Les Géorgiques de Virgile, en vers françois;

Predný obal
Chez Bleuet, Libraire, Pont Saint-Michel., 1789 - 191 strán (strany)
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 123 - Une tête effilée, une croupe arrondie ; On voit sur son poitrail ses muscles se gonfler, Et ses nerfs tressaillir, et ses veines s'enfler. Que du clairon bruyant le son guerrier l'éveille, Je le vois s'agiter, trembler, dresser l'oreille; Son épine se double et frémit sur son dos; D'une épaisse crinière il fait bondir les flots ; De ses naseaux brûlants il respire la guerre ; Ses yeux roulent du feu, son pied creuse la terre.
Strana 48 - Cependant sur le dos de la plaine liquide. S'élève à gros bouillons une montagne humide. L'onde approche, se brise et vomit à nos yeux, Parmi des flots d'écume, un monstre furieux.
Strana 5 - ... traduction d'un ouvrage sur l'agriculture. Cette matière est devenue l'objet d'une foule de livres , de recherches et d'expériences. Dans toutes les parties du royaume je vois s'élever des sociétés d'agriculture. On a imaginé de nouvelles façons de labourer et de semer. Plusieurs citoyens ont eu la générosité de sacrifier des arpens de terre et des années de récolte a des essais sur l'économie rurale.
Strana 115 - Heureux le sage instruit des lois de la nature , Qui du vaste univers embrasse la structure, Qui dompte et foule aux pieds d'importunes erreurs , Le sort inexorable et les fausses terreurs ; Qui regarde en pitié les fables du Ténare , Et s'endort au vain bruit de l'Achéron avare ! Mais...
Strana 165 - C'en est fait ; un coup d'œil a détruit son bonheur ; Le barbare Pluton révoque sa faveur, Et des enfers , charmés de ressaisir leur proie , Trois fois le gouffre avare en retentit de joie. Eurydice s'écrie : « O destin rigoureux ! Hélas ! quel dieu cruel nous a perdus tous deux ? Quelle fureur ! voilà qu'au ténébreux abîme Le barbare destin rappelle sa victime.
Strana 37 - ... les termes qui peignent leurs opérations. De là la nécessité d'employer des circonlocutions timides, d'avoir recours à la lenteur des périphrases ; enfin d'être long, de peur d'être bas ; de sorte que le destin de notre langue ressemble assez à celui de ces gentilshommes ruinés, qui se condamnent à l'indigence de peur de déroger.
Strana 138 - L'été fend-il les champs, at-il tari les eaux? Furieux il bondit du fond de ses roseaux, Et, les yeux enflammés et la gueule béante, De sa queue à grand bruit bat la terre brûlante. Me préservent les dieux d'aller dans les forêts Goûter le doux sommeil ou respirer le frais...
Strana 108 - Le dieu de l'air( 56 ) descend dans son sein amoureux, Lui verse ses trésors, lui darde tous ses feux, Remplit ce vaste corps de son ame puissante; Le monde se ranime, et la nature enfante.
Strana 43 - Il est une autre espèce d'harmonie nommée imtiative, harmonie bien supérieure à l'autre , s'il est vrai que l'objet de la poésie soit de peindre. Pope en donne l'exemple et le précepte à la fois dans des vers imités admirablement par l'abbé...
Strana 155 - Ou bien suspendre au seuil leurs essaims enchaînés; Tantôt leur troupe en deuil autour de ses murailles Accompagne des morts les tristes funérailles ; Tantôt le bruit plaintif de ce peuple aux abois Imite l'aquilon murmurant dans les bois, Et le reflux bruyant des ondes turbulentes, Et le feu prisonnier dans les forges brûlantes.

Bibliografické informácie