L'Imagination. Poème

Predný obal
Michaud Frères, 1811 - 318 strán (strany)
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 286 - II prend tous les chemins que lui montre la peur. Enfin, de route en route, et d'erreur en erreur. Dans les enfoncements de cette obscure enceinte.
Strana xxxiii - Heureux qui, dans ses vers, sait, d'une voix légère, Passer du grave au doux, du plaisant au sévère!
Strana 305 - Voilà la pierre où je m'asseyais pour contempler au loin ton heureux séjour; sur celle-ci fut écrite la lettre qui toucha ton cœur; ces cailloux tranchants me servaient de burin pour graver ton chiffre; ici je passai le torrent glacé pour reprendre une de tes lettres qu'emportait un tourbillon; là je vins relire et baiser mille fois la dernière que tu m'écrivis; voilà le bord où d'un œil avide et sombre je mesurais la profondeur de ces...
Strana 302 - O heureux jour, douce lumière, tu te montres enfin après tant d'années ! je t'obéis, je pars après avoir salué ces lieux. Adieu, cher antre. Adieu, nymphes de ces prés humides; je n'entendrai plus le bruit sourd des vagues de cette mer. Adieu, rivage où tant de fois j'ai souffert les injures de l'air. Adieu, promontoires où echo répéta tant de fois mes gémissements.
Strana 290 - A l'abri du danger, son âme encor tremblante Veut jouir de ces lieux et de son épouvante. A leur aspect lugubre, il éprouve en son cœur Un plaisir agité d'un reste de terreur. Enfin, tenant en main son conducteur fidèle, II part, il vole aux lieux où la clarté l'appelle.
Strana 173 - Zéphyr et des pleurs de l'Aurore, Brille un moment aux yeux, et tombe, avant le temps, Sous le tranchant du fer, ou sous l'effort des vents.
Strana 289 - Cependant il espère, il pense quelquefois Entrevoir des clartés, distinguer une voix. Il regarde, il écoute. Hélas ! dans l'ombre immense, II ne voit que la nuit, n'entend que le silence ? Et le silence ajoute encore à sa terreur. Alors, de son destin sentant toute l'horreur, Son cœur tumultueux roule de rêve en rêve; II se lève...
Strana 47 - Comment ressemble-t-elle à la cire vieillie, Qui, fidèle au cachet qu'elle admit autrefois, Refuse une autre empreinte, et résiste à mes doigts? Enfin, dans le cerveau si l'image est tracée, Comment peut dans un corps s'imprimer la pensée Là finit ton savoir, mortel audacieux...
Strana 305 - J'allais continuer; mais Julie, qui, me voyant approcher du bord, s'était effrayée et m'avait saisi la main, la serra sans mot dire en me regardant avec tendresse, et retenant avec peine un soupir; puis tout à coup détournant la vue et me tirant par le bras : Allons-nous-en, mon ami, me ditelle d'une voix émue ; l'air de ce lieu n'est pas bon pour moi.
Strana 286 - Il aime à voir ce lieu , sa triste majesté , Ce palais de la nuit , cette sombre cité, Ces temples où le Christ vit ses premiers fidèles , Et de ces grands tombeaux les ombres éternelles. Dans un coin écarté se présente un réduit, Mystérieux asile où l'espoir le conduit; II voit des vases saints et des urnes pieuses , Des vierges , des martyrs dépouilles précieuses.

Bibliografické informácie