Lettres écrites d'Italie en 1812 et 1813 à M. Charles Pictet, l'un des rédacteurs de la Bibliothèque britannique, Zväzok 1

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 164 - Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle.
Strana 6 - Je viens de traverser les Alpes , mais je n'ai plus ressenti l'e'motion qu'elles m'avaient inspirée alors. Les routes majestueuses qui viennent de s'ouvrir dans leurs précipices , ont détruit les barrières données à l'Italie par la nature. Ces immenses travaux sont sans doute les plus nobles marques de notre civilisation ; mais en aplanissant les rochers, ils ont rabaissé les Alpes et désenchanté Meillerie.
Strana 18 - La seconde de ces régions se prolonge sur toutes les pentes méridionales des Apennins, des frontières de la Provence jusqu'aux bornes de la Calabre. Je l'appellerai région des oliviers ou de la culture cananéenne. Elle n'occupe que des pentes et des coteaux. Cette culture orientale s'élève en gradins sur les flancs des montagnes, par une suite de terrasses artistement soutenues avec des murs de gazon, et couvre ces si tes agrestes de plusieurs espèces d'arbres également chargés de fruits.
Strana 14 - ... l'économie, vers un désir enfin d'employer ses forces à des choses utiles dans l'ordre social et particulier. Le principe moteur de cette action est répandu universellement ; c'est-àdire la conscience de ses moyens jointe à une certaine estime de soi , dont les Italiens avaient jadis consenti à se priver , et qu'ils regagnent depuis dix ans , au prix de leur travail et de leur sang. Ce mouvement en faveur de l'esprit d'ordre et de perfectionnement dans les institutions particulières et...
Strana 147 - Lettere dall'Italia — n'ont rien de champétre, rien de patriarcal; jamais la ménagère n'y appelle ses enfants au repas du soir, jamais le chant du coq n'y rappelle les ouvriers au travail, l'hyrondelle n'y bàtit pas son nid, on n'y entend que les cris de la corneille qui plane comme un augure sur ces lieux de tristesse...
Strana 12 - ... moralité de tout un peuple se renouvelle entièrement ; mais On peut annoncer ce changement, parce que les circonstances l'appellent. Ce qu'on aperçoit distinctement aujourd'hui , c'est la cre'ation d'une classe d'hommes inconnue autrefois et déjà très-répandue, classe...
Strana 98 - ... et il reçoit ce travail par des ouvrières de la montagne que les filles de la plaine paient sur le produit de leurs chapeaux, pour faire l'ouvrage à leur place.
Strana 129 - Elle me dit que l'on gardait dans eette ville un clou de la vraie croix , dont l'attouchement sur les blessures de la rage en prévenait l'effet. Je ne pus m'empêcher de lui montrer quelque doute sur cette efficacité; elle m'assura que de temps imme'morial ce remède était usité en Toscane. Je me permis de lui apprendre que la cautérisation était regardée comme un remède plus sûr encore ; mais elle ajouta alors qu'avant d'appliquer la sainte relique sur les blessures , on la , chauffait...
Strana 226 - Toute la partie qui borde les deux côtés de la route est desséchée, mais non pas assainie ; on ne remarque pas même que ce dessèchement ait rien fait pour la salubrité de l'air, qui est resté dangereux comme dans toute la Maremme. C'est en vain qu'une verdure épaisse...
Strana 169 - Home . colouade massive , que le temps a respectée en la couvrant de mousses et de capillaires. Vers le couchant, la vue ne de'passe pas une longue chaîne de collines , sur lesquelles on ne voit que des débris du moyen âge.

Bibliografické informácie