Oeuvres complétes de P.-L. Courier: précédées d'un essai sur sa vie et ses écrits, Zväzok 3

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 177 - Ah ! cousine. . . il saisit un jambon qui pendait au plancher, en coupe une tranche, et se retire comme il était venu. La porte se referme, la lampe s'en va, et je reste seul à mes réflexions. Dès que le jour parut, toute la famille, à grand bruit, vint nous éveiller, comme nous l'avions recommandé. On apporte à manger : on sert un déjeûner fort propre, fort bon, je vous assure.
Strana 174 - Nous cherchâmes, tant qu'il fit jour, notre chemin à travers ces bois ; niais plus nous cherchions, plus nous nous perdions, et il était nuit noire quand nous arrivâmes près d'une maison fort noire. Nous y entrâmes, non sans soupçon , mais comment faire? Là nous trouvons toute une famille de charbonniers à table, où du premier mot on nous invita. Mon jeune homme ne se fit pas prier : nous voilà mangeant et buvant, lui du moins, car pour moi j'examinais le lieu et la mine de nos hôtes....
Strana 52 - Cela dura un quart d'heure ou plus, et devenait embarrassant pour d'Anthouard et pour tout le monde, quand Maire, un jeune homme, un lieutenant que tu as pu voir, se lève et dit: S'il veut être empereur, qu'il le soit; mais pour en dire mon avis, je ne le trouve pas bon du tout. Expliquez-vous, dit le colonel; voulez-vous, ne voulez-vous pas? Je ne le veux pas, répond Maire. A la bonne heure.
Strana 176 - Mon camarade y grimpa seul, et se coucha tout endormi, la tête sur la précieuse valise ; moi, déterminé à veiller, je fis bon feu, et m'assis auprès. La nuit s'était déjà passée presque entière assez tranquillement, et je commençais à me rassurer, quand, sur l'heure où il me semblait que le jour ne pouvait être loin, j'entendis au-dessous de moi notre hôte et sa femme parler et se disputer ; et prêtant l'oreille par la cheminée qui communiquait avec celle d'en bas, je distinguai...
Strana 33 - C'était, comme vous voyez , un Cupidon dérobant les armes d'Hercule, morceau d'un travail exquis, et grec, si je ne me trompe. Il n'en reste que la base, sur laquelle j'ai écrit avec un crayon : Lugete...
Strana 176 - L'appeler, faire du bruit, je n'osais; m'échapper tout seul, je ne pouvais; la fenêtre n'était guère haute, mais en bas deux gros dogues hurlant comme des loups... En quelle peine je me trouvais, imaginez-le, si vous pouvez. Au bout d'un quart d'heure qui fut long, j'entends sur l'escalier quelqu'un, et par...
Strana 32 - ... d'assez tristes pour vous peindre l'état de délabrement, de « misère et d'opprobre où est tombée cette pauvre Rome, « que vous avez vue si pompeuse et de laquelle à présent « on détruit jusqu'aux ruines. On s'y rendait autrefois , « comme vous savez, de tous les pays du monde. Combien « d'étrangers, qui n'y étaient venus que pour un hiver, y « ont passé toute leur vie ! Maintenant il n'y reste...
Strana 89 - ... leurs bourreaux. Cependant le général, colonel ou chef, n'importe de quel grade, qui a fait partir ce détachement sans songer à rien, sans savoir, la plupart du temps, si les passages étaient libres, informé de la déconfiture, s'en prend aux villages voisins; il y envoie un aide de camp avec cinq cents hommes. On pille, on viole, on égorge, et ce qui échappe va grossir la bande du sous-diacre.
Strana 173 - Sophie... Mais quoi ! si je vous querelle, vous ne m'écrirez plus du tout. Je vous pardonne donc, crainte de pis. Oui sûrement je vous conterai mes aventures, bonnes et mauvaises, tristes et gaies ; car il m'en arrive des unes et des autres. Laissez-nous faire, cousine, on vous en donnera de toutes les façons.
Strana 85 - Pour peu qu'il vous souvienne , madame , du moindre de vos serviteurs , vous ne serez pas fâchée , j'imagine , d'apprendre que je suis vivant à Reggio , en Calabre , au bout de l'Italie , plus loin que je ne fus jamais de Paris et de vous, madame. Pour vous écrire, depuis six mois que je roule ce projet dans ma tête, je n'ai pas faute de matière, mais de temps et de repos. Car nous triom plions en courant, et ne nous sommes encore arrêtés qu'ici , où terre nous a manqué.

Bibliografické informácie