Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]

» la couche de celle que j'aime! Ah! puisse-t-elle » me sourire dans ses songes!.... Mais peut-être » est-elle maintenant assise sous le berceau de feuil

lage qui couvre l'entrée de sa cabane. Que mes soupirs ardens volent jusqu'à elle, mêlés avec le parfum des roses ! Qu'elle les respire ! et qu'avec » eux elle respire la tendresse ! Ma belle, ma bien-ai» mée!...... Mon Ada!.... Oui, j'ose te nommer » ainsi: oui, l'Éternel me la donne. Cette douce ». idée fait palpiter mon sein embrasé. Je veux » rester uché sur ce gazon jusqu'au moment où » les premiers rayons de l'aurore l'éveilleront. Alors » elle viendra conduire son troupeau. Elle marchera » d'un pas assuré. Il dort encore loin de moi, dira»-t-elle en elle-même, en s'approchant toujours » de la verte prairie. Cependant couché sur l'herbe » j'écouterai avidement, l'oreille baissée contre

terre, pour entendre le bruit de ses pas légers. » Nuit trop lente, hâte-toi de t'écouler ! Déjà les » boucles de ma chevelure sont baignées de rosée, » et des larmes de tendresse inondent mes yeux..... » Ah, quand elle m'appercevra...... comme ses

joues vont se colorer de pourpre!... Son > souvenir est pour moi la promesse d'une longue >> vie..... Le miel est moins doux dans la bouche , » le son d'une lyre harmonieuse est moins agréable » dans un festin que ne l'est pour moi le souvenir »' d’Ada. Je veux me rendre sous ce palmier. Là » elle me verra plustöt: là je me coucherai sur le

Tome IX.

[ocr errors]
[ocr errors]

» gazon pour entendre de loin le bruit de ses pas. » Je lui présenterai la main en soupirant; je me » laisserai tomber sur son sein. Mes yeux plongés » dans les larmes toucheront alors son coeur.... »

Ainsi chantoit Lamech, et déjà il se levoit pour aller se coucher sous le palmier, lorsque tout-àcoup

Zilla sortit du milieu du bosquet. « Ah La» mech! on s'écria-t-elle, « tu m'as trompée. Voilà » que je sais que tu aimes Ada. Pourquoi m'as-tu

trompée ?

LAMECH. » Zilla , comment te trouves-tu si tard » en ce lieu ? Ne te courrouces pas, Zilla , tu m'as » écouté..... C'est une belle qui te ressemble que

j'ai chantée. Tu es aussi ma belle. Zilla. » Je te dis adieu, Lamech ; je pars, et je pleurerai toute ma vie...... Séchez-vous pour

jamais , feuillages sous lesquels Lamech m'appe>> loit sa Zilla..... Hélas! il m'abandonne!

LAMECH. » Je ne t'ai point abandonnée, ma chère » Zilla.

Zilla. » Siècles nombreux qui vous êtes écoulés » sur la tête d’Adam, vous n'avez point encore vu » un pareil outrage..... Tu es le premier parmi » les hommes qui 'ait trompé une fille.... Quand

je folâtrois dans ma première enfance, Lamech » me prenoit dans ses bras. Hélas ! depuis ce tems » il m'a toujours dit, en me donnant mille baisers

qu'il m'aimoit.... Pouvois-je penser que tu étois » sans foj? Hélas ! quand tu me voyois, tu sauteis

»

2)

[ocr errors]

» autour de moi , tes yeux ne voyoient que le bon» heur et ta Zilla ,..... et quand tu ne me voyois » pas, ta tête s'inclinoit comme la cime d'un cèdre » courbé par la tempête. Mais je te dis adieu, tu » m'as trompée. Accablée de douleur et de honte ,

je vais me retirer dans le désert; là, penchée sur » le sable, je pleurerai pendant toute ma vie.

LAMECH. » Demeure ma bien-aimée, ma chère épouse! Ah! Zilla ,.... pourquoi veux - tu me

» fuir?

[ocr errors]

Zilla. » Comment puis-je étre encore l'épouse » de Lamech ? C'est Ada qui est maintenant ton » épouse.... Aime-moi comme tu m'aimois aupa» ravant. Souviens-toi de tes sermens de tes em» brassemens si tendres.....

