Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors][merged small]

De la direction de l’Aimant & de sa Déclinaison.

Après avoir CONSIDÉRÉ les effets de la force attractive de l’Aimant, considérons les phénomènes de ses forces directives. Un Aimant, ou ce qui revient au même, une aiguille aimantée se dirige toujours vers les poles du globe , soit directement, soit obliquement, en déclinant à l'eft ou à l'ouest, selon les tems & les lieux, car ce n'est que pendant un assez petit intervalle de tems, comme de quelques années, que dans un même lieu, la direction de l’Aimant paroît être conftante, & en tout tems il n'y a que quelques endroits sur la terre où l'aiguille se dirige droit aux poles du globe, tandis que par-tout ailleurs elle décline de plus ou moins de degrés à l'eft ou à l'ouest suivant les différentes positions de ces mêmes lieux.

Les grandes ou petites aiguilles aimantées sur un Aimant fort ou foible, contre les poles ou contre les autres parties de la surface de ces Aimans, prennent toutes la même direction en marquant également la même déclinaison dans chaque lieu particulier.

Les François sont, de l'aveu même des étrangers , les premiers en Europe qui aient fait usage de cette connoislance de la direction de l'Aimant pour se conduire dans leurs navigations (a); dès le commencement du douzième siècle, ils naviguoient sur la méditerranée guidés par l'aiguille aimantée, qu'ils appelloient la la marinette (b); & il est à présumer que, dans ce tems, la déclinaison de l’Aimant étoit constante, car cette aiguille n'auroit pu guider des Navigateurs qui ne connoissoient pas ses variations, & ce n'est que

dans les siècles suivans qu’on a observé sa déclinaison dans les difiérens lieux de la terre, & même aujourd'hui l'art nécessaire à la précision de ces observations n'est pas encore à la perfection. La marinette n'étoit qu'une boufole imparfaite, & notre compas de mer, qui est

(a) Par le témoignage des auteurs Chinois, dont MM. le Roux & de Guignes ont fait l'extrait, il paroît certain que la propriété qu'a le fer aimanté de se diriger vers les poles, a été très-anciennement connue des Chinois; la forme de ces premières bouffoles étoit une figure d'homme qui tournoit sur un pivot , & dont le bras droit montroit toujours le miji. Le tems de cette invention , suivant certaines chroniques de la Chine , eft uns ans avant l'ère chrétienne, & 2700 selon d'autres, (Voyez l'extrait des annales de la Chine , par MM. le Roux & de Guignes). Muis, malgré l'ancienneté de cette découverte, il ne paroît pas que les Chinois en aient jamais tiré l'avantage de faire de longs voyages. (1) Muschęmbroșck. Differtatio de magnete.

la boussole

la boussole perfectionnée, n'est pas encore un guide aussi fidèle qu'il seroit à desirer; nous ne pouvons même guère espérer de le rendre plus sûr , malgré les observations très-multipliées des Navigateurs dans toutes les parties du monde, parce que la déclinaison de l'Aimant change selon les lieux & les tems. Il faut donc chercher à reconnoître ces changemens de direction en différens tems, pendant un aussi grand nombre d'années que les observations peuvent nous l'indiquer, & ensuite les comparer aux changemens de cette déclinaison dans un même tems en différens lieux.

En recueillant le petit nombre d'observations faites à Paris dans les seizième & dix-septième siècles , il paroît qu'en l'année 1580, l’aiguille aimantée déclinoit de onze degrés trente minutes vers l'est, qu'en 1618, elle déclinoit de huit degrés, & qu'en l'année 1663 elle se dirigeoit droit au pole; l'aiguille aimantée s'est donc successivement approchée du pole de onze degrés trente minutes pendant cette suite de quatre-vingt-trois ans, mais elle n'est demeurée qu’un an ou deux ftationnaire, dans cette direction où la déclinaison est nulle; après quoi l'aiguille s'est de plus en plus éloignée de la direction au pole (c), toujours en déclinant vers

(c) Dans l'année 1670, la déclinaison étoit de i degré 30 minutes vers l'ouest, & l'aiguille a continué de décliner dans les années Aimant,

