Obrázky na stránke
PDF
ePub

Excutias guttas; lætari prætrepidum cor.
Hinc illud subiit , auro sacras quod ovato
Perducis facies. Nam fratres inter ahenos
Somnia pituita qui purgatissima mittunt ,
Præcipui sunto, sitque illis aurea barba.
Aurum , vasa Numæ , Saturniaque impulit æra ,
Vestalesques urnas, et Tuscum fictile mutat. .
O curvæ in terris animæ , et cælestium inanes !
Quid juvat hoc, templis nostros immittere mores,
Et bona Diis ex hac scelerata ducere pulpa ?
Hæc sibi corrupto casiam dissolvit olivo,
Et Calabrum coxit vitiato murice vellus.
Hæc baccam conchæ rasisse , et stringere venas
Ferventis massa, crudo de pulvere, jussit.
Peccat et hæc, peccat : vitio tamen utitur. At vos
Dirite , pontifices, in sancto quid facit aurum ?
Nempe hoc, quod Veneri donatæ a virgine pupæ.

Quin damus id superis, de magna quod dare lance
Non possit magni Messala lippa propago ,
Compositum jus, fasque animo , sanctosque recessus
Mentis , et incoctum generoso pectus honesto?
Hæc cedo ut , admoveam templis, et farre litabo.

SATIRÆ SECUNDÆ FINIS.

Que ce moment heureux aurait pour vous de charmes !
De joie, à mon aspect , vous verseriez des larmes.
De là vous vient l'espoir d'être agréable aux Dieux
En colorant leurs fronts du métal précieux

Dont vous êtes jaloux. En effet, il est juste go Que ceux, parmi ces Dieux, dont la famille auguste (14

Répand sur les mortels des songes inspirés,
Aient une barbe d'or et soient plus honorés !
Les vases de Numa , ceux des vierges prêtresses,
L'argile des Toscans, nos produits, nos richesses, (15
Tout en or est changé dans nos temples divins !
Etres fiers et rampans , cæurs stupides et vains,
Pourquoi sur vos autels où tant de luxe éclate
Ne voyons nous fumer qu'un encens qui vous flatte ?

Ce sont vos veux impurs et vos goûts sensuels 100 Qui de futiles soins font des besoins réels;

Qui font brûler la casse en la chaudière ardente ·
Où le pale tissu devient pourpre éclatante ; (16
Qui font creuser la mine et dans l'Inde arracher
La perle de sa coque et l'or de son rocher.
Ah! n'en reprochez point la découverte au sage:
Le vice en est l'auteur, le vice en fait usage :
Pontifes, voulez-vous savoir quel est le prix
De l'or aux yeux des Dieux ? celui qu'ont pour Cypris ,
Au milieu de sa cour , les hochets de l'enfance
Que la vierge nubile immole à sa puissance. (17

110 Que ne leur offrez-vous ce que pour les fléchir,

Dans ses bassins d'argent ne saurait leur offrir
Du riche Messala la noble race impure: (18
Un sens droit, un bon cæur, des voeux sans imposture !
Si nous pouvions jamais leur en offrir de tels
Ils seraient exaucés aux pieds de leurs autels.

FIN DE LA SECONDE SATIRE.

NOTES ET OBSERVATIONS

SUR LA SECONDE SATIRE.

1) Notez bien, Macrinus, cette heureuse journée.

Macrinus était problablement un homme de bien qui vivait du temps de Perse. Voilà tout ce qu'on peut conjecturer sur ce personnage auquel notre poète semble avoir adressé cette 2c satire : il n'y a de ce nom qu’un empereur romain qui fut en 217 avant J. C. le successeur de Caracalla après l'avoir fait tuer.

2

3) Et qu'une pierre blanche en soit le trait divin.

Quelques peuples de l'antiquité ont eu en usage de marquer avec des pierres blanches ou noires les jours où ils avaient été heureux ou malheureux. Meliore lapillo est ici pour albo lapillo.

3).

Faites couler le vin,
Et qu'il coule en l'honneur de votre bon génie.

Les Romains croyaient à un bon et à un mauvais génie qui

les portaient au bien ou au mal. Chacun d'eux, le jour de l'anniversaire de sa naissance, sacrifiait à son génie. On lui offrait du vin , des fleurs, de l'encens, etc. et jamais le sang ne coulait à ces sortes de sacrifices.

4) Par le secours diyin du vaillant fils d'Alcmėne.

Hercule, fils de Jupiter et d'Alcmene.

5) Néiius en est bien à sa troisième femme.

Nerio jam tertia ducitur uxor. Il y a à cet endroit une équivoque que l'ancien scoliaste a évitée en adoptant le mot conditur à la place de ducitur. Ducere uxorem veut dire plus communément épouser qu'enterrer une femme. Au reste, l'une et l'autre locution conviennent également au sens et ne détruisent point dans notre langue l'intention de l'auteur. Pour épouser une seconde femme il fallait nécessairement que Nerius eût perdu ou enterré la première, et ainsi de suite.

Ce Nerius était un méchant avare ou usurier qui vivait dans le temps de Néron; il contracta trois mariages et se défit successivement de ses trois femmes par le poison , afin d'hériter de leurs biens.

6) Vous layez votre corps; vous allez le matin , etc.

Les purifications ont été en usage dans tous les temps et chez tous les peuples de l'antiquité. Elles furent une coutume religieuse chez les Israélites, puis chez les peuples profanes,

« PredošláPokračovať »