Obrázky na stránke
PDF
ePub

II. Qu'il vous plaise, ma Dame, de ne pas faire défaut en cette occasion au cœur qui vous aime tant, qui attend ce secours de vous seule. Car un bon seigneur ne tourne jamais bride auprès de son esclave, quand celui-ci implore son aide; et c'est bien moins son serviteur qu'il défend que son propre honneur. Le chagrin de mon cœur s'augmente encore, ma Dame, quand je pense que votre image y est peinte par la main même de l'Amour. Aussi devez-vous prendre d'autant plus de soin de lui, que l'empreinte qu'il porte de vous doit vous le rendre plus cher.

III. Mais, ô ma douce espérance! si vous tardez de satisfaire à ma demande, sachez que je ne puis plus attendre et que mes forces sont à bout. C'est, d'ailleurs, ce qu'a dû vous faire comprendre l'ardeur que j'ai mise à chercher ma dernière espérance. Car l'homme est

II. Piacciavi, donna mia, non venir meno
A questo punto al cor che tanto v' ama;
Poi sol da voi lo suo soccorso attende,
Chè buon signor mai non ristringe 'l freno,
Per soccorrere al servo, quando 'l chiama,
Chè non pur lui, ma 'l suo onor difende :
E certo la sua doglia più m'incende,
Quand' io mi penso ben, donna mia, che vui
Per man d'Amor là entro pinta sete :
Così e voi dovete

Vie maggiormente aver cura di lui,
Che quel, da cui couvien ch'l ben s'appari,
Per l'immagine sua ne tien più cari.

III. Se dir voleste, dolce mia speranza,

Di dare indugio a quel ch'io vi domando,
Sacciate che l'attender più non posso;
Ch'io sono al fine della mia possanza :

tenu de supporter tous les malheurs de la vie, jusqu'à ceux qui causent la mort, avant de mettre à l'épreuve son plus grand ami, sans savoir même si il le trouvera fidèle. Mais si la réponse de celui-ci est contraire, il n'y a rien qui paraisse plus dur, car alors la mort devient plus prompte et plus amère.

IV. Et vous êtes celle que j'aime le plus, qui pouvez me faire le plus de bien, celle en qui reposent mes plus fermes espérances. C'est pour vous, seulement, que je désire vivre, que je veux et que je demande les choses qui doivent concourir à élever votre gloire; car tout le reste me déplaît et m'est pénible. Vous seule pouvez me donner ce qu'aucun autre ne serait assez hardi pour m'accorder. Car Amour a mis en votre pouvoir le oui et le non tout entier. C'est pour cela que (moi votre ser

E ciò conoscer voi dovete, quando
L'ultima speme a cercar mi son mosso :
Che tutti i carchi sostenere addosso
De' l'uomo infino al peso ch'è mortale,
Prima che 'l suo maggiore amico provi,
Chè non sa, qual sel trovi ;

E s'egli avvien che gli risponda male,
Cosa non è che costi tanto cara;
Chè morte n'ha più tosta, e più amara.
IV. E voi pur sete quella ch'io più amo;
E che far mi potete maggior dono;
E'n cui la mia speranza più riposa :
Che sol per voi servir, la vita bramo;
E quelle cose ch' a voi onor sono,
Dimando e voglio; ogni altra m'è noiosa :
Dar mi potete ciò ch' altri non osa;
Che 'l sì e 'l nò tututto invostra mano
Ha posto Amore; ond'io grande mi teguo.

viteur) je me tiens pour grand. La confiance que j'ai en vous vient de votre noble aspect; car, en vérité, quiconque vous regarde s'aperçoit, à vos traits, que la suprême Bonté réside en vous.

