Obrázky na stránke
PDF
ePub

grandes ni trop petites, & ce n'est qu'après une infinité de tâtonnemens, qu'on a pu déterminer à-peu-près leurs proportions relatives, dans les masses de fer ou d'acier que l'on veut aimanter au plus haut degré (a).

Lorsqu'on présente à un Aimant puissant du fer doux & du fer dur, les deux fers acquièrent la vertu magnétique , & en reçoivent autant qu'ils peuvent en comporter ; & le fer dur, qui en comporte le plus, peut en recevoir davantage; mais si l'Aimant n'est pas assez puissant pour communiquer aux deux fers toute la force qu'ils peuvent recevoir , on trouvera que le fer tendre , qui reçoit avec plus de facilité la vertu magnétique , aura , dans le même tems , acquis plus de force que le fer dur. Il peut aussi arriver que l'action de l'Aimant sur les fers soit telle , que le fer tendre sera pleinement imprégné, tandis que

le fer dur n'aura pas été exposé à cette action pendant assez de tems, pour recevoir toute la force magnétique qu'il peut com

() « Il faut une certaine proportion déterminée entre la longueur, la largeur & l'épaisseur d'un morceau de fer ou d'acier, pour qu'il prenne la plus grande force magnétique posible ; car lorsque ces dimensions sont trop petites ou trop grandes, il prend moins de force dans les deux cas; mais la plus grande différence se trouve entre deux morceaux, dont l'un auroit dix pouces de longueur , & l'autre quatre pouces, car celui-ci n'a porté, dans l'expérience, qu’un grain & demi, Landis que l'autre en portoit trente-trois.Muschembroëck, expérience 32.

porter,

porter, de sorte que tous deux peuvent présenter , dans ces deux cas, des forces magnétiques égales, ce qui explique les contradictions des artistes sur la qualité du fer qu'on doit préférer pour faire des Aimans artificiels (6).

Unę verge de fer, longue & menue, rougie au feu, & ensuite plongée perpendiculairement dans l'eau , acquiert, en un moment, la vertu magnétique. L'on pourroit donc aimanter promptement des aiguilles de boussole sans aimant. Il suffiroit, après les avoir fabriquées, de les faire rougir au feu , & de les tremper ensuite dans l'eau froide (c). Mais, ce qui paroît singulier , quoique naturel, c'est-à-dire dépendant des mêmes causes, c'est que le fer en incandescence, comme l'on voit, s'aimante très-promptement, en le plongeant verticalement dans l'eau pour le refroidir , au lieu que le fer aimanté perd sa vertu magnétique par le feu, & ne la reprend pas étant de même plongé dans l'eau. Et c'est parce qu'il conserve un peu de cette vertu que le feu ne lui enlève pas toute entière; car cette

(6) Voyez l'ouvrage de M. Epinus, page 367,
(c) Nous devons cependant observer que ces aiguilles ne sont

pas aussi actives, ni aussi précises que celles qu’on a aimantées , en les passant vingt ou trente fois dans le même sens, sur le pole d'un Aimant bien armé. Aimant,

S

portion qu'il conserve de son ancien magnétisme l'empêche d'en recevoir un nouveau.

On peut faire avec l'acier des Aimans artificiels , aussi puissans, ausi durables que les meilleurs Aimans naturels; on a même observé qu'un Aimant bien armé, donne à l'acier plus de vertu magnétique qu'il n'en a lui-même. Ces Aimans artificiels demandent seulement quelques attentions dans la fabrication , & de justes proportions dans leurs dimensions (d). Plusieurs Phy

