Obrázky na stránke
PDF

de loin parles patriarches et par les prophètes( 1 ), et venu au temps marqué pour accomplir l'espérance des justes et les figures du culte ancien; de sorte que, toutes les ombres étant dissipées , il n'existe plus et il n'existera éternellement qu'un seul sacrifice, et une seule victime d'un prix infini.

Si l'on considère, sous le point de vue le plus général, les deux âges du christianisme ou de la vraie religion, on voit qu'avant Jésus-Christ, elle étoit l'ensemble des vérités et des lois nécessaires à l'homme pour exister comme être physique , moral et intelligent. Depuis JésusChrist , qui n'est pas venu détruire la loi, mais l'accomplir (2), elle est l'ensemble des lois et des vérités nécessaires pour la perfection de l'homme moral et intelligent (3). Et le passage de l'un de ces âges à l'autre ne s'est pas opéré sans préparation, car la suprême sagesse ne fait rien brusr qucment; mais peu à peu la lumière a brillé d'un plus vif éclat. Les prophéties chaque jour plus nombreuses et plus claires, et qui, pénétrant chez tous les peuples (î), y réveillèrent le souvenir des traditions antiques; la dispersion des Juifs (2), mille autres causes dont la Providence s'est réservé le secret, disposèrent le genre humain à la prédication évangélique (5);

sum pro omnibus , testîmonium temporibus suis. Ep. I ad Timoth. II, 5.

(1) Juxta fidem defuncti sunl omnes isti, non acceptis repromissionibus, sed à longé eas aspioientes, el salutantes. Ep. ad Hebr. , XI, i3.

(2) Nolite putare quod veni solvere legem, aut prophetas : non veni solvere, sed/adimplere. Mat t. V, 17.

(3) Volo enim... ut consolentur corda ipsorum, .instructi in charitate, et in omnes divitias plenitudinis intellectâs , jnagnitionemmysterii Dei patriset Christi Jesu; in quosunt omnes thesauri sapientise et scientiœabsconditi...

Quem nos annuntiamus, corripientes omnem hominem', et docentes omnem hominem in omni sapientià , ut exliibeamus omnem hominem perfectum in Christo Jesu. Ep. ad Coloss., II, î eti; I, 28.

(1) Elles y étoient portées par les prosélytes, qui venoient de tous le9 pays se faire initier aux mystères des Juifs. Dans le dénombrement qui eut lieu sous Salomon , il se trouva dans la terre d'Israël cent cinquante-trois mille six cents prosélytes. II Paralipom., II, 17.

(2) Dispersit vos inter gentes , quœ ignorant eum , ut vos enarretis mirahilia ejus, et faciatis scire eos , quia non est alius deus omnipotens praeter eum. Tob., XIII, 4.

(3)Quodenim quemadmodùm Judaeos Deus salves esse voluit dans eis prophetas, ita etiam Grsecorum spectatissimos propriae suœ linguse prophetas excitatos, prout poterant capere Dei beneficentiam, à vulgo secrevit praeter Pétri praedicationem, declarabit Paulus apostolus dicens: Libros quoque graecos sumite, agnoscite sybillam quomodo unum Deum, significet, et ea qua? sunt futura : et

et le rejeton de Jessé ne sortit pas d'une tige flétrie , pomme les feuilles de la verge d'Aaron. Sauveur annoncé par Adam , législateur prédit par Moïse (1); avant sa naissance, toujours vivant dans la foi et l'espérance des hommes, il paroît; et le salut, la loi, les promesses de la religion, ses mystères, son culte , tout est consommé.

Quel magnifique spectacle nous offre le développement de cette religion divine! Semblable

Hydaspen sumite et legîte, et invenietis Pei filium multô clariùs et apertiùs esse scriptum , et quemadmodùm adversus Christum multi reges instruent aciem , qui eum habentodio, et eos qui nomen ejus gestant, et ejus fide^ les, et ejus tolerantiam et adTentum. Deindè uno verbo nos'interrogat: Totus autem mundus, et quae sunt in mundo, cujussunt, nonne Dei ? Proptereà dicit Petrus Dominum dixisse apostolis : Si quis ergo velit ex Israël duci pœnitentiâ , et propter nomen incum credere in Deum , remittunter ei peccata, . . . . Egredimini in mundum, ne quis dicat, non audivimus; sed ut in tempore nunc venit praedicatio , ita in tempore data quidem est lex et prophetas barbaris : philosophia autem Grœcis, aures assuefaciens ad prsedicationem. Clément. Alexandr. Slromat., lib. VI, p. 656 et 637. Ed. Paris, 1641.

(1) Propbetatn de gente tuâ et de fratribus tuis sicutme, suscitabit tibi Dominus Deus tuus : ipsum audies. Deuteron., XVIII, i5.

à un fleuve qui prend sa source dans une montagne élevée, elle descend des cieux , répand de tous côtés la vie et la fécondité en traversant les siècles, s'étend et s'accroît dans son cours; et enfin, s'épanchant au sein dé l'éternité, ses rives disparaissent, et elle devient comme un océan immense de vérité et d'amour.

Quoique la tradition du médiateur par qui le genre humain devoit être sauvé fût répandue par toute la terre, et que nul homme n'ait jamais pu parvenir au salut que par l'application de ses mérites et de son sang (1), il n etoit pas nécessaire néanmoins que tous les hommes en eussent une connoissance explicite et parfaite; et c'est ce que saint Augustin explique admirablement.

(1) Ne quisquamdiceret posse esse salutis viam in bonâ conversatione etuniusBciomnipotentiscultu, sine participationecorporis et sanguinis Christi : Unus enimDeus , inquit (apostolus), et unus mediutor Dei et hominum horno Christus Jésus : ut illud quod dixerat, omîtes homines vult salvos fieri, nullo alio modo intelligatur prœstari, nisi per mediatorem, non Deum, quod semper Verbum erat, sed homineni Christum Jesum, cùm Verbum caro factum estj et habitavit in nobis. S. August. Epist. CXLIX , ad Paulin., tom. II, Oper. Col. 5io. Ed. Benedict. Id. De peccat. meritis et remissione, lib. /, cap, XXVIII. tom. X, roi. 3o.

\

« Quand nous parlons de Jésus-Christ, il faut » entendre le Verbe de Dieu, par qui tout a été » fait, et par conséquent le Fils, puisqu'il est » la parole du Père, non pas une parole pro» noncée une fois et qui passe; mais demeu» rant éternellement dans le Père immuable, el » immuable lui-même, il régit et administre » toutes les créatures spirituelles et corporelles, » selon les convenances des temps et des lieux. » Ce qu'il doit faire pour elles , quand , où , il le » sait, et cette science ainsi que la sagesse qui » dispose toute l'économie de ce Vaste gouverne» ment, sont en lui-même» En effet, avant de » propager le peuple hébreux, par qui son avé» nement devoit être annoncé sous des figures » convenables, et au temps du royaume d'Israël, » et lorsque s'étant fait chair dans le sein d'une » vierge, il se montra aux mortels sous une. » forme mortelle, et ensuite, quand il acconi« plit tout ce qu'il avoit auparavant prédit par » les prophètes, et maintenant, et jusqu'à la fin » des siècles, lorsqu'il séparera les saints des » impies, et qu'il rendra à chacun ce qui est à » lui : il est le même Fils de Dieu, coéternel à » son Père , la sagesse immuable qui a créé la » nature entière, et qui rend heureuse toute » âme raisonnable en se communiquant à elle. » C'est pourquoi, dès le commenccincnl du

« PredošláPokračovať »