Obrázky na stránke
PDF
ePub

427 ÉLECTION ÉTAT des Bestiaus que les Habitans de la de LIMOCES.

Paroisse d'Isle , ci-après dénommés, ont perdus Paroisse d'Isle.

depuis le premier du mois de mai jusqu'au premier du mois de juin de l'année 1762.

NOMS

Observations.

des

NOMBRE

et qualité des Bestiaux

perdus, avec la date de la perte.

NOMS des Habitans qui ont perdu des Bestiaux.

VILLAGES,

Le 2.

Le Bourg.

François Pas

quet.

une Vache.

Le 3. un Veau.

Le 5. un Bæuf.

Cc Boeuf a péri dans le travail de la Corvée.

La Chabroulie. Jean Petit ,

Métayer de M.

de Marsat. Reignefort.

Martial Jaque-
tou, Métayer

de
M. Reignefort.

Le 8.
un Bæuf.

Le 10.

une Vache.

Le 12.

Enyaud.

Ant. Pascal.

un Cochon.

Le 15. six Brebis.

Le 18.
un Boaf.

Léonard Vara-
chon, Mélayer,

de
M. Thevenin.

Avoit perdu l'année dernière trois. Bæufs.

Le 20.

un Taureau.

Le Gondaud.

Pierre Marque

Le 22.

tou,

un Veau.

Je soussigné Curé de la paroisse d'Isle, déclare avoir lu á l'issue de la messe paroissiale, le premier dimanche de ce mois, le présent Etat des pertes de bestiaux arrivées dans ma Paroisse , qu'aucun des Paroissiens n'a réclamé contre son exactitude , et que j'en crois le contenu véritable ; ce que certifient pareillement avec moi les Syndic et principaux Habitans de la dite Paroisse, et ont signé avec moi. Fuit à Isle, le 6 du mois de juin 1762.

LETTRE aux CURÉS pour leur rappeller

l’Instruction précédente et réclamer de nouveau leur coopération.

Paris, le 25 juin 1762.

Les lettres que j'ai reçues de plusieurs de MM. les Curés à l'occasion de ma Lettre circulaire du 3 mai dernier, m'ont donné, Monsieur, la plus grande satisfaction par le zèle avec lequel ils paroissent se livrer au bien public. Je suis persuadé que ceux dont je n'ai point encore reçu les réponses ne sont pas entrés moins volontiers dans nies vues , et que j'aurai les mêmes remercimens à leur faire.

Voici , Monsieur, une nouvelle occasion de montrer votre bonne volonté. Vous pouvez, par vos soins, contribuer à rendre aussi utile qu'il est possible à vos Paroissiens un travail trèsconsidérable qui va se faire pour mettre en règle les rôles des Tailles de l'année prochaine. Un Commissaire doit se rendre incessamment dans votre Paroisse pour faire la vérification du rôle, et pour remédier autant qu'il sera possible , non pas à tous les objets des plaintes qu'a occasionnées la Taille tarifée (car il est impossible de corriger dès la première année les imperfections des Abonnemens et des estimations), mais du moins pour remédier aux abus qui ont pu se glisser dans la répartition les années précédentes, et pour rendre à chacun la justice qui lui est due d'après les règles établies.

Je n'entre dans aucun détail sur les motifs et les objets de ces vérifications. Je trouve plus court de joindre à cette Lettre un exemplaire de l'Instruction que j'envoie aux Commissaires eux-mêmes (1). En

(1) Oa n'a pas cru devoir réimprimer cette Instruction voyant ce qu'ils ont à faire, vous verrez en quoi vous pouvez

les aider , et vous pourrez en même tems instruire vos Paroissiens de ce qu'ils doivent faire pour profiter de la présence du Commissaire , et le mettre à portée de leur rendre une pleine justice. Parmi les objets généraux du voyage des Commissaires, je leur ai proposé, comme à vous, de rassembler toutes les observations qui viendront à leur connoissance sur les différentes matières relatives à l'administration et au bien public. Je suis entré dans un détail un peu plus grand que dans la Lettre da 3 mai, ainsi je vous prie , en lisant cet article de l'Instruction aux Commissaires , de le regarder comme vous étant adressé et comme formant un supplément à ma première Lettre.

