Le préjugé à la mode; Mélanide; L'école des mères; La gouvernante

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 33 - M'imprime une terreur encor plus véritable. Si j'apprends à Constance un triomphe si doux, Si ma femme me voit tomber à ses genoux , Comment daignera-t-elle user de sa victoire? Je crains de lui donner moins d'amour que de gloire; Je crains que sa fierté ne surcharge mes fers.
Strana 40 - Et véritablement quelle société Que celle d'un mari de sa femme entêté, Qui n'a des yeux, des soins, des égards que pour elle, Et que, pour ainsi dire, elle tient en tutelle ? DAMON, froidement.
Strana 60 - J'ai cessé trop long-temps d'entretenir sa flamme. Eh ! de quoi son amour se seroit-il nourri ? Dans le fond de son cœur il doit avoir péri. Ce soupçon est fondé sur trop de circonstances. Vois comme elle a souffert toutes mes inconstances.
Strana 74 - Voilà les compagnons dont le couple indiscret M'a vingt fois confié leur risible secret. Quel est celui des deux qui s'est mis en dépense?... Comment le démêler?... C'est en vain que j'y pense : C'est l'un ou l'autre; mais de quel côté pencher?... Il faut pourtant résoudre... Attendez; pour trancher, Si j'empochois l'écrin...
Strana 231 - Son choix revient au même : il n'en sera pas mieux. Voyez en même temps ma douleur et ma joie. Ouvrez-moi votre soin; que mon cœur s'y déploie : Comme un dépôt sacré, recevez un secret Que ma tendre amitié vous taisait à regret» Cette jeune orpheline , où tant de beauté brille, Que votre fils adore, et que vous chérissez...
Strana 114 - Quels discours sont les vôtres! Mon sort n'est pas des plus heureux, sans contredit. Je n'ai rien oublié. Vous m'avez assez dit Que les infortunés à qui je dois la vie, Contraints par des malheurs à quitter leur patrie, Ayant bientôt après fini leurs tristes jours, Ne m'avoient, en mourant, laissé d'autre secours Que vos seules bontés, avec quelque naissance; T']t vous avez pour moi , dès ma plus tendre enfance, Pris des soins que le temps n'a pu diminuer.
Strana 151 - Mélanide, hélas! quel moment prenez-vous Pour venir réclamer le cœur de votre époux? Malgré moi , malgré lui , l'amour vous a trahie : Je ne l'ai plus ce cœur; il est à Rosalie.
Strana 9 - Faut-il que mon époux ne fasse aucun usage Des conseils d'un ami si fidèle et si sage? Me verrai-je toujours dans l'embarras cruel D'affecter un bonheur qui n'a rien de réel ? Oui, je dois m'imposer cette loi rigoureuse; Le devoir d'une épouse est de paroître heureuse.
Strana 53 - J'exige... Vous m'aimez? DAMON. Ah ! si je vous adore ! SOPHIE. Eh bien ! je vous défends de m'en parler encore. Supprimez désormais ces discours séducteurs , Ces soupirs, ces regards, et ces soins enchanteurs, Dont tout autre que moi se laisseroit surprendre.
Strana 232 - N'a pas trop entendu parler de sa famille , Et n'a vu de sa vie aucun de ses parents. Ne pouvant engager mon épouse obstinée D'aller jusqu'à Poitiers voir cette infortunée, Et n'étant que trop sûr qu'elle veut, malgré moi, Immoler à son fils cette triste victime , Le détour que j'ai pris m'a paru légitime. C'est la nécessité qui m'en a fait la loi...

Bibliografické informácie