Obrázky na stránke
PDF
ePub

ODE VII.

AUX ROMAINS.

Où courez-vous, où courez-vous, impies ?

Pourquoi ce fer, dont s'arme votre main?
Les plaines et les mers d'assez de sang romain
N'ont-elles

pas été rougies?
Était-ce au moins pour qu'un torrent de feux

Engloutît les murs orgueilleux
Où s'abritait la jalouse Carthage ?

Pour qu'on vît le Breton sauvage,
Atteint enfin par notre bras vainqueur,
Suivre, chargé de fers, un char triomphateur?
Non; ce sang généreux coulait pour qu'égarée,

Et du Parthe exauçant les voeux, Par ses propres enfants Rome fût déchirée. Les lions et les loups, moins féroces entre eux, Jamais pour leurs pareils ne furent dangereux. Répondez; qui vous pousse ? est-ce une aveugle rage ?

La Fatalité? vos forfaits ?

Tacent, et albus ora pallor inficit,

Mentesque perculsæ stupent.

Sic est : acerba fata Romanos agunt,

Scelusque fraternæ necis,

Ut immerentis fluxit in terram Remi

Sacer nepotibus cruor.

Ils se taisent!..... de honte ils restent stupéfaits,
Et la pâleur a trahi leur visage.

Il est donc vrai! d'amers destins
Emportent Rome et les Romains,
Depuis que

de son frère,
Romulus a souillé la terre;
Sang innocent, trépas immérité,
Qui retombe aujourd'hui sur sa postérité.

du sang

[merged small][ocr errors][merged small]

Phæbe, sylvarumque potens Diana,
Lucidum coeli decus, o colendi
Semper et culti, date quæ precamur

Tempore sacro,
Quo Sibyllini monuere versus
Virgines lectas puerosque castos
Dis, quibus septem placuere colles,

Dicere carmen.

1

CHANT SÉCULAIRE.

CHOEUR GÉNÉRAL.

Fils de Latone, et toi, déesse des forêts,

Astres brillants, honneur de l'Empyrée !
O puissance adorable et toujours adorée !
Voici les temps venus, accueillez nos souhaits.
Suivant des saints trépieds les volontés divines,

Rome a choisi ses plus chastes enfants
Pour adresser et ses voeux et ses chants
Aux immortels, amis des sept collines.

« PredošláPokračovať »