Obrázky na stránke
PDF
ePub

DE

L'ESSAI SUR L'INDIFFÉRENCE

EN MATIÈRE

DE RELIGION,
PAR M. L'ABBÉ F. DE LA MENNAIS.

Magna vis est veritatis , quæ cùm per se intelligi

possil , per ea tamen ipsa quæ ei adversantur,
elucel; ut, immobilis manens, firmitalem annum
suæ,

dùm attentatur, acquiral.
S. HILAR., Pictav. de Trinit., lib. VII.

BTA 727

PARIS,

A LA LIBRAIRIE CLASSIQUE - ÉLÉMENTAIRE ET CATHOL.QUE
DE BELIN-MANDAR ET DEVAUX,

PRE SAINT-ANDRÉ-DES-4AC8, r° 55

Et à BRUXELLES,

MÊME MAISON,
RUB DE LA CHANCELLERIE, PLACE SAINTE-GUDULE.

[merged small][ocr errors]

PRÉFACE.

L'INCRÉDULITéfutlecaractère du dernier siècle; le nôtre est le siècle du doute. La raison, épuisée par un long combat contre la foi, n'a

pas

même la force de nier. Elle se défie également de la vérité et de l'erreur ; et parmi les hommes qui ne sont pas chrétiens, ce n'est pas la persuasion, mais les convenances et les intérêts qui déterminent les opinions, et celles même qu'on défend avec le plus de chaleur. On vit dans une sorte descepticisme pratique, comme s'il n'existoit rien de vrai, ni rien de faux, ou qu'il fût impossible de les discerner. Après avoir toutsoumis au raisonnement, Fatigué de ses vaines promesses, on a perdu la confiance en lui. Sur quelque objet que ce soit, la discussion n'est qu'un jeu de l'esprit, ou un calcul des passions. On ne parle plus

qu'on avoit

[ocr errors]

pour convaincre; on n'écoute plus pour s'éclairer, mais pour répondre, ou pour passer le temps. Répandez une vive lumière sur un objet quelconque, on dira

: : Cela peut se soutenir. Voilà le plus grand triomphe auquel la logique et l’éloquence puissent prétendre aujourd'hui, et elles le partagent avec le sophisme. Les preuves ne prouvent plus, elles étonnent; Ies esprits les sentent sans y acquiescer. Une chose dont ils doutoient d'abord, parce qu'elle leur paroissoit obscure, ils en doutent ensuite, parce qu'ils présument qu'avec le temps elle leur paroîtra inoins claire: il n'existe pour eux que des apparences.

Cette disposition sceptique, ils la portent principalement dans la religion. Cene sont plus ces efforts du raisonnement contre le christianisme, ces argumentations hautaines du dernier siècle. Je ne crois pas, je ne puis croire, voilà maintenant le mot avec lequel on répond à tout, l'unique difficulté, l'unique objection,et l'on ne trouve partout que le doute à combattre. Il règne au fond des âmes, il y étouffe l'espérance, le désir même de connoître

la vérité; et combien n'avons-nous pas vu. d'infortunés de tout âge et de toute condition, l'emporter jusque dans le tombeau !

Frappé des ravages que fait chaquejour cette funeste maladie, nous en avons cherché la cause, et nous avons cru la découvrir dans la philosophie, qui, rendant la raison de chaque homme seule juge de ce qu'il doit croire, ne donne aucune base solide à ses croyances, ni aucune règle sûre à ses jugemens; et nous montrons en effet, dans le second volume de l'Essai et dans notre Défense, que cette philosophie a toujours abouti au scepticisme, et qu'elle doit nécessairement y conduire tout esprit qui est conséquent.

Elle commence par placer l'homme dans un état d'isolement complet; et puis, comme nous le montrerons, pour toute règle de certitude, elle lui dit : Tout ce que tu crois fortenient étre vrai , est vrai. Dès lors tout est vrai et tout est faux; puisque s'il n'est point de vérité qui n'ait été crue par quelques hommes, il n'est point non plus d'erreur qui n'ait été crue par quelques autres. Mais si tout est vrai et tout est faux, rien n'est faux et

« PredošláPokračovať »