V

l'ouest; de sorte qu'en 1785, le 30 Mai, la déclinaison étoit à Paris de vingt-deux degrés (d). De même on peut voir , par les observations faites à Londres,

fuivantes , toujours vers l'ouest ; en 1680, elle déclinoit de 2 deg. 40 min. En 1681, de 2 deg. 30 min. En 1683 , de 3 deg. so min. En 1684, de 4 deg. 10 min. En 168;, de 4 deg. 10 min. En 1686, de 4 deg. 30 min. En 1692, de 5 deg. 50 min. En.1693, de 6 deg. 20 min. En 169;, de 6 deg. 48 min. En 1696, de 7 deg. 8 min. En 1698, de 7 deg. 40 min. En 1699, de 8 deg. 10 min. En 1700, de 8 deg. 12 min. En 1701, de 8 deg. 25 min. En 1702, de 8 deg. 48 min. En 1703, de 9 deg. 6 min. En 1704, de 9 deg. 20 min. En 1705, de 2 deg. 35 min. En 1706, de 9 deg. 48 min. En 1707, de 10 deg. 10 min. En 1708, de 10 deg. 15 min. En 1709, de 11 deg. Is min. En 1714, de 11 deg. 30 min. En 1717, de 12 deg. 20 min. En 1719, de 12 deg. 30 min. En 1720, 1721 , 1722 , 1723 & 1724, de 13 deg. En 1725, de 13 deg. 15 min. En 1727 & 1728, de 14 deg. Muf. chembroëck , dissertatio de magnete , page 152 .... En 1729, de 14 deg. 10 min. En 1730, de 14 deg. 25 min. En 1731, de 14 deg, 45 min. En 1732 & 1733 , de 15 deg. 15 min. En 1734 & 1740, de 15 deg. 45 min. En 1744, 1745, 1746, 1747 & 1749, de 16 deg. 30 min. Encyclopédie , article aiguille aimantée. En 1755, de 17 deg. 30 min. En 1756, de 17 deg. 45 min. En 1757 & 1758, de 18 deg. En

1759, de 18 deg. 10 min. En 1760, de 18 deg. 20 min. En 1765, de 18 deg. 55 min. 20 sec. En 1767, de 19 deg. 16 min. En 1768, de 19 deg. 25 min. Connoissance des tems, années 1769, 1770, 1771 & 1772.

(d) Extrait des observations faites à l'Observatoire royal en l'année 1785

qu'avant l'année 1657 l'aiguille déclinoit à l'eft, & qu'après cette année 1657, où fa direction tendoit droit au pole, elle a décliné successivement vers

l'ouest (e).

La déclinaison s'est donc trouvée nulle à Londres, fix ans plutôt qu'à Paris, & Londres est plus occidental que Paris de deux degrés vingt-cinq minutes. Le méridien magnétique coincidoit avec le méridien de Londres

1657,& avec le méridien de Parisen 1663; il a donc fubi , pendant ce tems, un changement d'occident en orient, par un mouvement de deux degrés vingt-cinq minutes, en fix ans, & l'on pourroit croire que ce mouvement feroit relatif à l'intervalle des méridiens terrestres, fi d'autres observations ne s'oppofoient pas à cette fupposition ; le méridien magnétique de la ligne sans déclinaison , passoit par Vienne en Autriche, dès l'an

(e) L'aiguille aimantée n'avoit aucune déclinaison à Vienne cn Autriche dans l'année 1638; elle n'en avoit de même aucune en 1650 au Cap des aiguilles en Afrique; &, avant ces époques, la déclinaison étoit vers l'est dans tous les lieux de l'Europe & de l’Afrique. Muf. chembroëck , page 266.... Ceci semble prouver que la marche de la ligne sans déclinaison , ne se fait pas par un mouvement régulier, qui raineneroit successivement la déclinaison de l'est à l'ouest ; car Vienne étant à quatorze degrés deux minutes trente secondes à l'est de Paris, cette ligne sans déclinaison auroit dû arriver à Paris , plutôt qu'à Londres, qui est à l'ouest de Paris, & l'on voit que c'est tout le contraire, puisqu'elle est arrivée lix ans plutôt à Londres qu'à Paris.

[ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »