Obrázky na stránke
PDF
ePub

nanda Glyconi; mais substituez à l'adverbe sæpe l’ablatif de seps (sepe), qui signifie dans notre langue , Aspic , Serpent, et, par extension , venin , poison , etc., et l'on sera plus porté à croire qu'il est question du premier.

3) Les horribles festins de Progné, de Thyeste, etc.

coupa

Progné, sæur de Philomèle et fille de Pandion , roi d'Athènes. Térée son époux étant devenu éperdûment amoureux de Philomèle, après lui avoir fait violence , lui la langue et l'enferma dans une tour. Progné parvint à faire sortir sa seur de sa prison ; et fit ensuite à Térée un repas de son propre fils. Après qu'il en eut mangé elle vint le lui dire en lui montrant la tête sanglante de la victime.

La fable de Thyeste est à-peu-près la même que celle de Progné. Thyeste, ayant séduit la femme d'Atrée son frère, celui-ci fit servir au père dans un festin les enfans qui étaient nés de cet amour incestueux. (Myt.)

4) Mais soyez simple; et, loin des festins de Mycènes

Et du luxe odieux de leurs sanglantes scènes , elc.

Atrée, roi de Mycènes, fit servir en un repas à son frère Thyeste ses propres enfans.

5) Dès que j'cus déposé la robe purpurine,

Et que la bulle d'or qui couvrait ma poitrine, etc.

La robe purpurine était la marque distinctive des enfans de qualité à Rome ; ils commençaient à la porter à quinze

ans jusqu'à dix-sept, époque à laquelle ils prenaicnt la robe virile.

La bulle était une petite boule d'or, d'argent ou d'autre métal que portaient au cou les jeunes patriciens; ils la prenaient et la quittaient au même âge que la robe prétexte ou purpurine.

6) Put se livrer sans crainte au quartier de Suburre.

Le quartier de Suburre était situé dans une rue de Rome qu'habitaient les Courtisanes, entre le mont Viminal et le mont Quirinal.

7) A l'âge de la vie où l'homme chancelant

Devant les deux chemins arrête un pas tremblant.

Nouvelle allusion à l'Y grec de Pythagore, dont nous avons déjà parlé.

8) Soit que de l'amitié la magique puissance

Ait au mois des Gémeaux placé notre naissance.

Les Gémeaux étaient dans le 3me des douze signes du Zodiaque; il représentait Castor et Pollux, enfans de Jupiter et de Léda , qui s'aimaient si tendrement qu'ils ne se quittaient jamais. (Myt.)

9) Soit que, par Jupiter nous ayions surmonté

L'influence et les lois de Saturne indompté.

Les anciens croyaient à l'influence des astres sur la vie et

les actions des hommes. La constellation de Jupiter était regardée comme bienfaisante et celle de Saturne comme funeste.

Horace dit à Mécène dans une de ses Odes :

Te Jovis impio
Tutela Saturno refulgens
Eripuit.

10) Et nourrissez nos cours des leçons de Cléanthe.

Cleanthe, philosophe stoicien, disciple de Zénon et son successeur dans la direction du Portique. Il consacra toute są vie à l'étude et à la pratique de la sagesse et de la vertu ; et fut si pauvre à la fin de ses jours qu'il était obligé, pour vivre, d'arroser un jardin pendant la nuit, sa journée étant entièrement employée à ses leçons.

11) Mais laissons ees tableaux dont le détail m'arrête..

Ici la transition, dans le texte, m'a paru si brusque que j'ai cru indispensable de l'adoucir par ce vers qui n'est pas tiré du latin.

12) Le nom de Publius dans la tribu Véline.

Publius était le prénom de plusieurs grands de Rome. La tribu Véline , tribu Romaine ainsi appelée à cause du lac Velinus au pays des Sabins dont elle était voisine. C'était

une peuplade d'esclaves que les Romains affranchirent en considération de leur valeur dans les combats.

13) Voyez-vous ce Dama, ce valet, ce vaurien ?

Dama était le nom d'un grand nombre d'esclaves chez les Romains. Perse, pour tourner en ridicule l'affranchissement des esclaves à Rome, fait, plus bas , une association plaisante de ce nom avec celui de Marcus que portaient plusieurs familles patriciennes.

14) Qu'on lui fassé, à vos yeux, faire une pirouette, etc.

Lorsqu'un maître voulait affranchir un de ses esclaves, il le conduisait chez le Prêteur où il le faisait tourner sur ses talons , et le renvoyait en prononçant ces mots : hunc esse liberum volo.

15) La liberté de l'homme est celle que lui donne

Le bonnet.

Lorsqu'un esclave allait être affranchi, il se faisait tondre, après quoi on lui donnait publiquement un bonnet , simbole de la liberté chez les Romains,

16) Plus libre

que

Brutus?

Brutus (L. Junius) Personne n'ignore ce que fit Brutus pour la liberté Romaine. C'est lui qui fut l'auteur de la

grande révolution qui chassa les Tarquins du trône et substitua la puissance consulaire à la royauté. Jeune encore il vit son père et son frère assassinés par les ordres de Tarquin le superbe. N'ayant par lui-même aucun moyen de vengeance et craignant de subir le même sort, il affecta un air stupide afin de ne point paraître dangereux au pouvoir d'un prince vindicatif et jaloux. Cette feinte lui réussit, et plus tard , quand Lucrèce eut été outragée par Sextus , fils aîné de Tarquin, et après que cette malheureuse femme se fut poignardée pour ne pas survivre à son déshonneur , il leva le masque, et, tirant le poignard tout sanglant du sein de la victime, il jura l'expulsion perpétuelle de la race royale. C'est de cette époque remarquable que date la République romaine. (Liv. V. Tit. Liv.)

17) Pourquoi ne puis-je pas disposer de ma vie,

Agir selon mes goûts, user de tous mes droits,
En observant le code et respectant les lois ?

Il y a dans le texte :

Excepto si quid Masuri rubrica vetavit.

C'est-à-dire en français :

Excepté ce que défendent les lois de Masurius.

Masurius était un célèbre jurisconsulte du siècle d'Auguste et de Tibère.

18) Pour trouver au malade, avec quelque assurance,

Un remède, et le faire, etc.

[merged small][ocr errors]
« PredošláPokračovať »