Obrázky na stránke
PDF
ePub

SATIRE II.

[ocr errors]

RESUME

DE LA SECONDE SATIRE.

Cette seconde satire est adressée à Macrinus , homme sage et éclairé, que Perse comptait au nombre de ses amis. Il le juge digne de rendre grâce aux Dieux immortels et de les prier; aussi l'exhorte-t-il à faire couler le vin en l'honneur de son bon génie. Mais il se plaint de ce que la plupart des grands n'apportent dans les temples que des hommages indiscrets , de ridicules sacrifices , des veux criminels et des soumissions hypocrites ; comme si les Dieux, dit-il, pouvaient se laisser tromper par les astucieux détours et par la malignité des hommes, ou comme si les hommes pouvaient entrer en connivences perfides avec les Dieux. Perse fronde ensuite les mours bizarres, les coutumes superstitieuses de son temps, les préjugés des vieilles femmes , les formules spécieuses, les purifications inutiles , l'usage ridicule et barbare d'immoler des êtres vivans aux Dieux immortels pour se les rendre propices , le luxe et les vaines cérémonies introduits dans leurs temples, les appareils religieux, les recherches somptueuses de toutes les offrandes qu'on y apporte ; et termine son ouvrage par cette lumineuse et grande pensée : que si les hommes se bornaient à n'offrir aux Dieux, pour tout sacrifice , qu'une conscience pure et des actions vertueuses , leurs voeux seraient toujours exaucés.

SATIRA SECUNDA.

VOTA HOMINUM NEFANDA STULTAQUE DAMNAT.

Hunc, Macrine , diem numera meliore lapillo ,
Qui tibi labentes apponit candidus annos.
Funde merum genio : non tu prece poscis emaci,
Quæ nisi seductis nequcas committere divis.
At bona pars procerum tacita libavit acerra.
Haud cuivis promptum est, murmurque, humilesqne susurros
Tollere de templis, et aperto vivere voto.
Mens bona, fama, fides, hocc clare, et ut audiat hospes :
Illa sibi introrsum, et sub lingua immurmurat: ô si
Ebullit patrui præclarum funus! et, ô si
Sub rastro crepet argenti mihi seria, dextro
Ilercule ! pupillumve utinam, quem proximus heres
Impello , expungam! namque est scabiosus, et acri
Bile tumet. Nerio jam tertia ducitur uxor.

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »