Obrázky na stránke
PDF
ePub

ments qu'il convient de signaler. || En effet, le Vali de Kossovo a télégraphie le 3 Février qu'il avait été informé que le Gouvernement Bulgare avait distribué des fusils et de l'argent à des malfaiteurs qui se préparaient à faire des incursions sur le territoire Ottoman, et qu'en conséquence de ces informations les mesures nécessaires avaient été prises. || Le 4 Février le Vali de Salonique a télégraphié ce qui suit: – || „Le Sous-Gouverneur de Djumai-Bala nous informe qu'un Secrétaire du Consulat de Russie à Sophia a distribué des chaussures et des habits à des fugitifs, et que ceux-ci se préparent à franchir la frontière au printemps prochain.“ || Le Ministre de la Guerre a adressé le 4 Février à son Excellence le Ministre des Affaires étrangères une lettre par laquelle il a fait savoir que le Commandant de la 9e Division la informé que quelques dames, accompagnées des cavas des Consulats de Russie et d'Autriche, ont distribué 700 paires de souliers aux fugitifs Bulgares à Donidjé, et que le brigand Dontzo et quelques autres chefs de bandes se sont réunis à Donidjé dans le but de susciter ultérieurement des troubles. || Quant au traiteinent des Musulmans par les Bulgares

les Bulgares en Bulgarie, et aux agissements des Comités Bulgares dans la Principauté, le Commissaire Impérial à Sophia a adressé le 17 Janvier à son Altesse le Grand Vizir le télégramme suivant: 11 „Dans un entretien que je viens d'avoir avec le Président du Conseil, M. Daneff, je lui ai fait observer que le Comité Bulgare, dont le Général Sondjef est le chef, a fait une commande de 3000 costumes de brigands à Gaïrova; qu'une bande sous le commandement d'un officier nommé Marik est sur le point de franchir la frontière; que les prétendus réfugiés Bulgares sont en possession de 3000 fusils; que parmi ces individus il y a plusieurs Nihilistes et Anarchistes Russes; que les fonctionnaires Bulgares semblent prêter la main à ces agissements, dont le but consiste à provoquer des troubles, et qu'il est de toute nécessité de prendre des mesures efficaces pour la suppression des Comités Bulgares. M. Daneff m'a ré pondu que le Gouvernement Bulgare fait tout son possible pour éloigner les susdits réfugiés, ainsi que pour empêcher tout mouvement de nature à troubler l'ordre et la sécurité." || Son Altesse le Grand Vizir a écrit le 18 Janvier au Ministre des Affaires Étrangères qu'en réponse au télégramme qui précède il a invité le Commissaire Impérial à appeler de nouveau l'attention de M. Daneff sur la conduite des fonctionnaires Bulgares, qui, loin de chercher à réprimer les agissements des Comités, semblent plutôt y donner la main , et à lui déclarer que la Sublime Porte, comptant sur les assurances de bonne entente et de fidélité données à plusieurs reprises par le Gouvernement Bulgare et par Son Altesse le Prince Ferdinand, espère qu'il sera mis fin à cet état de choses. || Le Vali de Salonique a télégraphié le 30 Janvier que deux familles Musulmanes du village de Devreco (Roumélie-Orientale), composées de vingt personnes, ne pouvant plus supporter les mauvais traitements auxquels elles étaient en butte de la part des Bulgares, ont abandonné tous leurs biens et se sont réfugiées dans le Vilayet de Salonique. Elles ont déclaré que 150 autres familles sont sur le point d'en faire autant, et pour la même raison. || Le même Vali a télégraphié le 6 Février dernier ce qui suit: – || „On nous informe que le Président du Comité Macédonien, Michailowski, s'est adjoint le Colonel Bulgare Xantsof; que l'ex-Président du même Comité, Boris Saravof, partisan de l'érection de la Macédoine en province autonome, est en lutte ouverte avec Michailowski, partisan de l'annexion à la Bulgarie; que les Comités Bulgares cherchent à s'adjoindre des officiers de l'armée Bulgare pour les incursions qu'ils organisent dès à présent pour le printemps prochain; et que le Comité de Sophia lance des Circulaires portant que, les réformes promises par le Gouvernement Impérial n'étant pas sérieuses, il faut persévérer dans la lutte.“ || Les plans pour les prochaines incursions Bulgares dans le territoire Ottoman sont si vastes que les autorités Ottomanes sont constamment en alerte. Ainsi, le Vali de Kossovo a télégraphié le 25 Février que le Caïmacan d'Osmanié l'avait informé que, d'après les dépositions de deux brigands Bulgares arrêtés récemment dans ce caza, une bande de brigands, sous le commandement de Boris Saravof, Vallsef, Rali, et Stoviko, avait passé la frontière du côté de Sazlik, et se dirigeait vers Stroumdza et Guevghéli; et que les mesures nécessaires avaient été prises pour leur barrer le chemin. | Le Vali de Monastir de son côté, a télégraphié le 28 Février que le Gouverneur de Serrès l'avait informé que les fils télégraphiques avaient été coupés entre Pétritz et Stroumdza, ainsi qu'entre Pétritz et Timour-Hissar.

