Obrázky na stránke
PDF
ePub

quent

n'est pas composée de détrimens de feld - spath, quoiqu'on y trouve des petits morceaux isolés de ce spath qui ne s'est pas réduit en poudre comme le quartz dont cette argile paroît être une décomposition.

Le grès pur n'étant formé que de grains de quartz aglutinés, tous deux ne sont qu'une seule & même substance , & ceci semble prouver encore que le feld-spath n'a pu s'unir avec le

quartz & le jaspe que dans un état de liquéfaction par le feu, & que quand il est décomposé par l'eau, il ne conserve aucune affinité avec le quartz, & qu'il ne reprend pas dans cet élément la propriété qu'il eut dans le feu de se cristalliser; puisque nulle part dans le grès on ne trouve ce spath sous une forme distincte ni cristallisée de nouveau , quoiqu'on ne puisse néanmoins douter que les grès feuilletés & micacés , qui sont formés des sables graniteux, ne contiennent aussi les détrimens du feld - fpathi en quantité peut-être égale à ceux du quartz.

Et puisque ce spath ne se trouve qu'en très - petit qolume & toujours mêlé par petites masses, & comme par closes dans les porphyres & granits, il paroît n'avoir coulé dans ces matières & ne s'être uni à leur substance que comme un alliage additionnel auquel il ne falloit qu’un moindre degré de feu pour demeurer en fusion, & l'on ne doit pas être surpris que dans la vitrification générale le feld-spath & le schorl qui se sont formés les derniers , & qui ont reçu dans leur composition les

parties hétérogènes qui tomboient de l'atmosphère, n'aient pris en même temps beaucoup plus de fusibilité que les trois autres premiers verres dont la substance n'a été

que peu ou point mélangée; d'ailleurs ces deux derniers verres sont demeurés plus long-temps liquides que les autres, parce qu'il ne leur falloit qu’un moindre degré de feu pour les tenir en fusion; ils ont donc pu s'allier avec les fragmens décrépités & les exfoliations du quartz & du jafpe , qui déjà étoient à demi consolidés.

Au reste , le feld-spath, qui n'a été bien connu en Europe que dans ces derniers temps, entroit néanmoins dans la composition des anciennes porcelaines de la Chine , sous le nom de Perunt-; & aujourd'hui nous l’employons de même pour nos, porcelaines, & pour faire les émaux blancs des plus belles faïences.

Dans les porphyres & les granits, le feld - spath est cristallisé tantôt régulièrement en rhombes, & quelquefois confusément & sans figure déterminée ; nous n'en connoissions que de deux couleurs, l'un blanc ou blanchâtre, & l'autre rouge ou rouge - violet , mais on a découvert depuis peu un feld-spath vert qui se trouve , dit-on, dans l'Amérique septentrionale , & auquel on a donné le nom de pierre de Labrador, cette pierre dont on n'a vu que de petits échantillons, est châtoyante & composée, comme le feld-spath, de cristaux en rhombes ; elle a de même la cassure spathique , elle se fond aussi aisément & fe convertit comme le feld-spath en un verre blanc; ainsi l'on ne peus

douter que cette pierre ne soit de la même nature que ce spath , quoique la couleur soit différente; cette couleur est d'un assez beau vert, & quelquefois d'un vert bleuâtre & toujours à reflets châtoyans. La grande dureté de cette pierre la rend susceptible d’un très-beau poli, & il seroit à desirer qu’on pût l'employer comme le jaspe ; mais il y a toute apparence qu'on ne la trouvera pas en grandes masses , puisqu'elle est de la même nature que le feld-spath qui ne s'est trouvé nulle part en assez grand volume pour en faire des vases ou des plaques de quelques pouces d'étendue.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

que tous

au

DU S CHO R L. LE Schorl est le dernier de nos cinq verres primitifs, & comme il a plusieurs caractères communs avec le feld-spath, nous verrons, en les comparant ensenible par leurs ressemblances & par leurs différences, deux ont une origine commune, & qu'ils se sont formés en même temps & par les mêmes effets de nature lors de la vitrification générale.

Le schorl est un verre spathique, c'est-à-dire, composé de lames longitudinales comme le feld-spath; il se présente de même en petites masses cristallisées, & ses cristaux sont des prismes surmontés de pyramides , lieu que ceux du feld-spath font en rhombes ; ils sont tous deux également fusibles fans addition, seulement la fusion du feld-spath s'opère fans bouillonnement, au lieu que celle du schorl se fait en bouillonnant. Le schorl blanc donne, comme le feld-spath, un verre blanc, & le schorl brun ou noirâtre, donne un verre noir; tous deux étincelent sous le choc de l'acier, tous deux ne font aucune effervescence avec les acides ; la base de tous les deux est également quartzeuse, mais il paroît que le quartz est encore plus mélangé de matières étrangères dans le schorl que dans le feld-spath, car ses couleurs sont plus fortes & plus foncées, ses cristaux plus opaques, sa cassure moins nette & sa substance moins homogène; Minéraux, Tome !.

К.

, est

enfin, tous deux entrent comme parties constituantes dans la composition de plusieurs matières vitreuses en grandes masses , & en particulier dans celle des porphyres & des granits.

Je sais que quelques Naturalistes récens, ont voula regarder comme un schorl, les grandes masses d'une matière qui se trouve en Limosin, & qu'ils ont indiquée sous ses noms de basalte antique ou de gabro ; mais cette matière qui ne me paroît être qu'une sorte de trapp, très-différente du schorl primitif; elle ne se présente pas en petites masses cristallisées en prismes surmontés de pyramides; elle est au contraire en masses informes, & personne assurément ne pourra se persuader que les cris taux de schori que nous voyons dans les porphyres & les granits, soient de cette même matière de trapp ou de gabro, qui diffère du vrai schorl, tant par l'origine que par la figuration & par le temps de leur formation, puisque le schorl a été formé par le feu primitif, & que ce trapp. ou ce gabro n'a été produit que par le feu des volcans.

Souvent les Naturalistes, & plus souvent encore les Chimistes, lorsqu'ils ont observé quelques rapports communs entre deux ou plusieurs substances, n'hésitent pas de les rapporter à la même dénomination; c'est-là l'erreur majeure de tous les méthodistes, ils veulent traiter la Nature par genres, même dans les minéraux où il n'y a que des sortes & point d'espèces; & ces fortes plus ou moins différentes entr'elles, ne peuyent par consás

« PredošláPokračovať »