V. Laissez donc aller votre Salut, ô noble Dame, comme je vous en ai priée, et qu'il vienne dans le cœur de celui qui l'attend. Mais sachez que l'entrée de ce cœur est barrée par la flèche qu'Amour y lança, le jour que je fus pris; et que cette entrée est fermée pour tous autres que les envoyés d'Amour, qui la savent ouvrir en vertu de la même puissance qui la leur fait fermer. Aussi, dans le trouble où je suis, votre Salut me serait-il nuisible, si il venait sans être accompagné des messagers du Seigneur qui me tient en sa puissance. VI. Chanson, il faut que tu marches rapidement parce

La fede ch'io v'assegno,

Muove dal vostro portamento umano;
Chè ciascun che vi mira, in veritate
Di fuor conosce che d'entro è pietate.
V. Dunque vostra salute omai si muova,

E vegna dentro al cor che lei aspetta,
Gentil madonna, come avete inteso :
Ma sappi ch' allo entrar di lui si trova
Serrato forte di quella saetia,

Ch' Amor lanciò lo giorno eh' io fu' preso,
Perchè lo entrare a tutti altri è conteso,
Fuor ch'a' messi d'Amor, ch'aprir lo sanno
Per volontà della virtù che 'l serra :
Onde nella mia guerra

La sua venuta mi sarebbe danno,

S'ella venisse senza compagnia
De' messi del Signor, che m'ha in balia.
VI. Canzone, il tuo andar vuol esser corto;

que tu sais bien que celui pour qui tu te mets en route, a peu de temps à sa disposition.

CHANSON. III.

I. Je suis si mécontent de mon état, que la pitié me fait souffrir autant que la douleur. Car je sens, hélas bien contre ce que je voudrais, se former l'air du dernier soupir dans mon cœur que ces beaux yeux ont blessé quand Amour le lui ouvrit de ses propres mains, dans le dessein de m'amener à l'instant suprême où j'arrive. Ah! comme ils se levèrent purs, doux et gracieux, quand ils commencèrent l'œuvre de ma mort, de cette

Chè tu sai ben, che picciol tempo omai
Puotè aver luogo quel per che tu vai,

CANZONE. III.

I. E' m' incresce di me sì malamente
Ch' altretanto di doglia

Mi reca la pietà, quanto 'l martiro :
Lasso, però che dolorosamente

Sento, contra mia voglia,
Raccoglier l'aer del sezza' sospiro
Entro quel cor, ch' e' begli occhi feriro
Quando gli aperse Amor con le sue mani,
Per conducermi al tempo, che mi sface.
Oimè! quanto piani

Soavi e dolci ver me si levaro,

Quando egli incominciaro

mort qui m'est si amère maintenant; quand ces yeux disaient «Notre lumière apporte la paix !

II. « Nous donnerons la paix à votre cœur », disaient quelquefois à mes yeux ceux de cette belle Dame. Mais dès que leur intelligence se fut aperçue que le pouvoir de cette personne m'avoit totalement ravi l'esprit, ils se sont enfuis avec les enseignes d'Amour; en sorte que je ne revis plus une seule fois leurs regards victorieux. De là est arrivé que mon âme, qui comptait sur leur assistance, est demeurée triste ; qu'elle voit le cœur auquel elle était épousée, presque mort; et qu'enfin mon âme, toute ennamourée qu'elle soit, est forcée de se séparer de lui (le cœur).

III. Pleine d'amour, pleurant, mon âme s'en va donc

La morte mia ch' or tanto mi dispiace,
Dicendo il nostro lume porta pace.

II. Noi darem pace al core, a voi diletto,

Dicieno agli occhi miei

Quei della bella donna alcuna volta :
Ma poichè sepper di lor intelletto,
Che per forza di lei

M' era la mente già ben tutta tolta,

Con le insegne d'Amor dieder la volta,

Sicchè la lor vittoriosa vista

Non si rivede poi una fiata :

Onde è rimasta trista

L'anima mia, che m'attendea conforto ;

Ed ora quasi morto

Vede lo core, a cui era sposata,
E partir le conviene innamorata.

III. Innamorata se ne va piangendo

Fuora di questa vita,

La sconsolata chè la caccia Amore:

« PredošláPokračovať »