Nr. 13251. GROSSBRITANNIEN. – Der Botschafter in Konstan

tinopel an den Minister des Ausw. Übersendet einen Auszug aus mazedonischen Konsularberichten. Kämpfe mit den bulgarischen Banden vom 15. März bis 15. April.

Constantinople, April 21. (April 27.) As previously reported, a Special Mission had been sent from Constantinople to Ipek to endeavour to conciliate Albanian opposition to the reforms. They are now reported to have returned re infectâ, not having been allowed to stay in Ipek. The Albanians are said to contemplate a mass meeting under an oak on the Ferisovitch road, a tree which seems to take the same place in their history as the oak under which the Basque Constitutions were signed. The authorities intend to suppress it if possible. Three or four Christians enrolled in the gendarmerie have been disarmed, one of them in the market at Kalkandelen, and a Servian gendarme was murdered by an Albanian near Prisrend. The Vekil of the Bulgar Metropolitan at Kalkandelen having had to fly to Uskub, his house was surrounded by Albanians, who tried to break in, but were driven away by pistol shots; the police did not interfere. || Some Albanians also fired into the house of a wealthy Christian in a neighbouring village (Blasnitsa) and killed a woman. Under the circumstances, Mr. Fontana considers it regrettable that Rassim Effendi, the Kaïmakam who had succeeded in completely pacifying this district, should have been dismissed. The reason for his disinissal is said to be an offence against Moslem law in having handcuffed a woman of bad character, the mother of an Albanian brigand he had had arrested, and who has since been released. Rassim has been succeeded by Ali Riza Effendi. || The rout of a Bulgar band of 120 is reported, from Turkish sources, to have taken place near Melnik. Another was dispersed near Kochana and lost two killed; on one of them a cypher was found. Mr. Fontana and Mr. McGregor report also that a sharp fight took place at Urbino between troops and two large Bulgar bands. The leader of one and a Turkish Lieutenant were killed. The peasants attacked the rear of the troops, who lost one killed, and two Moslem peasants, according to their account, the band losing five men. The peasants disengaged the bands and then retired with them into the hills, and then parleyed with the troops for two days, after which they returned to their villages. Three Moslem tax collectors having been murdered by Bulgars in Malesh, troops were sent to punish the murderers and were fired on by some 300 peasants, who then fled to the hills. The village of Strebena in Florina is closely besieged, and that of Nered also invested. In consequence of Sarafoff being believed to be present in this district large reinforcements have been sent there. Owing to the frequent escape of bands when non-commissioned officers are in charge, in future all troops are to be led by officers. || As anticipated, the Redifs have been giving trouble; the Prishtina battalion at Keuprulu and the Ishtib battalion at Gevgeli have been looting in the bazaars, and have had to be dispersed in companies over the country. Their grievance is that they should only be called out for active service and not for garrison duty, and further trouble may be expected, especially from Albanian battalions such as these. || The political prisoners liberated at Monastir under the Amnesty number 594, of whom eighteen are Moslems, mostly condemned for gun-running, and 576 Christians, mostly Bulgars. || The minor incidents without direct political importance comprise the murder of a Bulgar by Turks at Petelep, of a Vlach by two Bulgars at Monastir, and of a Turk at Gornitsa. || Three Aides-de-camp of the Sultan have arrived at Salonica to inquire into the behaviour of the troops at Vrondou, and, in consequence of the various attempts on the lines by Alexis of Poroia and others, military inspectors have been appointed for their special surveillance. Nr. 13252. TÜRKEI. Der Botschafter in London an den

