Obrázky na stránke
PDF
ePub

prendre que dans l’Aimant mème, ou dans le fer actuellement aimanté; & il ne seroit pas possible de l'exciter, ou de la produire par un autre moyen; mais la percussion, le frottement , & mème la seule exposition aux impressions de l'atmosphère, suffisent pour donner au fer cette vertu magnétique; preuve évidente qu'elle dépend d'une force extérieure qui s'applique, ou plutôt flotte à la surface & fe renouvelle fans cefle.

En considérant les phénomènes de la direction de l'Aimant, on voit que les forces qui produisent & maintiennent cette direction , fe portent généralement de l'équateur aux poles terrestres, avec des variations dont les unes ne font qu’alternatives d'un jour à l'autre, & s'opèrent par des oscillations momentanées & passagères , produites par les variations de l'état de l'air, foit par la chaleur ou le froid , soit par les vents, les orages, les aurores boréales ; les autres sont des variations en déclinaison & en inclinaison, dont les causes, quoique également accidentelles , sont plus constantes, & dont les effets ne s'opèrent qu'en beaucoup plus de tems; & tous ces effets sont subordonnés à la cause générale, qui détermine la direction de la force électrique de l'équateur vers les poles. En examinant attentivement les inflexions que

la direction générale de l'électricité & du magnétisme éprouve de toutes ces causes particulières, on recon-noît, d'après les observations récentes & anciennes,

que les grandes variations du magnétisme ont une marche progressive du nord à l'eft ou à l'ouest, dans cera taines périodes de tems, & que la force magnétique a, dans sa direction, différens points de tendance ou de détermination, que l'on doit regarder comme autant de poles magnétiques vers lesquels, selon le plus ou moins de proximité, se fléchit la direction de la force générale , qui tend de l'équateur aux deux poles du globe.

Ce mouvement en déclinaison, ne s'opère que lentement; & cette déclinaison paroissant être assez conftante pendant quelques années, on peut regarder les observations, faites depuis 12 à 15 ans, comme autant de déterminations assez juftes de la position des lieux où elles ont été faites. Je joins ici les tables de ces observations , & j'en ai rédigé les principaux résultats en cartes magnétiques, qui pourront être très-utiles à la navigation , fi la déclinaison n'a que peu ou point changé depuis douze à quinze ans; ces tables donneront connoissance aux Navigateurs de tous les points où cette déclinaison a été récemment observée, & par conséquent de tous les lieux relatifs à ces observations.

On doit réunir aux phénomènes de la déclinaison de l'Aimant, ceux de son inclinaison ; ils nous démontrent que la force magnétique prend, à mesure que l'on approche des poles, une tendance de plus en plus approchante de la perpendiculaire à la surface du globe,

& cette inclinaison , quoiqu'un peu modifiée par la proximité des poles magnétiques, qui déterminent la déclinaison, nous paroîtra cependant beaucoup moins irrégulière dans sa marche progressive vers les poles terrestres, & plus conftante que la déclinaison dans les mêmes lieux, en différens tems.

Pour se former une idée nette de cette inclinaison de l'Aimant, il faut se représenter la figure de terre, renflée sous l'équateur & abaissée sous les poles, ce qui fait une courbure, dont les degrés ne font point tous égaux, comme ceux d'une sphère parfaite; il faut en même-tems concevoir que le mouvement qui tend de l'équateur aux poles, doit suivre cette courbure, & que par conséquent sa direction n'est pas simplement horizontale, mais toujours inclinée de plus en plus, en partant de l'équateur pour arriver aux poles.

Cette inclinaison de l'Aimant ou de l'aiguille aimantée, démontre donc évidemment que la force qui produit ce mouvement, suit la courbure de la surface du globe, de l'équateur dont elle part, jusqu'aux poles où elle arrive; si l'inclinaison de l'aiguille n'étoit pas dé

l'action des poles magnétiques , elle seroit donc toujours très-petite ou nulle dans les régions voifines de l'équateur, & très-grande ou complète, c'està-dire, de 90 degrés dans les parties polaires.

En recherchant quel peut être le nombre des poles magnétiques, actuellement existans sur le globe, nous

rangée par

[ocr errors]

trouverons qu'il doit y en avoir deux dans chaque hémisphère; &, de fait, les observations des Navigateurs prouvent qu'il y a sur la surface du globe trois espaces plus du moins étendus, trois bandes plus ou moins larges, dans lesquelles l'aiguille aimantée se dirige vers le nord, sans décliner d'aucun côté. Or une bande sans déclinaison, ne peut exister que dans deux circonstances; la première , lorsque cette bande fuit la direction du pole magnétique au pole terrestre; la seconde, lorsque cette bande se trouve à une distance de deux ou de plusieurs poles magnétiques, telle que les forces de ces poles se compensent & fe détruisent mutuellement. Car, dans ces deux cas, le courant magnétique ne peut que suivre le courant général du fluide électrique & se diriger vers le pole terrestre ; & l'aiguille aimantée ne déclinera dès lors d'aucun côté. D'après cette considération, on pourra voir aisément , en jetant les yeux sur un globe terrestre, qu’un pole magnétique ne peut produire dans un hémisphère que deux bandes fans déclinaison, féparées l'une de l'autre par la moitié de la circonférence du globe. S'il y a deux poles magnétiques, l'on pourra observer quatre bandes fans déclinaison , chaque pole pouvant en produire deux par son action particulière; mais alors ces quatre bandes ne seront pas placées sur la même ligne que les poles magnétiques & le pole de la terre; elles seront aux endroits où les

puissances des deux poles magnétiques seront combinées avec leurs distances, de manière à se détruire. Ainsi, une & deux bandes sans déclinaison ne supposent qu'un seul pole magnétique; trois & quatre bandes sans déclinaison en supposent deux; & s'il se trouvoit sur le globe cinq ou fix bandes fans déclinaison , elles indiqueroient trois poles magnétiques dans chaque hémisphère. Mais, jusqu'à ce jour, l'on n'a reconnu que trois bandes fans déclinaison, lesquelles s'étendent toutes trois dans les deux hémisphères; nous sommes par conséquent fondés à n'admettre aujourd'hui que deux poles magnétiques, dans l'hémisphère boréal, & deux autres dans l'hémisphère austral; & fi l'on connoissoit exactement la position & le nombre de ces poles magnétiques, on pourroit bientôt parvenir à se guider sur les mers sans erreur.

On a tort de dire que les hommes donnent trop à la vaine curiosité ; c'est aux besoins, à la nécessité, que les Sciences & les Arts doivent leur naissance & leurs progrès. Pourquoi trouvons-nous les observations magnétiques si multipliées sur les mers, & en si petit nombre sur les Continens ? c'est que ces observations ne sont pas nécessaires pour voyager sur terre, mais

que

les Navigateurs ne peuvent s'en passer; néanmoins il seroit très-utile de les multiplier sur terre; ce qui d'ailleurs feroit plus facile que sur mer. Sans ce travail, auquel on doit inviter les Physiciens de tous pays, on ne pourra

« PredošláPokračovať »