Bibliotheca Classica Latina sive Collectio Auctorum Classicorum Latinorum ...: cum notis et indicibus, Zväzok 91

Predný obal
Lemaire, 1832
0 Recenzie
Recenzie nie sú overované, ale Google kontroluje prítomnosť falošného obsahu a po jeho identifikácii ho odstraňuje

Vyhľadávanie v obsahu knihy

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 286 - D'un sang toujours nouveau marquera tous tes jours. Mais j'espère qu'enfin le ciel, las de tes crimes, Ajoutera ta perte à tant d'autres victimes; Qu'après t'être couvert de leur sang et du mien, Tu te verras forcé de répandre le tien; Et ton nom paraîtra dans la race future, Aux plus cruels tyrans une cruelle injure.
Strana 147 - Hercule retomba dans les pièges de l'amour qu'il avait si souvent détesté: il aima Déjanire. Trop heureux s'il eût été constant dans cette passion pour une femme qui fut son épouse! Mais bientôt la jeunesse d'Iole,sur le visage de laquelle les grâces étaient peintes, ravit son cœur.
Strana 150 - C'est maintenant , s'écriat-il , mon cher Philoctète, que j'éprouve ta véritable amitié ; car tu aimes mon honneur plus que ma vie. Que les dieux te le rendent ! Je te laisse ce que j'ai de plus précieux sur la terre, ces flèches trempées dans le sang de l'hydre de Lerne.
Strana 148 - A mesure qu'il la déchirait, il déchirait aussi sa peau et sa chair; son sang ruisselait et trempait la terre. Enfin, sa vertu surmontant sa douleur, il s'écria: Tu vois, ô mon cher Philoctète , les maux que les dieux me font souffrir: ils sont justes; c'est moi qui les ai offensés; j'ai violé l'amour conjugal. Après avoir vaincu tant d'ennemis, je me...
Strana 148 - Lichas, lancé du haut de la montagne par la puissante main d'Hercule, tomba dans les flots de la mer, où il fut changé tout-à-coup en un rocher qui garde encore la figure humaine, et qui, étant toujours battu par les vagues irritées , épousante de loin les sages pilotes.
Strana 247 - ... seul amollir les cœurs féroces et glacés, en les pénétrant d'une douce chaleur! cause première de tout bien, de toute société, qui réunis sans contrainte et par tes seuls attraits les natures sauvages et dispersées! source unique et féconde de tout plaisir, de toute volupté! amour! pourquoi fais-tu l'état heureux de tous les êtres et le malheur de l'Homme?
Strana 149 - L'excès de la douleur m'a fait commettre, il est vrai, contre ce misérable Lichas, une cruauté que je me reproche : il n'a pas su...
Strana 150 - Mais s'il est vrai que tu sois touché de mes maux , tu peux me donner une dernière consolation : promets-moi de ne découvrir jamais à aucun mortel ni ma mort , ni le lieu où tu auras caché mes cendres. Je le lui promis , hélas ! je le jurai même en arrosant son bûcher de mes larmes. Un rayon de joie parut dans ses yeux : mais tout-à-coup un tourbillon de flamme, qui l'enveloppa, étouffa sa voix , et le déroba presque à ma vue.
Strana 139 - Qu'Hercule ait un vengeur plus zélé que sa femme! Non , non , si sous le fer ce bras est engourdi , Si pour fendre ce flanc il n'est assez hardi, Que de cette montagne à tant d'autres fatale , Ce corps précipité jusqu'aux enfers dévale ; Que mon sang sur ce mont fasse mille ruisseaux; Qu'à ces pierres mon corps laisse autant de morceaux; Qu'en un endroit du roc ma main reste pendue, Et ma peau déchirée en d'autres étendue : Une mort est trop douce, il la faut prolonger, Et mourir d'un seul...
Strana 148 - ... les vents et les tempêtes. De l'autre main , il tâchait en vain d'arracher de dessus son dos la fatale tunique : elle s'était collée sur sa peau, et comme incorporée à ses membres.

Bibliografické informácie