englischen Minister des Ausw. Verbrecherische

Pläne der Revolutionäre gegen Europäer. Ambassade Impériale de Turquie, Londres, le 25 Avril, 1903. (Avril 27). Musurus Pacha présente ses compliments au Marquis de Lansdowne et a l'honneur de porter à la connaissance de sa Seigneurie que, d'après une communication du Commissaire Impérial à Sophia, les Comités révolutionnaires Bulgares se sont vus dans l'impossibilité de continuer à suivre la voie qu'ils s'étaient tracée, par suite des dispositions militaires prises par le Gouvernement Impérial et que, découragés, d'autre part, tant par l'attitude que le Gouvernement Princier a dû adopter contre les fauteurs de troubles que par les communications réitérées du Gouvernement Impérial de Russie qui les ont intimidé, ils auraient décidé d'allumer des incendies dans les diverses localités des provinces Européennes de l’Empire et d'y faire sauter les édifices publics ou autres afin de pousser les Musulmans à des représailles et de provoquer ainsi une intervention étrangère. Ils auraient envoyé des instructions dans ce sens à leurs agents dans les dites provinces. || Si ces Comités ont, en effet, recours à de tels procédés, dont seuls les Anarchistes ont donné jusqu'ici l'exemple, il faudra forcément les traiter comme tels. Nr. 13253. GROSSBRITANNIEN. – Der Botschafter in Konstan

tinopel an den Minister des Ausw. Bulgarischer Bombenanschlag.

Constantinople. April 30, 1903. (April 30.) (Telegraphic.) || Following from Sir A. Biliotti, dated yesterday: 10 „An explosion occurred yesterday on board the Messageries' steam-ship Guadalquivir,' and she was burnt in harbour. French Consul held a preliminary inquiry to-day, with the result that a Macedonian Bulgar was arrested at Uskub on nearly absolute evidence that he had left a bomb on board. He had shipped for Varna and then taken the train, leaving his luggage on the ship.“

Nr. 13254. GROSSBRITANNIEN. – Derselbe an Denselben. Dasselbe.

Constantinople, April 30, 1903. (April 30.) (Telegraphic.) || Sir A. Biliotti telegraphs to-day as follows: – || „Ottoman Bank was blown up by Revolutionary Committees with dynamite yesterday evening, and is completely gutted. Attempts were made simultaneously on the Ottoman post-office, two cafés, and the German school. Many arrests; all Bulgars resisting shot down by troops. At present no exact information obtainable, but a considerable number said to be killed and wounded. Gas main destroyed; market closed, and general panic prevails. Measures taken to suppress disorder; two battalions arrived from Smyrna." || In order that military operations against the insurgents may not be followed by massacre and crime, I am impressing the vital necessity of keeping the troops well in hand on the Ottoman Government. I am informed by the Grand Vizier that the maintenance of order and the protection of the inhabitants has been secured by every possible measure; that, according to the latest reports, tranquillity has been restored, and that the town is guarded by seven battalions.

Nr. 13255. TÜRKEI. Der Botschafter in London an den

englischen Minister des Ausw. Bericht über die

Attentate in Saloniki. Ambassade Impériale de Turquie, Londres, le 1er Mai, 1903. (May 2.) Musurus Pacha présente ses compliments au Marquis de Lansdowne et a l'honneur de porter à la connaissance de sa Seigneurie que dans la soirée d'avant-hier, 29 Avril, vers 8 heures, un certain nombre de Bulgares, passant en voiture devant l'Agence de la Banque Ottomane à Salonique, ont jeté à l'improviste des bombes sur les soldats, agents de police, et gardiens préposés à sa garde. Un soldat et un gardien furent tués, et un agent de police et le fils d'un gardien blessés simultanément. Ils incendièrent avec de la dynamite la dite Agence, détruisirent le Bureau de Poste Ottoman et le Club Allemand, lancèrent des bombes sur divers points de la ville, et firent éteindre le gaz. Le Gouverneur-Général de Salonique et plusieurs autres fonctionnaires se sont aussitôt rendus sur les lieux, et les troupes, ainsi que les gendarmes, qui y ont été dirigés, parvinrent à capturer cinq des criminels, dont deux morts et trois blessés. Leurs complices sont poursuivis activement. Grâce aux mesures promptes et efficaces adoptées, l'ordre et la tranquillité ont été maintenus, sans qu'aucun habitant de la ville soit intervenu. Les hôtels des Consulats

« PredošláPokračovať »