Oeuvres complètes de C. F, Volney...

Predný obal
 

Èo hovoria ostatní - Napísa» recenziu

Na obvyklých miestach sme nena¹li ¾iadne recenzie.

Iné vydania - Zobrazi» v¹etky

Èasté výrazy a frázy

Populárne pasá¾e

Strana 3 - Au lieu de nos visages nus, de nos têtes enflées de cheveux, de nos coiffures triangulaires, et de nos habits courts et serrés, il regarde avec surprise ces visages brûlés, armés de barbe et de moustaches; cet amas d'étoffe roulée en plis sur une tête rase ; ce...
Strana 231 - ... l'on y touche, et rien ne peut exprimer la variété des sensations qu'on y éprouve ; la hauteur de leur sommet, la rapidité de leur pente, l'ampleur de leur surface, le poids de leur assiette, la mémoire des temps qu'elles rappellent, le calcul du travail qu'elles ont coûté, l'idée que ces immenses rochers...
Strana 232 - Alors on pardonne à l'avarice, qui, violant leurs tombeaux, a frustré leur espoir ; on en accorde moins de pitié à ces ruines ; et tandis que l'amateur des arts s'indigne dans Alexandrie de voir scier les colonnes des palais, pour en faire des meules de moulin, le philosophe , après cette première émotion que cause la perte de toute belle chose, ne peut s'empêcher de sourire à la justice secrète du sort, qui rend au peuple ce qui lui coûta tant de peines , et qui soumet au plus humble...
Strana 358 - On fait des chaussures et des harnais de sa peau, des vêtements et des tentes de son poil. On transporte par son moyen de lourds fardeaux ; enfin, lorsque la terre refuse le fourrage au cheval si précieux au Bédouin, le chameau subvient par son lait à la disette, sans qu'il en coûte, pour tant d'avantages, autre chose que quelques tiges de ronces ou d'absinthes , et des noyaux de dattes piles. Telle est l'importance du chameau pour le désert, que si on l'en retirait, on en soustrairait toute...
Strana 217 - Dans tout l'empire les jardins ne sont que des vergers sauvages où les arbres jetés sans soins n'ont pas même le mérite du désordre. En vain se récrie-t-on sur les orangers et les cédrats qui croissent en plein air : on fait illusion à notre esprit, accoutumé d'allier à ces arbres les idées d'opulence et de culture qui chez nous les accompagnent. En Egypte, arbres vulgaires, ils s'associent à la misère des cabanes qu'ils couvrent, et ne rappellent que l'idée de l'abandon et de la pauvreté....
Strana 373 - Ils n'ont aucun livre , et rien n'est si rare , même parmi les chaiks , que de savoir lire. Toute leur littérature consiste à réciter des contes et des histoires , dans le genre des Mille et une nuits. Ils ont une passion particulière pour ces narrations ; elles remplissent une grande partie de leurs loisirs , qui sont très-longs. Le soir ils s'asseyent à terre à la porte des tentes , ou sous leur couvert, s'il fait froid, et là, rangés en cercle autour d'un petit feu de fiente , la pipe...
Strana 1 - C'est en vain que l'on se prépare, par la lecture des livres , au spectacle des usages et des mœurs des nations; il y aura toujours loin de l'effet des récits sur l'esprit à celui des objets sur les sens.
Strana 281 - Là, de toutes parts, s'étend un horizon sans bornes; là, par un temps clair, la vue s'égare et sur le désert qui confine au golfe Persique, et sur la mer qui baigne l'Europe: l'âme croit embrasser le monde. Tantôt les regards errant sur la chaîne successive des montagnes, portent l'esprit, en un clin d'œil, d'Antioche à Jérusalem; tantôt se rapprochant de ce qui les environne, ils sondent la lointaine profondeur du rivage.
Strana 284 - En plusieurs lieux les eaux, trouvant des couches inclinées, ont miné la terre intermédiaire, et ont formé des cavernes ; ailleurs, elles se sont pratiqué des cours souterrains, où coulent des ruisseaux pendant une partie de l'année.
Strana 85 - Abazans. Il les fit élever dans les exercices militaires ; et en peu de temps il eut une légion des plus beaux et des meilleurs soldats de l'Asie, mais aussi des plus mutins, comme il ne tarda pas de l'éprouver. Bientôt cette milice, semblable aux gardes prétoriennes, lui fit la loi. Elle fut encore plus audacieuse sous son successeur, qu'elle déposa. Enfin, en 1250, peu après le désastre de S.

Bibliografické informácie