Obrázky na stránke
PDF
ePub

ce bloc est composé. Dans tous les cas, cette force agit de plus loin sur un autre Aimant, ou sur le fer aimanté, que sur le fer qui ne l'est pas (t).

On peut reconnoître assez précisément les effets de l'attraction de l'Aimant sur le fer, & sur le fer aimanté, par le moyen des boussoles dont l'aiguille nous offre aussi , par son mouvement, les autres phénomènes du magnétisme général. La direction de l'aiguille vers les parties polaires du globe terrestre, fa déclinaison & son inclinaison dans les différens lieux du globe, sont les effets de ce magnétisme dont nous avons tiré le grand moyen de parcourir les mers & les terres inconnues sans autre guide que cette aiguille qui seule peut nous conduire, lorsque l'aspect du ciel nous manque, & que tous les astres sont voilés par les nuages, les brouillards & les brumes (u).

(t) Les distances auxquelles l’Aimant agit sur le fer aimanté & sur celui qui ne l'est pas, sont dans le rapport de cinq à deux. Muscheme broëck, page 117.

(u) Il faut que les aiguilles des boussoles soient faites de bon acier homogène , sans soufflures ni fêlures ; leur surface doit être polie , sans inégalités ni cavités , sur-tout sans points saillans qui ne manqueroient pas de troubler l'effet général du magnétisme par des effets particuliers & contraires; leur forme doit être aussi simple que leur matière est pure; il faut seulement que ces aiguilles diminuent, & se terminent en pointe aux deux extrémités. On a reconnu', après plusieurs essais , qu’une

Ces aiguilles une fois bien aimantées, sont de véritables Aimans; elles nous en présentent tous les phénomènes, & même les démontrent d'une manière plus précise qu'on ne pourroit les reconnoître dans les Aimans mêmes ; car l'Aimant & le fer bien aimanté, produisent les mêmes effets , & lorsqu'une petite barre d'acier a été aimantée au point de prendre toute la vertu magnétique, dont elle est susceptible, c'est dèslors. un Aimant qui, comme le véritable Aimant, peut

aiguille de cinq pouces & demi ou six pouces de longueur, étoit plus

précise dans ses indications de la déclinaison, que les aiguilles plus courtes ou plus longues ; le poids de cette aiguille de lix pouces sera de cent cinquante ou cent soixante grains. Si elle étoit plus légère , elle seroit moins assurée sur son pivot ; & si elle étoit plus pesante, la résistance, par le frottement sur ce même pivot, la rendroit moins agile. Les aiguilles pour les boussoles d'inclinaison , doivent être un peu plus fongues. On aura foin de tremper les unes & les autres, pour en rendre l'acier plus élastique , & on leur donnera la couleur bleue, pour les préserver plus long - tems de la rouille. Ce pivot ne sera ni de fer ni d'acier, mais de cuivre , ou de toute autre matière dure & susceptible de poli; l'extrémité de ce pivot doit être arrondie & convexe , pour entrer & s'ajuster exactement dans la cavité de la chappe, qui fera de la même matière dure & polie ; & fi l'on enduit cette cavité d'un

peu d'huile , ou. mieux encore d'une petite quantité de poudre très-fine, de tale ou de molybdène, le mouvement de l'aiguille aura toute la liberté que l'on peut lui donner ou plutôt obtenir. Pour faire des aiguilles de bautioles, dit Muschembroëck , l'acier doit être préféré au ker, parce qu'il prend beaucoup plus de force magnétique. On a observé

communiquer sa force, sans en rien perdre, à tous les fers & à tous les aciers qu'on lui présentera.

Mais ni l'Aimant naturel, ni ces Aimans artificiels, ne communiquent pas d'abord autant de force qu'ils en ont; une lame de fer ou d'acier passée sur l'Aimant, en reçoit une certaine mesure de vertu magnétique, qu'on estime par le poids que cette lame peut soutenir; si l'on passe une seconde lame sur la première , cette seconde lame ne recevra de même qu'une partie de la force de la première, & ne pourra soutenir qu'un moindre poids ; une troisième lame passée sur la seconde, ne prendra de même qu'une portion de la force de cette seconde lame, & enfin dans une quatrième lame passée sur la troisième, la vertu commųpiquée sera presque insensible ou même nulle.

[ocr errors]

qu'il en recevoit jusqu'à sept fois plus; il la reçoit à la vérité plus lentement, mais il la conserve beaucoup plus long-tems que le fer. Dissertatio de magnete , page 230. Les aiguilles aimantées de différentes longueurs

ne s'arrêtent

pas précisément dans la même direction, quoiqu'on leur présente un seul & mêine Aimant; mais c'est leur différente forme qui donne lieu à cette différence; celles qui m'ont le mieux réussi , c'est-à-dire, celles dont la direction a toujours été la même, avoient les deux bouts droits & semblables. Mémoire sur les aiguilles aimantées , par M. du Fay, dans ceur de l'Académie des Sciences, année 1733.... Suivant M. Mitchel, la meilleure proportion des dimensions pour faire des aiguilles de bouffole, ou des lames d'acier artificielles, est six pouces de longueur , fix lignes de largeur , & un tiers de ligne d'épaisseur.

Chacune de ces lames conserve néanmoins toute la vertu qu'elle a reçue, sans perte ni diminution, quoiqu'elles paroissent en faire largesse en la communiquant; car l'Aimant ou le fer aimanté ne font aucune dépense réelle de cette force; elle ne leur appartient donc pas en propre & ne fait pas partie de leur subftance; ils ne font que la déterminer plus ou moins vers le fer qui ne l'a pas encore reçue.

. Ainsi, je le répète , cette force ne réside pas en quantité réelle & matérielle dans l’Aimant, puisqu'elle passe sans diminution de l'Aimant au fer & du fer au fer , qu'elle se multiplie au lieu de s'évanouir, & qu'elle augmente au lieu de diminuer par cette communication; car chaque lame de fer en acquiert sans que

les autres en perdent, & la force reste évidemment la même dans chacune, après mille & mille communications. Cette force est donc extérieure , & de plus , elle est, pour ainsi dire, infinie relativement aux petites masses de l'Aimant & du fer, qui ne font que la déterminer vers leur propre substance; elle existe à part, & n'en existeroit pas moins , quand il n'y auroit point de fer ni d'Aimant dans le monde ; mais il est vrai qu'elle ne produiroit pas les mêmes effets, qui tous dépendent du rapport particulier que la matière ferrugineuse se trouve avoir avec l'action de cette force.

[ocr errors]

A R T ICL E IV.

Divers procédés pour produire & compléter

l'aimantation du fer.

PlusieuRS CIRCONSTANCES concourent à rendre plus ou moins complète la communication de la force magnétique de l’Aimant au fer; premièrement, tous les Aimans ne donnent pas au même fer une égale force attractive; les plus forts lui communiquent ordinairement plus de vertu que les Aimans plus foibles; secondement, la qualité du fer influe beaucoup sur la quantité de vertu magnétique qu'il peut recevoir du même Aimant; plus le fer est pur, & plus il peut s’aimanter fortement; l'acier, qui est le fer le plus épuré, reçoit plus de force magnétique, & la conserve plus long-tems que le fer ordinaire; troisièmement, il faut une certaine proportion dans les dimensions du fer ou de l'acier que l'on veut aimanter , pour qu'ils reçoivent la plus grande force magnétique qu'ils peuvent comporter; la longueur, la largeur & l'épaisseur de ces fers ou aciers, ont leurs proportions & leurs limites ; ces dimensions respectives ne doivent être ni trop

1

« PredošláPokračovať »