Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangères [ed. by Y.M.M.T. de Querbeuf].

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 242 - Il faudrok quatre fois autant de pays qu'il y en a pour les mettre à leur aise. Dans la seule ville de Canton , il ya sans exagérer plus d'un million d'âmes, et dans une grosse bourgade , qui n'en est éloignée que de trois ou quatre lieues, il ya encore, dit-on, plus de monde qu'à Canton même. Qui peut donc compter les habitans de cette province ? Mais que sera-ce de tout l'Empire , lequel...
Strana 243 - Chine, et que l'on commence à voir les choses par soi-même, on n'est pas surpris que les mères tuent, ou exposent plusieurs de leurs enfans ; que les parens vendent leurs filles pour peu de chose; que les gens soient intéressés, et qu'il y ait un grand nombre de voleurs. On s'étonne plutôt qu'il n'arrive...
Strana 4 - Leurs mœurs sont d'ailleurs assez innocentes, et ils ne connoissent point les vices grossiers , auxquels les autres nations de l'Orient se livrent avec fureur. Il n'ya parmi eux que la pluralité des femmes, le. droit qu'on a de répudier celles dont on n'est pas content , et la barbare coutume d'y faire des eunuques , qui soient des obstacles à l'établissement de la religion chrétienne.
Strana 415 - Missionnaires de notre Compagnie. Ce jardin est fermé de murailles, et on ya bâti une chapelle et quelques petits corps de logis. Quand nous fûmes arrivés à la porte , nous nous mîmes tous à genoux devant le corps, au milieu du chemin , et nous fîmes trois fois les mêmes inclinations. Les pleurs des assistans recommencèrent.
Strana 30 - Il semble que la fermeté de ce vieillard eût fait passer dans l'âme des mandarins la frayeur qu'ils avoient voulu lui inspirer. Sans le questionner davantage , ils le renvoyèrent en prison avec les autres Chrétiens. Là il mit par écrit sa confession de foi mêlée de réflexions , par lesquelles il prouvoit qu'il n'y avoit point de véritable loi que celle de JésusChrist, et qu'il falloit nécessairement la suivre pour sauver son âme , et mériter la béatitude éternelle.
Strana 67 - Non - seulement elle continua de leur porter ce qui lui étoit confié par la dame chrétienne et par les autres fidèles , mais elle les aida encore de ses propres libéralités. Un autre sujet de joie et de consolation pour ces illustres prisonniers , c'est que se voyant dans le lieu où l'on ne renferme que les criminels destinés au dernier supplice , ils se tenoient comme assurés de répandre bientôt leur sang pour la cause de JésusChrist.
Strana 152 - À boire > mangez , divertissez-vous : c'est moi qui vous procure les avantages dont vous jouissez. Après cette réponse , qu'on écoute en silence, on continue à se plonger dans les plaisirs. Cependant les dieux ont soif à leur tour et demandent à boire. Aussitôt on prépare des vases ornés de fleurs , et le prêtre les...
Strana 56 - mal instruit , et que je t'apprendrai à avoir des « manières plus civiles et plus affables. » Le vieillard. ne répondit rien ; mais s'adressant au maître de l'hôtellerie , il lui défendit de laisser partir ces étrangers sans un ordre exprès du mandarin , qu'il devoit Informer le lendemain matin de leur arrivée.
Strana 415 - Verbiest suivait, accompagné des mandarins que l'Empereur avait nommés pour honorer la mémoire de ce célèbre missionnaire. Ils étaient tous à cheval. Le premier était le beau-père de l'Empereur , le second son premier capitaine des gardes , le troisième un de ses gentilshommes et d'autres moins qualifiés. Toute cette marche, qui se fit avec un bel ordre et une grande modestie, était fermée par cinquante cavaliers. Les rues étaient bordées des deux côtés d'un peuple immense qui gardaitun...
Strana 312 - Le génie du pays demande qu'on soit maître de ses passions, et sur-tout d'une certaine activité turbulente , qui veut tout faire et tout emporter d'assaut. Les Chinois ne sont pas capables d'écouter en un mois, ce qu'un français est capable de leur dire en une heure. Il faut souffrir, sans prendre feu et sans s'impatienter, cette lenteur et cette indolence naturelle ; traiter sans se décourager, de la religion, avec une nation qui ne craint que l'Empereur, et qui n'aime que l'argent; insensible...

Bibliografické informácie