Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

page 1

X. ENTRETIEN. De la magnificence

de Dieu dans la grandeur á le nombre indefini de ses differens ouvrages. De la fimplicité ce de la fecondité des voyes par lesquelles il les conserve ( les dém velope. De la Providence de Dieu dans la premiere impression du mouvement qu'il communique à la matiere. Que ce prem mier pas de sa conduite, qui n'eft point de

terminé par des loix generales, eft regle - par une sagesse infinie, XI. ENTRETIEN. Continuation du

me sujet. De la Providence generale dans l'arrangement des

corps,

Ć dans les combinaisons infiniment infinies du phyfic avec le moral, du naturel avec le surnatu

rel, XII. ENTRETIEN. De la Providence

divine dans les loix de l'union de l'ame de du corps, & que Dieu nous unit par elles à tous ses ouvrages. Des loix de'i union de l'esprit avec la Raison. C'est par ces deux fortes de loix que se forment les societez. Comment Dieu par les Anges distribuč aux hommes les biens temporels, o par

Tome II.

[ocr errors]
[ocr errors]

á ij.

166

Fesus-Christ la

grace interieure & toutes fortes de biens. De la generalité de la Providence,

107 XIII. ENTRETIEN. Qu'il ne faut point

critiquer la maniere ordinaire de parler de la Providence. Quelles sont les principales loix generales par

lesquelles Dieu gouvern ne le monde. De la Providence de Dieu dans l'infaillibilité qu'il conserve à son

Eglise, XIV. EBTRETIEN. Continuation du

même sujet. L'incomprehensibilité de nos Mysteres est une preuve certaine de leur verité. Maniere d'éclaircir les dogmes de la Foi. De l' Incarnation de Fesus-Christ. Preuve de la Divinité contre les Sociniens, Nulle creature , les Anges mêmes, ne peuvent adorer Dieu que par lui. Comment La foi en Fesus-Christ nous rend agreables

à Dieu. T. ENTRETIEN SUR LA MORT, 267 TI. ENTRETIEN SUR LA MORI, 318 III. ENTRETIEN SUR LA MORT, 379

219

Fautes à corriger. Page 17. lig. 26. Ôtez aussi. 1. 27. lisez aussi l'unité, P. 267. 1.7. lisez étroite. P. 34;. 1. 22. lisez n'auroient,

ENTRETIENS

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

X. ENTRETIEN. De la magnificence de Dieu dans la

grandeur á le nombre indefini de ses differens ouvrages. De la fimplicité cc de la fecondité des voyes par lesquelles il les conserve & les dévelope. De la Providence de Dieu dans la premiere impression du mouvement qu'il communique à la man tiere. Que ce premier pas de fa conduite , qui n'est point déterminé

par des loix generales , eft reglé par une sagesse infinie.

HEO TIME. Que pensezvous, Ariste , de ces principes generaux qu'hier Theo

dore nous proposa ?. Les avez-vous toûjours suivis ? Leur gem Tome II,

А

T

?

neralité, leur sublimité ne vous a-t'elle ni rebuté ni fatigué : Pour moi, je vous l'avouë à ma confusion, j'ai voulu les suivre: mais ils m'échappoient comme des phantômes, de forte que je me suis donné bien de la peine assez inutilement.

ARIST E. Quand un principe n'a rien qui touche les sens, il est bien difficile de le suivre, & de le faisir: ce qu'on embrasse n'a point de corps, quel moyen de le retenir

THEOTIM E. On prend cela roue naturellement pour un phantôme. Car l'esprit yenant à se distraire, le principe s'éclipse , & on est tour surpris qu'on ne tient rien. On le reprend ce principe ; mais il s'échappe de nouveau. Et quoi qu'il ne s'échappe que lors qu'on ferme les yeux, comme on les ferme fouvent sans s'en appercevoir, on que

c'est le principe qui s'évanouit, Voilà pourquoi on le regarde comme un phantôme qui nous fait illusion.

ARISTE. Il est vrai , Theotime; c'est je croi pour

cela

que generaux ont quelque ressemblance avec les chimeres , & que le commun des hommes, qui n'est

pas

fait au travail

croit

les principes

« PredošláPokračovať »