Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophthegmes, dérivés de moeurs, des usages, de l'esprit et de la morale de peuples anciens et modernes: accompagnée de remarques critiques, d'anecdotes, et suivie d'une notice biographique sur les poètes, les moralistes et les philosophes les plus célèbres cités dans cet ouvrage, et d'une table des matières ...

Predný obal
Delongchamps, 1828 - 1410 strán (strany)
0 Recenzie
Recenzie nie sú overované, ale Google kontroluje prítomnos» falo¹ného obsahu a po jeho identifikácii ho odstraòuje

Vyhµadávanie v obsahu knihy

Èo hovoria ostatní - Napísa» recenziu

Na obvyklých miestach sme nena¹li ¾iadne recenzie.

Zvolené strany

Obsah


Iné vydania - Zobrazi» v¹etky

Èasté výrazy a frázy

Populárne pasá¾e

Strana 186 - ... de sa famille, et la douleur de ses amis, qu'à lui exagérer la perte qu'il va faire ? Nous sommes si aveugles que nous ne savons quand nous devons nous affliger ou nous réjouir : nous n'avons presque jamais que de fausses tristesses ou de fausses joies.
Strana 228 - Français est plus homme qu'un autre, c'est l'homme par excellence ; car il semble être !fait uniquement pour la société.
Strana 268 - J'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
Strana 91 - Thespis fut le premier qui, barbouillé de lie, Promena par les bourgs cette heureuse folie; Et, d'acteurs mal ornés chargeant un tombereau, Amusa les passants d'un spectacle nouveau.
Strana 237 - On connolt un véritable François à quatre choses : quand l'horloge sonne , quand il interroge quelqu'un , quand il promet, et quand il parle de ses amours. A peine l'horloge commence à sonner qu'il demande quelle heure il est ; il veut que son ami lui réponde avant qu'il l'ait interrogé ; il ne fait que ce qu'il ne promet pas; et pour ses amours, il a plus de plaisir à publier les faveurs de sa maîtresse qu'à les recevoir.
Strana 336 - Il revint bientôt accompagné de son homme, qu'il me présenta, et dont il loua fort la probité. Nous entrâmes tous trois dans la cour, où l'on amena ma mule. On la fit passer et repasser devant le maquignon, qui se mit à l'examiner depuis les pieds jusqu'à la tête. Il ne manqua pas d'en dire beaucoup de mal. J'avoue qu'on n'en pouvait dire beaucoup de bien : mais, quand c'aurait été la mule du pape, il y aurait trouvé à redire. Il assurait donc qu'elle avait tous les défauts du monde...
Strana 474 - On demande quatre choses à une femme : que la vertu habite dans son cœur; que la modestie brille sur son front; que la douceur découle de ses lèvres, et que le travail occupe ses mains. Et avant la proposition qui est précédée d'une cnumération : Du lait , du pain , des fruits , de l'herbe, une onde pnre r G'étoit de nos aïeux la saine nourriture. 3...
Strana 466 - Misérable jouet de l'aveugle fortune, Victime des maux et des lois, Homme , toi qui, par mille endroits , Dois trouver la vie importune, D'où vient que de la mort tu crains tant le pouvoir? Lâche , regarde-la sans changer de visage ; Songe que , si c'est un outrage , C'est le dernier à recevoir.
Strana 409 - N'a rien d'humain que l'apparence ; Et d'ailleurs il n'est pas si facile qu'on pense , D'être fort honnête homme et de jouer gros jeu. Le désir de gagner , qui nuit et jour occupe , Est un dangereux aiguillon. Souvent , quoique l'esprit, quoique le cœur soit bon , On commence par être dupe, On finit par être fripon.
Strana 352 - Dans les nœuds de l'hymen à quoi bon m'engager ? Je suis un, cela doit suffire. Si j'étais deux, mon état serait pire : C'est bien assez de moi pour me faire enrager.

Bibliografické informácie