Quant à l'objet principal de leur voyage, qui consiste dans la vérification des Rôles, je vous serai obligé de vouloir bien leur procurer toutes les facilités qui dépendront de vous, et surtout d'engager vos Paroissiens à se rendre assidus aux vérifications, chacun pour le canton ou village qui les concerne; de leur faire sentir combien ils sont intéressés à s'y trouver ,

soit
pour

se défendre contre les déclarations que d'autres pourroient faire à leur préjudice, soit pour déclarer eux-mêmes ceux qui voudroient se soustraire aux impositions qu'ils doivent supporter, ce qui porteroit préjudice aux autres contribuables.

Vous pouvez encore faciliter infiniment le tra

qui rempliroit environ cent pages, dont la pluspart de seraient que d'un intérêt local qui n'existe plus; elle aurait cependant montré avec quelle sagacité, quelle prévoyance, quelle prudence M. Turgot s'occupait des moindres détails propres à substituer une exacte justice au désordre qui avait jusqu'alors régné dans la réparti-. tion des impôsitions de la Province qui lui êtait confiée.

dont vous

vail des vérifications, en communiquant aux Commissaires, dans l'assemblée, vos registres des baptêmes et des sépultures, pour y vérifier la date des naissances et des morts, lorsque ces dates doivent influer sur la formation de quelque cotte. Je crois vous faire plaisir en vous proposant d'exercer par-là une action de charité envers vos habitans.

Il est possible que dans l'intervalle qui s'écoulera entre le départ du Commissaire après sa vérification et le jer, octobre, jour auquel la Taille est due au Roi, il arrive dans votre Paroisse quelques changemens par mort, vente, ou autrement , ne pouvez manquer d'être instruit. Vous rendrez un grand service à votre Paroisse, et surtout aux Collecteurs de l'année prochaine, si vous voulez bien prendre la peine d'en former un état , de le lire dans l'assemblée des habitans le premier die manche du mois d'octobre, et de l'envoyer signé de vous, du Syndic, du Collecteur Porte-rôle, et de tous ceux des Collecteurs et des Habitans présens qui sauront signer, au Commissaire chargé de votre Paroisse , lequel etablira en conséquence ces changemens sur le rôle.

Je vous prie aussi d'avoir soin que le billet d'avertissement par lequel le Commissaire indiquera le jour de son arrivée, soit exactement publié, et d'en expliquer les dispositions tant aux Syndics et Collecteurs qu'aux autres Habitans , et en particulier aux anciens Collecteurs qui ont des états de faux-taux à présenter.

J'espère , Monsieur, que je n'aurai pas moins de remercimens à vous faire sur cet objet important que sur les états de bestiaux que vous voulez bien prendre la peine de dresser.

Je suis très.parfaitement, Monsieur, etc.

[ocr errors]

P. S. Plusieurs de MM. les Curés m'ont paru

ob

douter si les brebis devoint être comprises dans les états de bestiaux. Il est vrai que lorsqu'il ne s'agit que d'une ou deux brebis, la modération qu'on tiendroit par-là seroit si peu considérable que ce n'est guères la peine d'en faire un article particulier dans les états; mais lorsque le nombre est plus considérable et va jusqu'à dix ou douze, il est juste d'en faire un article, mon intention étant d'accorder une modération toutes les fois que la perte est considérable. J'ai vu avec douleur que dans quelques Paroisses le Curé a signé seul parce que personne ne savoit signer; cet excès d'ignorance dans le peuple me paroît un grand mal, et j'exhorte MM. les Curés à s'occuper des moyens de répandre un peu plus d'instruction dans les campagnes, et à me proposer ceux qu'ils jugeront les plus efficaces. S'ils pouvoient, au défaut de signature, faire apposer dans les assemblées la croix du Syndic et des principaux Habitans, cette espèce de solemnité me sembleroit propre à exciter la confiance du Peuple, et je leur en serai obligé.

Parmi les réponses que j'ai reçues à ma Lettre du 3 mai, quelques-unes contiennent des observations intéressantes. J'y ai trouvé aussi des représentations sur plusieurs abus dont je sens tous les inconvéniens, et auxquels je voudrois bien pouvoir remédier. Mais sur quelques-uns je ne vois que des

moyens très-peu faciles à mettre en oeuvre, et peut-être dangereux par l'atteinte qu'ils donne, roient à la liberté dont chaque Citoyen doit jouir et qui ne sauroit étre trop respectée.

« PredošláPokračovať »