LAMECH. » Ce brillant flambeau du Ciel oubliera » d'éclairer les nuits plustôt que je t'oublie jamais. » Ma fidélité triomphera de la force de ma passion.

ZILLA. » Oui, si ton coeur est juste , si tu crains le » Tout-Puissant, tu ne me laisseras

pas succomber », à ma douleur. J'ai droit d'exiger ta tendresse : » il y a long - tems qu'elle est à moi; et vois : je » suis belle aussi bien qu'Ada. Ma taille est sem» blable à la tige d'un jeune olivier. Vois, Lamech, » ma figure est agréable; viens te reposer sur mon » caur, afin qu'il te communique sa fidélité. Vois » ce regard étinceler de la flamme la plus pure.... » Souvent je devance par mes chants le retour du >> matin. Le son de ma voix réveille les oiseaux. Je

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

» chante le bonheur que Lamech veut répandre » sur moi ; je chante la félicité dont je veux 'en» trelacer le tissu de tes jours. Puis je m'empresse » de te chercher, ô mon bien-aimé, et tes baisers » de flamme me disent que tu m'aimes. Lamech,

pourquoi m'as-tu fait connoître la tendresse ?..... » Sois-en témoin, chaste Lune; et vous,

Palmiers solitaires, soyez-en témoins. J'ignorois ce que » c'étoit que l'amour; mais mon caur, mon tendre » coeur et ma florissante jeunesse te plůrent, et tu. » me juras que je serois à toi.

LAMECH. » Tu seras à moi, Zilla : tu es belle et

je crains le Tout-Puissant. 'Mais.... ah que mon » coeur est agité!.... J'abandonnerois Ada! hélas,

je l'aime, je l'aime comme toi ! il faut te l'avouer... » Ne te courrouces pas,

Zilla. ZILLA. » Ada est-elle plus belle que moi, Lamech?

LAMECH. » Son âme est belle, son ame ressemble » à la tienne. Sa beauté est plus éblouissante que

les » astres...... Dieu! je la vois encore couchée, » comme elle étoit hier, dans le bocage au milieu » des fleurs , environnée de leurs exhalaisons odo» rantes. La vertu remplissoit son coeur. Son sou» rire surpassoit tous les délices du printems. Un

regard de ses yeux étoit comme les regards » qu'Adam jettoit sur Eye ayant sa chûte..... Ce » fut alors qu'elle me ravit mon repos..... Il me » sembla que j'avois vu un Ange de Dieu....." »» Mais Zilla , elle n'a pas plus d'attraits : que toit

» tu

[ocr errors]

» Elle est ton amie. Mais..... écoute, Zilla..... » permets que je te balbutie ma pensée.... Croisque la sensibilité de mon coeur ne soit

pas

assez ». vaste pour vous aimer toutes deux avec une égale » tendresse..... toutes deux comme mes épouses ? Zilla. » O surprise! ô terreur! Quoi Lamech!

LAMECH. » Ne me regardes pas d'un oeil irrité, » O Zilla!..... Mes joues tremblent, je ne puis » soutenir ta colère... Cependant est-il donc moins

digne de l'homme de brûler pour deux que pour » une ?..... Est-il moins généreux de vous aimer » l'une et l'autre que d'abandonner une de vous ?... » d'abandonner ou toi ma Zilla ?.... ou elle mon - » Ada ?.... Ah Zilla! non, tu ne peux pas le » souhaiter..... Qu'ai-je ôsé dire? Pourquoi mes

paroles coulent-elles si rapidement sur ma lan» gue?..... Zilla ne te courrouces pas.

Zilla. » Je le sais; Lamech, Ada est digne de » toi. Mais si tu ne lèves pas 'sur moi un front » menteur, o si j'ai aussi part à ton amour ! je » sacrifierai mes droits à ton repos, et je me trou» verai encore assez heureuse. Ada est née avec un » coeur noble, et, en t'aimant, je l'aimerai aussi.

LAMECH. » Que ta résolution m'enchante! As» surément ton âme est un composé de tous les » sentimens célestes. »

Alors 'Lamech plein d'ardeur l'embrassa : « Je » craignois de t'ouvrir le labyrinthe de mon coeur.

Zilla , me disois - je, pourroit penser qu'il n'y

« PredošláPokračovať »