Obrázky na stránke
PDF
ePub

SATIRE TROISIÈME.

CONTRE L'OISIVETÉ DES JEUNES GENS.

« Et quoi ! toujours au lit ?.... l'astre qui nous éclaire
» A travers vos volets introduit sa lumière ;
» L'aiguille du cadran jusqu'à dix a monté (1
» Et vous cuvez encor le Falerne indompté ?
» C'est assez : levez-vous !... déjà la canicule
» Sèche depuis long-temps les moissons et les brûle ;
» Et partout, dans les champs , le docile troupeau
» Du pré qu'il a battu se groupe sous l'ormeau. »

Ainsi parle, en grondant, un maître à son élève. (2 10 Quoi ! répond celui-ci ; quoi ! vraiment ?.... je me lève.... A moi, valets !... Personne ?... Eh bien !...

que

tardez-vous ?... La bile me suffoque, et déjà mon courroux..... » En effet, il enrage..... on croirait tant il crie Entendre braire au loin dix roussins d'Arcadie. Un livre est là pourtant : le rude parchemin , (3 La plume et le papier sont tombés sous sa main. Mais, bientôt, il se plaint de ce que l'encre épaisse Demeure suspendue au canon qui la presse; Ou que trop délayée elle ne noircit pas ; que

d'un double trait elle marque ses pas. Malheureux, qui bientôt le serez plus encore ,

20 Ou

Venimus ? at cur non potius, teneroque columbo
Et similis regum pueris , pappare minutum
Poscis , et iratus mammæ lallare recusas ?

DISCIPULUS.

An tali studeam calamo ?

MAGISTER.

Cui verba ? quid istas

Succinis ambages ? Tibi luditur : effluis amens.
Contemnere. Sonat vitium percussa , maligne
Respondet viridi non cocta fidelia limo.
Udum et molle lutum es, nunc, nunc properandus, et acri
Fingendus sine fine rota. Sed rure paterno
Est tibi far modicum , purum et sine labe salinum :
Quid metuas ? cultrixque foci secura patella est.
Hoc satis? An deceat pulmonem rumpere ventis ,
Stemmate quod Tusco ramum millesime ducis ,
Censoremque tuum vel quod trabeate salutas ?
Ad populum phaleras. Ego te intus et in cute novi.
Non pudet ad morem distincti vivere Nattæ ?
Sed stupet hic vitio, et fibris increvit opimum
Pingue : caret culpa; nescit quid perdat, et alto
Demersus, summa rursus non bullit in unda.

Qu'allez-vous devenir ? le mal qui vous dévore
Est-il si grand qu'on doive, ainsi qu'au tourtereau ,
Comme aux enfans des rois vous broyer le morceau ?
Revenez-vous au temps où, contre votre mère,
Sur son sein balance , vous pleuriez de colère
Au doux son de sa voix ?....

L'ÉLÈVE.

Mais, puis-je écrire ainsi ?

LE MAÎTRE.
A quoi bon ces détours ? qui trompez-vous ici ?

Vous , vous-même, insensé ! voyez fuir vos années , 3. Et la main du mépris marquer vos destinées.

Le vase qu'on forma dans un limon impur
Rend au doigt qui l'éprouve un tintement obscur.
C'est surtout maintenant qu'une argile encor tendre
Trempe votre cerveau, qu'on pourrait le détendre;
Et d'une active main tourner et retourner
La roue et les ressorts qui vont vous façonner.
« J'ai de l'or, dites-vous; je puis sous ces portiques,
A ma table, étaler des vases magnifiques ! » (4

Que de luxe! eh pourquoi tant de profusions ! 40 Une

coupe

suffit à vos liba tions.
Devez-vous vous enfler et tirer vaine gloire
De ce que votre nom fut marqué dans l'histoire
Par vos nobles aïeux dont, en un successeur
Vous

pouvez saluer la robe de censeur ? Loin ! loin ces faux brillans ! si fier , au fond de l'ame, (5 Pouvez-vous, sans rougir, suivre l'exemple infâme Du débauché Natta ? cet homme est abruti ; (6 Dans le bourbier du vice il rampe anéanti.

Il s'y jeta sans frein, et, sourd à la tempête, 50 Il n'entend plus les slots bouillonner sur sa tête !

7

Magne pater Diyûm , sævos punire tyrannos
Haud alia ratione velis, cum dira libido
Moverit ingenium , ferventi tincta veneno :
Virtutum videant, intabescantque relicta.
Anne magis Siculi gemuerunt æra juvenci :
Et magis auratis pendens laquearibus ensis
Purpureas subter cervices terruit : imus,
Imus præcipites, quam sibi dicat ; et intus
Palleat infelix , quod proxima nesciat uxor ?

Sæpe oculos, memini, tingebam parvus olivo,
Grandia si nollem morituri verba Catonis
Dicere, non sano multum laudanda magistro ,
Quæ pater adductis sudans audiret amicis.
Jure : etenim id summum , quid dexter senio ferret,
Scire erat in voto; damnosa canicula quantum
Raderet : angustæ collo non fallier orcæ :
Neu quis callidior buxum torquere flagello.

Haud tibi inexpertum curvos deprendere mores ,
Quæque docet sapiens, braccatis illita Medis
Porticus , insomnis quibus et detonsa juventus
Invigilat, siliquis et grandi pasta potenta.
Et tibi quæ Samios deduxit littera ramos
Surgentem dextro monstravit limite callem.
Stertis adhuc ? laxumque caput compage soluta

Puissant maître des Dieux ! quand de cruels tyrans
Nourriront dans leurs cours les venins dévorans
D'un projet criminel , montre-leur ce supplice :
En voyant la vertu qu'ils sèchent dans le vice!
Les malheureux cachés dans le taureau d'airain ; (7
Damocles dont l'épée était, au noud d'un crin, (8
Suspendue aux lambris sur sa tête tremblante ,
Eurent-ils du remords une voix plus parlante

Que celle du méchant qui se dit : souffre et meurs ! 6. Sans qu'une épouse encor puisse sécher tes pleurs ?

Jadis, il m'en souvient, j'ai pu, dans mon enfance,
Par des secours trompeurs sauver ma nonchalance ,
Pour ne point réciter le discours de Caton (9
A ses derniers momens. Que ne m'en punit-on !
Mon père et ses amis, sans ma stupide adresse,
Eussent versé pour moi des larmes de tendresse.
Qu'on m'excuse, pourtant; car mes plaisirs, jadis ,
Quels étaient-ils ? au dé marquer le coup de six ; (10

Faire au gré de mon fouet tourner un buis mobile ; 70 A viser droit au but vaincre le plus habile.

Mais vous dont l'esprit mûr peut combiner les lois
De la saine morale; et qui, plus d'une fois,
Vous fîtes expliquer la lettre emblématique (11
Du sage de Samos; vous qui, sous ce portique
Où les Mèdes sont peints en'robes de captifs ,
En Grèce, avez pu voir , aux leçons attentifs ,
Sous leur modeste habit, ces disciples austères
Qui souvent au travail passent des nuits entières,
Vous dormez en plein jour ..... vous faites mal à voir
Tant vos nerfs sont tendus : de vos excès du soir

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »