Œuvres choisies

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Obsah

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 26 - C'est une liaison libre et délicieuse, Dont le cœur et l'esprit, la raison et le temps, Ont ensemble formé les nœuds toujours charmants: Et sa chaîne, au besoin, plus souple et plus liante , Doit prêter de concert, sans qu'on la violente. Voilà ce qu'avec vous jusqu'ici j'ai trouvé. Et qu'avec moi, je crois, vous avez éprouvé.
Strana 92 - J'en ai tiré l'aveu de leurs forfanteries: lia s'étaient faits tous deux autant de menteries. Le renvoi de l'écrin leur a fait inventer Le bonheur dont ces fats ont osé se vanter. Après leur avoir fait la leçon assez forte, (En lui donnant le portrait.) J'ai repris le portrait, et je te le rapporte. • ' Je n'imagine' pas qu'ils en osent parler; Et même tous les deux viennent de s'en aller.
Strana 81 - Eh ! madame , vivez. CONSTANCE. Vous ne le voulez plus. Mais vous serez bientôt satisfait. Au surplus , Jouissez de ces biens que vous voulez me rendre ; De vos seules bontés je veux toujours dépendre. A l'égard de ma fille... il m'eût été bien doux De garder le seul bien qui me reste de vous ! Puisse-t-elle éviter les malheurs de sa mère, N'être pas moins fidèle, et vous être plus chère!
Strana 250 - ARGANT. Mais, avant que d'aller plus loin , Qui peut vous avoir fait une histoire pareille ? D'où la sait-on ? Comment ? Quel en est le témoin ? LE MARQUIS. Un ancien valet de feu votre beau-frère, En buvant chez le suisse, a fort innocemment Révélé tout ce beau mystère.
Strana 95 - J'aurai tout préparé , tu n'auras qu'à l'entendre. D'URVAL. ^ J'aurois trop à souffrir... En croyant te parler, Constance contre moi peut et doit exhaler Ces reproches qu'elle a condamnés au silence : Ce...
Strana 187 - Ce malheureux levain de la coquetterie, Et ce goût effréné pour la galanterie. Nous pourrions à bon titre en dire autant de vous. Mais , sans récriminer, croyez que parmi nous II est encor des cœurs dignes d'un honnête homme.
Strana 227 - Ah! n'appréhendez pas qu'un jour le repentir Vienne dans mon désert empoisonner ma vie. Je trouverai de quoi fixer tous mes désirs Dans sa tranquillité profonde. * C'est lorsqu'on a du moins un peu connu le monde Qu'on peut dans la retraite avoir de vrais plaisirs. Que je m'en vais l'aimer! Qu'elle me sera chère! Je n'y sentirai plus le poids de ma misère.
Strana 239 - ARGANT. Depuis, je ne l'ai point revue. Dans mon cœur, il est vrai, l'absence a triomphé. L'éloignement , l'oubli , le temps , ont étouffé La tendresse que j'aurais eue, Si vous aviez laissé cet enfant sous mes yeux: Vous n'auriez jamais eu de reproche à me faire. Eh ! je ne demandais pas mieux.
Strana 76 - Messieurs, en supposant, mais sans que je le croie, Que, pour plaire, un de vous ait tenté cette voie, Qu'il ait donné l'écrin, de grâce, ditesmoi Quelle conclusion tirez-vous du renvoi? DAMIS. On ne refuse rien de quelqu'un qui sait plaire. CLITANDRE. Ce n'est donc point de moi ? La conséquence est claire. DAMIS, en frappant sur l'épaule de Durval. Si je l'avais donné, crois qu'on l'aurait gardé.
Strana 29 - Comment! du ridicule! Et quelle en est la cause? Quoi ! d'aimer sa femme? DURVAL. Oui : le point est délicat: Pour plus d'une raison je ne veux point d'éclat ; Je n'ai déja donné sur moi que trop de prise.

Bibliografické informácie