Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors]

&

[ocr errors]

points', beaucoup plus voisine des côtes orientales de l'Amérique, que des côtes occidentales de l'Afrique & de l'Europe; & celle qui traverse la mer de l'Inde & la grande mer Pacifique, eft placée à une assez petite distance à l'eft des côtes de l’Afie.

La bande fans déclinaison de la mer des Indes, qui se prolonge dans la mer Pacifique boréale, paroît s'étendre depuis environ le cinquante-neuvième degré de latitude sud, jusqu'au quarantième degré de latitude nord. | Il est important d'observer que sous la latitude bom.

. réale de dix-neuf degrés, ainsi que sous la latitude. australe de cinquante-trois degrés, la bande sans dé-clinaison de la mer Atlantique, & celle de la mer des Indes , sont éloignées l'une de l'autre d'environ cent cinquante-sept degrés, c'est-à-dire de près de la moitié de la circonférence du globe. Il est également remarquable qu'à partir de quelques degrés de l'équateur, on n'a observé dans la mer Pacifique boréale aucune déclinaison vers l'ouest qu'on ne puisse rapporter aux variations instantanées & irrégulières de l'aiguille; ceci joint à toutes les directions des déclinaisons, tant de la mer Atlantique que de la mer des Indes, confirme l'existence d'un pole magnétique très-puiffant dans le nord des terres de l'Amérique, & ce qui confirme encore cette vérité, c'est que la plus grande déclinaison orientale dans la mer Pacifique boréale,

a été observée par le Capitaine Cook , de trente - fix degrés dix-neuf minutes, aux environs de soixante-dix degrés de latitude nord, & ducent quatre-vingt-quinzième de longitude, c'est-à-dire, à deux degrés, ou à-peu-près, au nord des terres de l'Amérique les plus voisines de l'Asie. D'un autre côté, M. le Chevalier de l'Angle a trouvé une déclinaison vers l'ouest de quarante - cinq degrés, dans un point de la mer Atlantique, situé très-près des côtes orientales & boréales de l'Amérique. C'est donc dans ces terres septentrionales du nouveau Continent, que toutes les directions des déclinaisons se réunissent & coincident au pole magnétique, dont l'existence nous paroît démontrée par tous les phénomènes.

La déclinaison n'éprouve que de petites vicissitudes dans les basses latitudes, sur-tout dans la grande mer de l'Inde, où l'on n'observe jamais qu’un petit nombre de degrés de déclinaison dans le voisinage de l'équateur, tandis que, dans les plus hautes latitudes de l'hémisphère austral, il paroît que la déclinaison de l'aiguille varie beaucoup de l'est à l'ouest, ou de l'ouest à l'est dans un très-petit espace.

La ligne , fans déclinaison, qui passe entre Malaca, Bornéo, le détroit de la Sonde se replie vers l'eft, & son inflexion semble être produite par les terres de la nouvelle Hollande,

Il y a, dans la mer Pacifique, une troisième bande sans déclinaison, qui paroît s'étendre depuis le septième degré de latitude nord, jusqu'au cinquante-cinquième degré de latitude sud. Cette bande traverse l’équateur vers le deux cens trente-deuxième degré de longitude; mais, à vingt-quatre degrés de latitude australe , elle paroît fléchir vers les côtes occidentales de l'Amérique méridionale, ce qui paroît être l'effet des masses ferrugineuses, que l'on doit trouver dans ces contrées, fi souvent brûlées par les feux des volcans, & agitées par les coups de la foudre souterraine.

La déclinaison la plus considérable qui ait été trouvée dans l'hémisphère austral , eft celle de quarante-trois degrés fix minutes, observée par Cook, en Février 1773, sous le soixantième degré de latitude, & le quatre-vingt-douzième degré trente-cinq minutes de longitude, loin de toute terre connue; & la plus forte déclinaison qu'on ait trouvée dans l'hémisphère boréal, &, en même-tems, la plus grande de toutes celles qui ont été remarquées dans les derniers tems , est celle de quarante-cinq degrés, dont nous avons déjà parlé, & qui a été obfervée par M. le Chevalier de l’Angle, vers le soixante-deuxième degré de latitude, & le deux cens quatre-vingt-dix-sept ou deux cens quatrevingt-dix-huitième de longitude, entre le Groënland & la terre de Labrador; elles sont toutes les deux vers l'ouest, & toutes les deux ont eu lieu dans,

des endroits éloignés de l'équateur d'environ soixante degrés.

Tels sont les principaux faits, tant pour la déclinaison que pour l'inclinaison, qu'offre ce qu'on a reconnu de l'état actuel des forces magnétiques, qui s'étendent de l'équateur aux poles, & fi nous voulons tirer quelques résultats du petit nombre d'observations plus anciennes, nous trouverons que, depuis 1700, l'inclinaison de l'aiguille aimantée a varié en différens endroits; mais tout ce que l'on peut conclure de ces observations qui sont en trop petit nombre, c'est que les changemens de la déclinaison & de l'inclinaison ont été inégaux & irréguliers dans les divers points des deux hémisphères.

Et , pour ne considérer d'abord que les variations de la déclinaison, la plus grande irrégularité des changemens qu'elle a éprouvés sur les différens points du globe , suffit pour empêcher d'admettre l'hypothèse de Halley, qui supposoit dans l'intérieur de la terre, un grand noyau magnétique doué d'une sorte de mouvement de rotation , indépendant de celui du globe, & qui, par sa déclinaison, produiroit celle des Aimans, placés à la surface de la terre. M. Epinus (e), qui d'abord paroissoit tenté d'adopter l'opinion de Halley,

(e) Voyez l'ouvrage déjà cité de ce fayant Physicien,

a yu

a vu lui-même qu'elle ne pourroit pas s'accorder avec l'irrégularité des changemens, de la déclinaison magnétique : au lieu du mouvement régulier d'une forte de grand Aimant imaginé par Halley, il a proposé d'admettre des changemens irréguliers & locaux dans le noyau de la terre ; mais, indépendamment de l'impossibilité d'assigner les causes de ces changemens intérieurs, ils ne pourroient agir sur la déclinaison des aiguilles, qu'autant que les portions du noyau gagneroient ou perdroient la vertu magnétique; & nous avons vu que les masses ferrugineuses ne pouvoient s'aimanter naturellement que très près de la surface du globe , & par les influences de l'athmosphère.

Depuis 1580 , la déclinaison de l'aiguille a varjé dans les divers endroits de la surface du globe, d'une manière très-inégale : elle s'est portée vers l'est avec des gîtesses très- différentes , non-seulement selon les tems, mais encore selon les lieux ; & ceci est d'autant plus important à observer que fes mouvemens ont - toujours été très-irréguliers, & que nous ne faisons ici aucune attention aux petites causes locales qui ont pu la déranger. Ces causes, dont les effets ne sont pas conftans, mais passagers, peuvent être de même nature que les causes plus générales du changement de -déclinaison ; mais elles n'agissent qu'en certains endroits, où elles doivent détourner cette même déclinaison d'un grand nombre de degrés, jusqu'à la faire Aimant,

Аа

« PredošláPokračovať »