Obrázky na stránke
PDF
ePub

vateur , a parcouru tous les terrains qui offrent en Europe des indices du feu volcanique, & il a extrait des voyageurs les renseignemens, sur cet objet, dans toutes les parties du monde; il a bien voulu me fournir des notes, en grand nombre, sur tous les volcans de l'Europe, qu'il a lui-même observés ; j'ai cru devoir en présenter ici l'extrait , qui ne pourra que confirmer tout ce que nous avons dit sur les causes & les effets de ces feux souterrains.

En prenant le volcan brûlant du Mont-Hecla, en Ilande, pour point de départ, on peut suivre, sans interruption , une assez large zone entièrement volcánisée, où l'observateur ne perd jamais de vue, un seul instant, les laves de toute espèce. Après avoir parcouru cette Ille, qui n'est qu'un amas de volcans éteints, adossés contre la montagne principale, dont les flancs sont encore embrasés, fupposons qu'il s'embarque à la pointe de l'Ille qui porte le nom de LongNés. Il trouvera fur fa route Vesterhorn , Portland & plusieurs autres Illes volcaniques ; il visitera celles de Stromo, remarquables par ses grandes chaussées de bazalte , & ensuite les Illes de Féroé, où les laves & les basaltes se trouvent mêlés de zéolites. Depuis Féroé il se portera sur les Illes de Shetland, qui sont toutes volcanisées, & de - là aux Illes Orcades, lesquelles paroissent s'être élevées en entier d'une mer de feu. Les Orcades sont comme adhérentes aux Illes Hébrides.

C'est

Écosse par

C'est dans cet archipel que se trouvent celles de SaintKildaski, Jona , Lyri, Ilikenkil, la vaste & fingulière caverne basaltique de Staffa, connue sous le nom de grotte de Fingal, l'Ile de Mull qui n'est qu'un composé de basalte, pétri, pour ainsi dire, avec de la zeolite. De l'Ile de Mull, on peut aller en

celle de Kereyru, également volcanisée , & arriver à Don Staffugé ou à Dunkel, sur les laves & les basaltes que l'on peut suivre sans interruption par le Duché d'Inverery, par celui de Perth, par Glascou, jusqu'à Édimbourg. Ici les volcans semblent avoir trouvé des bornes qui les ont empêché d'entrer dans l’Angleterre proprement dite, mais ils se sont repliés sur eux-mêmes; on les fuit fans interruption & sur une assez large zone qui s'étend depuis Dumbar, Cuperg, Stirling, jusqu'au bord de la mer, vers Port-Patrick. L'Irlande est en face, & l'on trouve à une petite distance les écueils du canal Saint-Georges, qui sont aussi volcanisés ; l'on touche bientôt à cette immense colonnade, connue sous le nom de Chaussée des géans, & formant une ceinture de basalte prismatique, qui rend l'abord de l'Irlande presque inaccessible de ce côté.

En France, on peut reconnoître des volcans éteints en Bretagne, entre Royan & Tréguier, & les suivre dans une partie du Limousin, & en Auvergne, où se font faits de très - grands mouvemens, & de fortes Aimant.

C

éruptions de volcans actuellement éteints ; car les montagnes , les pics, les collines de basalte & de lave у sont fi rapprochés , fi accumulés, qu'ils offrent un système bizarre & disparate, très-différent de la difposition & de l'arrangement de toutes les autres montagnes. Le Mont-d'Or, & le Puis de Dôme peuvent être regardés comme autant de volcans principaux qui dominoient sur tous les autres.

Les villes de Clermont, de Riom, d'Illoire, ne sont bâties qu'avec des laves, & ne reposent que sur des laves. Le cours de ces terrains volcanisés, s'étend jufqu'au-delà de l'Allier, & on en voit des indices dans une partie du Bourbonnois , & jusques dans la Bourgogne, auprès du Mont - Cenis, où l'on a reconnu le Pic conique de Drevin , formé par un faisceau de basalte , qui s'élève -1 pointe à trois cens pieds de hauteur, & forme une grande borne , qu'on peut regarder comme la limite du terrain volcanisé. Ces mêmes volcans d'Auvergne s'étendent, d'un côté, par Saint-Flour & Aurillac , jusqu'en Rouergue , & de l'autre, dans le Vélay; & en remontant la Loire jusqu'à fa source, parmi les laves, nous arriverons au Mont-Mezine , qui est un grand volcan éteint, dont la base a plus de douze lieues de circonférence, & dont la hauteur s'élve au-dessus de neuf cens toises. Le Vivarais eft attenant au Vélay , & l'on y voit un très-grand nombre de cratères de volcans éteints, &

1

des chauffées de basaltes , que l'on peut fuivre dans leur largeur jusqu'à Rochemaure, au bord du Rhône, en face de Montélimar : mais leur développement , en longueur, s'étend par Caffan, Saint-Tibéri, jusqu'à Agde, où la montagne volcanique de Saint - Loup, offre des escarpemens de lave, d'une grande épaisseur & d'une hauteur très-considérable.

Il paroît qu'auprès d'Agde , les laves s'enfoncent fous la mer, mais on ne tarde pas à les voir reparoître entre Marseille & Toulon, où l'on connoît le volcan d'Ollioule, & celui des environs de Tourves. De grands dépôts calcaires ont recouvert postérieurement plusieurs de ces volcans ; mais on en voit dont les fommités paroissent sortir du milieu de ces antiques dépouilles de la mer; ceux des environs de Fréjus & d'Antibes, font de ce nombre.

Ici les Alpes maritimes ont servi de barrière aux feux fouterrains de la Provence, & les ont, pour ainsi dire, empêchés de se joindre à ceux de l'Italie, par la voie la plus courte; car, derrière ces mêmes alpes, il se trouve des volcans , qui, en ligne droite, ne font éloignés que de trente lieues de ceux de Provence.

La zone incendiée a donc pris une autre route; on peut même dire qu'elle a une double direction en partant d'Antibes. La première arrive, par une communication sous-marine, en Sardaigne ; elle coupe le Cap Carbonaira , traverse les montagnes de cette Isle ,

fe

9

replonge sous les eaux pour reparoître à Carthagène, & se joindre à la chaîne volcanisée du Portugal, jusqu'à Lisbonne, pour traverser ensuite une partie de l'Efpagne, où M. Bouls a reconnu plusieurs volcans éteints. Telle est la première ligne de jonction des volcans de France,

La seconde se dirige également par la mer, & va joindre l'Italie, entre Gênes & Florence. On entre ici, dans un des plus vastes domaines du feu; l'incendie a été presque universel dans toute l'Italie & la Sicile , où il existe encore deux volcans brûlans, le Vésuve & l'Etna , des terrains embrafés, tels que la Solfatera, des Isles incendiées, dont une, celle de Stromboli, vomit fans relâche, & dans tous les tems , des laves, des pierres ponces, & jette des flammes qui éclairent la mer au loin.

Le Vésuve nous offre un foyer en activité couronné, & recouvert, de toutes parts, des produits les plus remarquables du feu, & jusqu'à des Villes ensevelies à dix-huit cens pieds de profondeur , fous les matières projetées par le volcan : d'un côté, la met nous montre les Illes volcanisées, d'Ischia, de Procida, de Caprée , &c. & de l'autre, le Continent nous offre la pointe de Missene, Baye, Pouzzoles , le Pausilipo , Portici, la côte de Sorento , le Cap de Minerve.

Le Lac Agnano, Castrani, le Monté-Novo, le MontéBarbaro, la Solfatera , font autant de cratères qui ont

« PredošláPokračovať »