Obrázky na stránke
PDF
ePub

quent être indiquées par la même dénomination ; aufli les méthodes ont-elles mis plus de confusion dans l’Histoire de la Nature, que les observations n'y ont apporté de connoissances ; un seul trait de ressemblance suffit souvent pour faire classer dans le même genre des matières dont l'origine , la formation, la texture, & même la substance sont très-différentes ; & pour ne parler que du schorl, on verra avec surprise chez ces créateurs de genres, que les uns ont mis ensemble le schorl, le basalte, le trapp & la zéolite; que d'autres l'ont associé, non - seulement à toutes ces matières, mais encore aux grenats, aux amiantes, au jade, &c. d'autres à la pierre d'azur & même aux cailloux; est-il nécessaire de peser ici sur l'obscurité & la confusion qui résultent de ces assemblages mal assortis, & néanmoins présentés avec confiance sous une dénomination commune & comme choses de même genre ?

C'est du schorl qui se trouve incorporé dans les porphyres & les granits dont il est ici question, & certainement ce schorl n'est ni basalte, ni trapp, ni caillou, ni grenat, & il faut même le distinguer des tourmalines, des pierres de croix & des autres schorl de seconde formation, qui ne doivent leur origine qu'à la stillation des eaux; ces schorls secondaires sont différens du schor! primitif, & nous en traiterons ainsi que de la pierre de corne & du trapp dans des articles particuliers ; mais le vrai , le premier schorl, est comme le feld-spath un

verre primitif qui fait partie constituante des plus anciennes matières vitreuses , & qui quelquefois se trouve dans les produits de leur décomposition, comme dans le cristal de roche, les chrysolites, les grenats, &c.

Au reste, les rapports du feld - spath & du schorl sont même si prochains, si nombreux qu'on pourroit en rigueur ne regarder le schorl que comme un feld-spath un peu moins pur & plus mélangé de matières étrangères , d'autant plus que tous deux sont entrés en même temps dans la composition des matières vitreuses dont nous allons parler.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

DES ROCHES VITREUSES De deux de trois fubftances, en particulier

du Porphyre. Après avoir parlé du quartz, du jafpe, du mica, du feld-spath & du schorl, qui sont les cinq substances les plus simples que la Nature ait produites par le

moyen du feu; nous allons suivre les combinaisons qu'elle en a faites en les mêlant deux, trois ou quatre, & même toutes cinq ensemble, pour composer d'autres matières par le même moyen du feu dans les premiers temps de la consolidation du globe ; ces cinq verres primitifs en se combinant seulement deux à deux ont pu former dix matières différentes, & de ces dix combinaisons il n'y en a que trois qui n'existent pas ou du moins qui ne soient pas connues.

Les dix combinaisons de ces cinq verres primitifs pris deux à deux, sont :

1.° Le quartz & le jaspe: cette matière se trouve dans les fentes perpendiculaires & dans les autres endroits où le jaspe est contigu au quartz ; ils sont même quelquefois comme fondus ensemble dans leur jonction , & quelquefois aussi le quartz forme des veines dans le jaspe. J'ai vu une plaque de jaspe noir traversée d'une veine de quartz blanc.

.

2.

Le
quartz

& le mica: cette matière est fort commune, & se trouve par grandes masses & même par montagnes; on pourroit l'appeler quartz micacé (a).

(a) « La pierre, dit M. Ferber, que les Allemands appellent » schiste corné ou schiste de corne, est formée de quartz & de mica , & » ce schiste de corne n'est

pas
la même chose

que

la pierre de corne; celle-ci est une espèce de silex, ou pierre à fusil. »

Nous ne pouvons nous dispenser d'observer que cet habile Minéralogiste, est ici tombé dans une double méprise; d'abord il n'y a aucun schiste qui soit formé de quartz & de mica, & il n'eût point dû appliquer à ce composé de quartz & de mica le nom de schiste de corne, puisqu'il dit que ce schiste de corne n'a rien de commun avec la pierre de corne qui, selon lui, est un filex: ce qui est une seconde méprise; car la pierre de corne n'est point un silex, mais yne pierre composée de schiste & de matière calcaire ; tout quartz mêlé de mica doit être appelé quartz micaçé, tant que le mica n'a pas changé de nature, & lorsque par sa décomposition il s'est converti en argile ou en schiste, il faut nommer quartz Schifteux ou schisic quartzeux , la pierre composée des deux.

y a dans le Piémont, continue M. Ferber, des montagnes » calcaires & des montagnes quartzeuses; celles-ci ont des raies plus » ou moins fortes de mica, & c'est de cette espèce de pierres que sont » formées les montagnes voisines de Turin, on les nomme farris; on s'en sert pour les fondations des bâtimens, pour des colonnes, &c. » Lettres sur la Minéralogie par M. Ferber, page 456.

Le même M. Ferber ( page 3 44 ), en parlant d'un prétendu granit à deux substances , quartz & mica, s'exprime encore dans les termes suivans : « Quand il n'entre point du tout de spath dur

( feld-spath), dans la composition des granits, on nomme alors ce mélange de quartz & de mica hornberg , hornfels, gestellftein, ce

qui vient de l'usage qu'on en fait dans les fourneaux de fonderie; Jorsque le mnica y est plus abondant, la pierre eft fchifteuse. :)

cc II

[ocr errors]
[ocr errors]

3.° Le quartz & le feld-spath ; il y a des roches de cette matière en Provence & en Lapponie, d'où M. de Maupertuis nous en a apporté un échantillon (6).

CC

Le nom de gestellfein ( pierre de fondement ou base des fourneaux ), me paroît aussi impropre que celui de schiste corné, pour désigner la matière vitreuse qui n'est composée que de quartz & de mica & non de schiste ; & M. le baron de Dietrich remarque avec raison (pages 491 do 492 des Lettres sur la Minéralogie, note du Traducteur) « qu'il y a beaucoup de roches composées qui n'ont aucune dénomination ; que d'autres, au contraire, en ont co tant & de si indéterminées que l'on ne s'entend point lorsqu'on se ce sert de ces noms; par exemple, le granit, la roche cornée, ce cc qu'on nomme en Allemand gestellslein, sont des noins que l'on « confond souvent & que l'on applique mal. Chaque granit, pro- co prement dit, doit renfermer du quartz, du spath dur (feld-spath) & du mica; mais on nomme aussi granit, cette même espèce de ce pierre quand il n'y a pas de feld - spath, tandis qu'alors elle doit cs être nommée rache cornée (en Suédois , graeberg ); car les parties essentielles de la roche cornée sont du quartz, dans lequel il y a co. des taches ou des raies grossières de mica, séparées les unes des ce autres ; mais lorsque ces raies de mica sont très - rapprochées, & c que par - là la roche devient schisteuse ou feuilletée, on la nomme « en Allemand gestellslein , d'après l'usage que l'on en fait pour les « fourneaux ...... On désigne aussi par roche de corne quelques cailloux (pétrofilex )..

..... on ne devroit donner le nom de schiste ce corné qu'à l'espèce de pierre dans laquelle le quartz est intimément « lié avec le mica, de manière qu'ils ne sauroient être distingués de l'un & l'autre à la vue ».

Le savant Traducteur finit, comme l'on voit, à l'égard du prétendu schiste corné, par tomber dans la mauvaise application des noms qu'il censure.

(b) Nota. Il s'en est aulli trouvé depuis dans les Alpes : « J'ai trouvé

[ocr errors]
[ocr errors]

CG

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »