Obrázky na stránke
PDF
ePub

wwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwWWWWWO

ADDITION AU CHAPITRE XVIII.

NOTE.

JAMAIS l'orgueil de la raison ne fut porté plus loin que dans ce siècle , et jamais on ne montra plus de penchant à décider les hautes questions de religion, de morale , et même de politique, par sentiment ou par une règle indépendante de la raison. Or, voici ce que Bayle pensoit de ce genre de preuves : « Les preuves de sen» timent ne concluent rien. On en a en Saxe, touchant » la présence réelle , tout comme en Suisse touchant l'ab» sence réelle. Chaque peuple est pénétré de preuves de » sentiment pour sa religion : elles sont donc plus souvent » fausses que vraies (1). » Des preuves qui ne concluent rien , sont des preuves qui ne prouvent rien, ou, en d'autres termes, ce ne sont pas des preuves. Cela n'empêche pas Rousseau d'insister beaucoup, comme on l'a va , sur ces preuves qui ne prouvent rien. C'est le sentiment , dit-il, qui doit me conduire. Ce que je sens étre bien, est bien , etc. Le sentiment est, à l'entendre l'unique fondement de la morale ; jamais l'homme ne s'égareroit, s'il suivoit toujours ce que son cœur lui dicte:

(1) Continuation des Pensées diverses , tom. III, p. 130.

Voilà ce que Rousseau répète presque à chaque page de l'Emile. Vous croyez peut-être qu'il étoit profondément persuadé de cette doctrine ? Ecoutez ce qu'il écrivoit confidemment à l'un de ses amis. « Oui , je suis convaincu qu'il » n'est point d'homme, si honnête qu'il soit, s'il suivoit » toujours ce que son cour lui dicte , qui ne devînt en » peu de temps le dernier des scélérats (1). » Cet aveu ne fortifie-t-il pas merveilleusement ce que dit Rousseau en faveur de la règle de sentiment ? Au reste , si le sentiment étoit une preuve de vérité , ce seroit chez les fous qu'il faudroit chercher les vérités les plus certaines ; car, apparemment, la preuve est d'autant plus forte que le sentiment est plus énergique, et le sentiment que produit l'erreur qui constitue la folie, est absolument invincible.

(1) Lettre de Rousseau à Tronchin, citée dans les Mémoires de madame d'Epinay; tom. III, p. 192.

[graphic]
« PredošláPokračovať »