Obrázky na stránke
PDF
ePub

Oscitat hesternum, dissutis undique malis ?
Est aliquid quo tendis, et in quod dirigis arcum ?
An passim sequeris corvos, testaque, lutoque,
Securus quo pes ferat, atque ex tempore vivis ?
Helleborum frustra , cum jam cutis ægra tumebit,
Poscentes videas. Venienti occurrite morbo.
Et quid opus Cratero magnos promittere montes?

Discite, ô miseri! et causas cognoscite rerum ,
Quid sumus, et quidnam victuri gignimur, orbo
Quisdatus; aut metæ quam mollis flexus, et unde;
Quis modus argento : quid fas optare : quid asper
Utile nummus habet : patriæ, caris que propinquis
Quantum elargiri deceat : quem te Deus esse
Jussit, et hnmana qua parte locatus es in re.
Disce; nec invideas, quod multa fidelia putet
In locuplete penu, defensis pinguibus Umbris;
Et piper, et pernäe, Marsi monumenta clientis ;
Mænaque quod prima nondum defecerit orca.

Hic aliquis de gente hircosa Centurionum
Dicat : « quod Sapio Satis est mihi ; non ego curo
Esse quod Arcesilas, ærumnosique Solones,
Obstipo capite , et figentes lumine terram ,

Vos bâillemens impurs, témoins irrécusables,
Disloquent votre bouche en replis effroyables.
N'avez-vous aucun but ? où vos soins tendent-ils?
Vous livrez-vous encore à des jeux puérils ?
Allez-vous, dans les champs, avec l'enfant qui joue ,
Ramassant çà et là les pierres et la boue, (12
Poursuivre les corbeaux, sans diriger vos pas ?
Etes-vous raisonnable ou ne l’êtes-vous pas ?

Coupez racine au mal, il en est temps encore : go En vain l'agonisant prendrait de l'ellébore ;

Et voudrait à Cratère, au moment de mourir ,
Promettre des monts d'or pour se faire guérir. (13

Ce que

Jeunes gens, apprenez à connaitre les hommes ,

c'est que le monde et pourquoi nous y sommes !
Apprenez bien comment il faut partir d'un point
Pour atteindre la borne et ne s'y briser point ;
Ce qu'on peut désirer, ce que sont les richesses;
Quel est le prix de l'or ; comment, dans nos largesses,
Dieu veut que nous traitions nos amis , nos parens ;

Ce qu'exigent de nous la patrie et les grands ! 100 Suivez bien les leçons et les conseils du sage;

Et n'enviez jamais l'inutile etalage
De ces mets recherchés, de ces plats fastueux (14
Par le luxe inventés, dont l'avocat fameux
De la fertile Ombrie, en son goût délectable, (15
Pour repaître nos yeux, surcharge en vain sa table !

Mais ici, va me dire un vil Centurion : (16 « Vos fous Arcesilas et vos graves Solon (17

« Qu'on voit, le regard sombre et la tête baissée , 110 « Rouler , chemin faisant , autour d'une pensée,

« Par leurs doctes leçons ne me séduiront pas.
« Ils pèsent chaque mot, ils comptent tous leurs pas ;

Murmura cum secum et rabiosa silentia rodunt ,
Atque exporrecto trutinantur verba labello,
Ægroti veteris meditantes, somnia : gigni
De nihilo nihil, in nihilum nil posce reverti.
Hoc est quod palles ? cur quis non prandeat, hoc est ?
His populus ridet : multumque torosa juventus
Ingeminat tremulos naso crispante cachinnos. >>

-- Inspice : nescio quid trepidat mihi pectus, et ægris. Faucibus. exuperat gravis balitus : inspice, sodes; Qui dicit medico, jussus requiescere, postquam Tertia compositas vidit nox çurrere venax, De majore domo, modice sitiente lagena Lenia loturo sibi Surrentina rogavit. - Heus, bone, tu palles! — Nihil est. - Videas tamen istud, Quidquid id est : surgit tacite tibi lutea pellis, - At tu deterius palles : ne sis mihi tutor : Jampridem bunc sepeli : tu restas. – Perge , tacebo,

Turgidus bic epulis, atque albo ventre, lavatur ,
Gutture sulfureas lente exhalante mephites,
Sed tremor inter vina subit, calidum que triental
Excutit e manibus : dentes crepuere retecti :
Uncta cadunt laxis tunc pulmentaria labris.
Hinc tuba , candelæ : tandemque beatulus alto,
Compositus lecto, crassisque lutatus amomis,
In portam rigidos calces extendit. At illum
Hesterni capite induto subiere quirites.

« Ils méditent toujours ! leurs cerveaux cacochymes
« N'ont plus que songes creux et que vieilles maximes :
« Rien n'est créé de rien, rien ne retourne à rien !
« Maigrit-on pour cela ? c'est donc pour vivre bien (

(18
« Que vous ne dînez plus ?... ». À ces mots on le flatte,
Et la folle jeunesse en longs rires éclate.

Voyez quel est mon mal, dit à son médecin
120 Un jeune débauché ; je sens gonfler mon sein;
Ma poitrine est brûlante , et forte est mon haleine. >>

On le fait mettre au lit; mais le plaisir l'entraîne ;
Et, la troisième nuit, dès que son sang plus doux ,
En cours plus réguliers circule dans son pouls,
Il cherche pour remède à sa soif dévorante
Quelque demi flacon de bon vin de Surente.
-Qu'avez-vous, lui dit-on ?- Mais... je n'ai rien !--Pourtant
Vous n'avez pas trop l'air d'un homme bien portant :

Ce teint blême ; ces chairs qui s'enflent.... prenez garde! 130

- Songez plutôt à vous ! suis-je sous votre garde ?
J'eus un tuteur, jadis, qui fut vite enterré :
Soignez-vous mieux que lui. C'est bon ; je me tairai.

Ainsi, plein des vapeurs que sa poitrine exhale,
Il va, sortant du bain , l'oeil cave et le teint pâle ,
Dîner chez un ami ; mais la fièvre, au festin,
Ressaisit sa victime une coupe à la main.
Les morceaux tout broyés retombent de sa bouche....
Puis, il grince des dents.... la mort vient... on le couche....

La trompe a retenti ; le cierge est allumé; (19 140 Et notre épicurien , de parfums embaumé,

Sur un lit de parade attend, près de la porte ,
Que la troupe affranchie à son bûcher l'emporte.

Tange, miser, venas, et pone in pectore dextram ; Nil calet bic : summosque pedes attinge, manusque; Non frigent. Visa est si forte pecunia : sivé Candida vicina subrisit molle puella, Cor tibi rite salit ? positum est algente catino Durum olus, et populi cribro decussa farina : Tentemus fauces : tenero latet ulcus in ore Putre, quod haud deceat plebeia radere beta. Alges, cum excussit membris timor albus aristas; Nuuc face supposita fervescit sanguis, et ira Scintillant oculi : dicisque, facisque, quod ipse Non sani esse hominis, non sanus juret Orestes.

SATIRÆ TERTIÆ FINIS.

« PredošláPokračovať »