(d) Pour rendre le fer un véritable aimant, il faut, 1.° le frotter fur un des poles d'un Aimant bien armé; 2.° plus on passe lentement le fer, & plus op le prese contre cette armure, ou pole de l'Aimant, & plus il reçoit de force magnétique. 3.° Il ne faut air.anter le fer, qu'en le frottant sur l'armure d'un seul pole , & non pas successivement sur les deux poles. 4.° Il faut frotter le fer fur toute sa longueur ; & on remarque que l'extrémité qui touche le pole la dernière, conserve le plus de force. 5.° Un morceau d'acier poli reçoit plus de vertu mag nétique qu’un morceau de fer simple & de même figure ; & , toutes choses d'ailleurs égales , on aimante plus fortement un morceau de fer long, mince & pointu, qu’un autre d'une forme toute différente. 6.° c'est par la raison de la plus grande longueur , qu’une lame d'épée , par exemple, reçoit plus de vertu magnétique qu'une lame de couteau ; cependant il y a de certaines proportions d'épailleur & de longueur, hors desquelles le fer reçoit moins de vertu magnétique ; il est certain qu'on peut donner à des barreaux d'acier , d'une figure convenable , & trempés fort durs, une quantité de vertu magnétique très-considérable. L'acier trempé a cet avantage sur le fer & fur l'acier doux, qu'il retient beaucoup plus de vertu magnétique, quoiqu'il ait plus de peine à s'en charger. Extrais

ficiens, & quelques Artistes habiles, ont, dans ces derniers tems,

fi bien réussi, tant en France (e) qu'en Angleterre, qu'on pourroit, au moyen d'un de ces Aimans artificiels, se passer à l'avenir des Aimans de nature.

Il y a plus; on peut, fans Aimant ni fer aimanté, & par un procédé aussi remarquable qu'il est simple, exciter dans le fer la vertu magnétique à un très-haut degré; ce procédé consiste à poser sur la surface polie

[ocr errors]

de l'article Aimant, dans l'Encyclopédie , par M. le Monnier . :
M. du Fay dit que la figure des morceaux de fer que l'on veut aimanter,
contribue beaucoup à la formation des poles, ou plutôt à leur établisse-
ment. Par exemple, on ne parviendra que difficilement à établir des
poles sur un morceau de fer , dont la forme est sphérique ; car il eut
beau frotter une petite boule de fer sur un bon Ainant, il ne put
jamais parvenir à lui donner des poles bien déterminés. Mémoires de
l'Académie des Sciences , 1733. Ce que dit ici M. du Fay, est vrai en
général ; cependant cela dépend encore de la force des Aimans qu'on
emploie pour communiquer la vertu magnétique à ces boules ; car
M. Knigth a très-bien aimanté de petites boules de fer, en employant
des Aimans artificiels très-vigoureux.

(e) M. le Noble, Chanoine de Saint-Louis du-Louvre, s'est sur-tout distingué dans cet art ; il a composé des Aimans artificiels de plusieurs lames d'acier réunies ; il a trouvé le moyen de les aimanter plus fortement , & de leur donner les figures & les dimensions convenables, pour produire les plus grands effets ; &, comparaison faite des Aimans de M. le Noble, avec ceux d'Angleterre , ils m'ont paru au moins égaux & même

fupérieurs.

d'une forte pièce de fer , telle qu'une enclume, des barreaux d'acier , & à les frotter ensuite un grand nombre de fois, en les retournant sur leurs différentes faces, toujours dans le même sens , au moyen d'une grosse barre de fer tenue verticalement, & dont l'extrémité inférieure, pour le plus grand esset, doit être aciérée & polie. Les barreaux d'acier se trouvent après ces frottemens fortement aimantés, sans que l'enclume ni la barre , qui semblent leur communiquer la vertu magnétique, la possèdent ou la prennent sensiblement elles-mêmes ; & rien ne semble plus propre à démontrer l'affinité réelle & le rapport intime du fer avec la force magnétique, lors même qu'elle ne s'y manifeste pas sensiblement, & qu'elle n'y est pas formellement établie, puisque ne la possédant pas, il la communique en déterminant son cours, & ne lui servant que de conducteur. .

MM. Mitchel & Canton, au lieu de se servir d'une seule barre de fer, pour produire des Aimans artificiels, ont employé, avec succès, deux barres déja magnétiques; leur méthode a été appellée méthode du double contact, à cause du double moyen qu'ils ont préféré. Elle a été perfectionnée par M. Epinus, qui a cherché & trouvé la manière la plus avantageuse de placer les forces dans les Aimans artificiels, afin qui attirent & celles qui repoussent, se servent le plus & fe nuisent le moins possible. Voici son pro

que celles

« PredošláPokračovať »