Introduction à l'analyse des sciences, ou de la génération, des fondemens, et des instruments de nos connoissances, Zväzok 2

Predný obal
Bossange, Masson et Besson, an IX-XI, 1802
0 Recenzie
Recenzie nie sú overované, ale Google kontroluje prítomnosť falošného obsahu a po jeho identifikácii ho odstraňuje

Vyhľadávanie v obsahu knihy

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 305 - Du moins que les ruisseaux .m'offrent de doux objets ! Que je peigne en mes vers quelque rive fleurie ! La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie, Je ne dormirai point sous de riches lambris : Mais voit-on que le somme en perde de son prix:' En est-il moins profond, et moins plein de délices? Je lui voue au désert de nouveaux sacrifices. Quand le moment viendra d'aller trouver les morts, J'aurai vécu sans soins, et mourrai sans remords.
Strana 305 - Quand pourront les neuf Sœurs, loin des cours et des villes, M'occuper tout entier, et m'apprendre des cieux Les divers mouvements inconnus à nos yeux, Les noms et les vertus de ces clartés errantes Par qui sont nos destins et nos mœurs différentes!
Strana 60 - Il est des nœuds secrets, il est des sympathies Dont par le doux rapport les âmes assorties S'attachent l'une à l'autre et se laissent piquer Par ces je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer.
Strana 305 - ... C'est un avis des dieux. Pendant l'humain séjour, Ce vizir quelquefois cherchait la solitude; Cet ermite aux vizirs allait faire sa cour. » Si j'osais ajouter au mot de l'interprète, J'inspirerais ici l'amour de la retraite; Elle offre à ses amants des biens sans embarras, Biens purs, présents du ciel, qui naissent sous les pas. Solitude, où je trouve une douceur secrète, Lieux que j'aimai toujours, ne pourrai-je jamais Loin du monde et du bruit goûter l'ombre et le frais?
Strana 304 - Aut trudit acres hinc et hinc multa cane Apros in obstantes plagas, Aut amite levi rara tendit retia, Turdis edacibus dolos, Pavidumque leporem et advenam laqueo gruem 35 Jucunda captat praemia.
Strana 35 - JUSTUM et tenacem propositi virum Non civium ardor prava jubentium, Non vultus instantis tyranni Mente quatit solida, neque Auster, Dux inquieti turbidus Adriae, 5 Nee fulminantis magna manus Jovis : Si fractus illabatur orbis, * Impavidum ferient ruinae.
Strana 296 - Ad summam: sapiens uno minor est Jove, dives, Liber, honoratus, pulcher, rex denique regum; Praecipue sanus, nisi cum pituita molesta est.
Strana 145 - Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ; II doit régner partout, et même dans la fable.
Strana 287 - Scandit aeratas vitiosa naves Cura, nee turmas equitum relinquit, Ocior cervis, et agente nimbos Ocior Euro. Laetus in praesens animus, quod ultra est, Oderit curare, et amara lento Temperet risu. Nihil est ab omni Parte beatum. Abstulit clarum cita mors Achillem ; Longa Tithonum minuit senectus ; Et mihi forsan, tibi quod negarit, Porriget hora.
Strana 22 - La vanité est une sorte d'orgueil que donne la jouissance des petites choses, des petits talents, d'un petit mérite, et la possession d'un grand nombre d'objets extérieurs dont on se sert pour suppléer, par beaucoup d'étalage et d'enflure, au défaut d'un mérite réel.

Bibliografické informácie