Obrázky na stránke
PDF
ePub

CARMEN VII.

AD POMPEIUM VARUM.

0

sæpe mecum tempus in ultimum Deducte, Bruto militiæ duce,

Quis te redonavit Quiritem
Dîs patriis Italoque cælo,

mero

Pompei, meorum prime sodalium, Cum quo morantem

sæpe

diem Fregi, coronatus nitentes Malobathro Syrio capillos?

Tecum Philippos et celerem fugam
Sensi, relicta non bene parmula,

Quum fracta virtus et minaces
Turpe solum tetigere mento.

Sed me per hostes Mercurius celer
Denso paventem sustulit aere;

Te rursus in bellum resorbens

Unda fretis tulit estuosis.

!

ODE VII.

A POMPEIUS VARUS.

Toi qui, dans les combats, sous l'aigle de Brutus,
A mes côtés risquas plus d'une fois ta vie,

Qui t'a rendu, cher Pompéius,
A nos dieux protecteurs, au beau ciel d'Italie ?

Toi, de mes amis le meilleur,
Avec qui, si souvent, des parfums de Syrie
La tête couronnée, et ma coupe remplie,

J'ai des jours trompé la lenteur. De Philippes tous deux nous vîmes la défaite,

Et quand le nombre écrasa la valeur,

Quand les plus fiers, sous le bras du vainqueur,
Dans la poudre sanglante eurent courbé la tête,
Nous avons fui tous deux, et moi j'ai, le premier,
Je le dis à regret, jeté mon bouclier.
Mercure, au vol léger, dans un épais nuage,
A travers l'ennemi m'enleva tout tremblant,

Tandis que pour toi moins clément,
Au milieu des hasards le flot te rejetant,

Ergo obligatam redde Jovi dapem,
Longaque fessum militia latus

Depone sub lauru mea, nec
Parce cadis tibi destinatis.

Oblivioso lavia Massico

Ciboria exple; funde capacibus

Unguenta de conchis. Quis udo Deproperare apio coronas

Curatve myrto? quem Venus arbitrum Dicet bibendi ? Non ego sanius

Bacchabor Edonis : recepto

Dulce mihi furere est amico.

1

T'exposait encore à l'orage.
Jupiter t'a sauvé; va, des mets qu'il attend,

Charger son autel tutélaire;
Puis, des longs travaux de la guerre,

Repose-toi sous mon laurier.
N'épargne pas surtout les vins de mon cellier,
Et, le front parfumé, remplissons notre verre
Du Massique fumeux qui fait tout oublier.
Qui va tresser pour nous une fraîche couronne

De lierre ou de myrthe divin? Qui sera par Vénus élu roi du festin? Qu'à Bacchus tout entier ma raison s'abandonne : Dans les douces fureurs du délire et du vin, Je veux fêter l'ami que me rend le destin.

CARMEN VIII.

AD BARINEN.

Ulla si juris tibi pejerati
Pæna, Barine, nocuisset unquam;
Dente si nigro fieres vel uno

Turpior ungui,

Crederem. Sed tu, simul obligasti Perfidum votis caput, enitescis Pulchrior multo, juvenumque prodis

Publica cura.

Expedit matris cineres opertos
Fallere, et toto taciturna noctis
Signa cum cælo, gelidaque divos

Morte carentes.

Ridet hoc, inquam, Venus ipsa ; rident Simplices Nymphæ, ferus et Cupido, Semper ardentes acuens sagittas

Cote cruenta.

« PredošláPokračovať »