit sous nos yeux, nous représente l'ancienne & grande formation des argiles après la première chute des eaux sur la surface du globe: ce nouvel élément saisit alors toutes les poudres des verres primitifs ; & c'est dans ce temps que se fit la combinaison , qui produisit l'acide universel par l'action du feu , dont la terre & l’eau étoient également pénétrées, puisque la terre étoit encore brûlante & l'eau plus que bouillante.

L'acide se trouve en effet dans toutes les argiles , & ce premier produit de la combinaison du feu , de la terre & de l'eau, indique assez clairement le temps de la chute des eaux, & fixe l'époque de leur premier travail; car aucune des antiques matières vitreuses en grandes masses, telles que les quartz, les jaspes , ni même les granits , ne contiennent l'acide? par conséquent aucune de ces matières, antérieures aux argiles, n'a été touchée ni travaillée par l'eau, dont le seul contact eût produit l'acide par la combinaison nécessaire de cet élément avec le feu qui embrâsoit encore la terre (b).

L'argile (b) Cette origine peut seule expliquer la triple affinité de l'acide avec le feu, la terre & l'eau , & sa formation par la combinaison de ces trois élémens, l'eau n'ayant pu s'unir à la terre vitreuse , sans se joindre en même temps à la portion de feu dont cette terre étoit empreinte ; j'observerai de plus l'affinité marquée & subsistante entre

les

L'argile seroit donc par elle-même une terre très-pure, fi peu

de temps après la formation , elle n'eût été mêlée par le mouvement des eaux de tous les débris des productions qu'elles firent bientôt éclore ; ensuite après la retraite des eaux, toutes les argiles dont la surface étoit découverte, reçurent le dépôt des poussières de l'air & du limon des pluies. Il n'est donc resté d'argiles pures que celles qui dès - lors se trouvoient recouvertes par d'autres couches, qui les ont défendues de ces mélanges étrangers. La plus pure de ces argiles est la blanche , c'est la seule terre de cette espèce qui ne soit pas mélangée de matières hétérogènes, c'est un simple détriment du sable quartzeux, qui est aussi réfractaire au feu

que

le

quartz même duquel cette argile tire son origine. La belle argile blanche de Limoges, celle de Normandie dont on fait les pipes à fumer, & quelques autres argiles pures , quoiqu'un peu colorées, & dont on fait les creusets & pots de verrerie,

,

les matières vitrescibles & l'acide argileux ou vitriolique, qui de tous les acides , est le seul qui ait quelque prise sur ces substances : on a tenté leur analyse au moyen de cet acide ; mais cette analyse ne prouvera rien de plus que la grande analogie établie entre le principe acide & la terre vitrescible, dès le temps où il fut universellement engendré dans cette terre à la première chute des eaux. Ces grandes vues de l'Histoire Naturelle confirment admirablement les idées de l'illustre Stahl, qui, de la seule force des analogies & du nombre des coinbinaisons où il avoit vu l'acide vitriolique se travestir & prendre la forme de presque tous les autres acides, avoit déjà conclu qu'il étoit le principe falin primitif, principal, universel. Remarque de M. l'abbé Bexon, Minéraux, Tome I.

U

doivent être regardées comme des argiles pures, & font à peu-près également réfractaires à l'action du feu; toutes les autres argiles sont mélangées de diverses matières qui les rendent fusibles, & leur donnent des qualités différentes de celles de l'argile pure ; & ce sont ces argiles mélangées auxquelles on doit donner le nom de glaises.

La Nature a suivi pour la formation des argiles les mêmes procédés que pour celle des grès ; les grès les plus purs & les plus blancs se sont formés par la simple réunion des sables quartzeux sans mélange, tandis

que

les grès impurs ont été composés de différentes matières mêlées avec ces fables quartzeux & transportées ensemble par

les eaux. De même les argiles blanches & pures ne font formées

que

des détrimens ultérieurs des sables du quartz , du grès & du mica , dont les molécules trèsatténuées dans l'eau , font devenues fpongieuses & ont pris la nature de cette terre; au lieu

que les glaises, c'està-dire les argiles impures, sont composées de plusieurs matières hétérogènes que l'eau y a mêlées, & qu'elle a transportées ensemble pour en former les couches immenses qui recouvrent presque par-tout la masse intérieure du globe ; ces glaises servent aussi de fondement & de base aux couches horizontales des pierres calcaires. Et de même qu'on ne trouve que peu de grès purs en comparaison des grès mélangés, on ne trouve aussi que rarement des argiles blanches & pures, au lieu que les glaises ou argiles impures sont universellement répandues,

« PredošláPokračovať »