Obrázky na stránke
PDF

CHAPITRE XXVI.

L'universalité est un caractère du christianisme.

Quand il ne nous resteroit aucuns monumens des peuples anciens, ■ il seroit impossible de douter qu'ilt aient connu les vérités nécessaires à l'homme, ou la religion révélée primitivement, puisque nulle société n'auroit pu sans cela ni subsister , ni s'établir, et que la connoissance de Dieu, vérité essentielle , infinie, est le fonds même de la raison humaine, comme de toute intelligence. L'idolâtrie put bien obscurcir , mais jamais elle n'effaça de l'esprit des hommes la notion de la Divinité (1) ; partout

(1) Quid enim ampliùs hominî necessarium quàm cura

in Doum verum Ideô tantùm opiner, quia à priinordio

notus est, quia nunquàm latuit, quia semper illuxit. Tertutlian. adv. Marcion., lit. II, p. 381. Edit. Rigaltii.— Quand les Pères disent que les Geritils ne connoissoient pas Dieu, ils parlent d'une connoissance pratique ; et c'est elle se conserva au milieu des faux cultes, ainsi que l'idée de justice au milieu des crimes qui souilloient les nations païennes. » Elles n'étoient » pas, dit saint Augustin, tellement livrées aux » faux dieux, qu'elles eussent perdu la connois» sance du seul vrai Dieu, auteur de tous » les êtres (1). » Aussi saint Paul ne reprochet-il point aux Gentils d'ignorer Dieu; au contraire ce qui les rehdoit inexcusables} c'est que, le connaissant , ils ne *le glorifioient pas comme Dieu (1). Les anges rebelles qui le connoissent aussi sans doute , mais qui refusent de le glorifier , entraînèrent dans leur révolte presque tout le genre humain , et le polythéisme n'est qu'une grande défection , l'acte par lequel la créature, cessant d'honorer Dieu et d'obéir à Dieu comme au suprême monarque de qui relèvent tous les êtres, renonce au moins implicitement à la société qu'il avoit établie entre elle et lui, et se choisit d'autres maîtres. En un mot l'idolâtrie, née des passions et non pas du défaut de lumières, est, ainsi qu'on l'a vu, un crime de la volonté; et voilà pourquoi, quand Jésus-Christ vint abolir les faux cultes, les esprits célestes, publiant dans" leurs sacrés cantiques l'objet de sa mission, proclamèrent la gloire de Dieu , qui alloit de nouveau éclater dans le monde, et annoncèrent la paix aux hommes dont la volonté seroit droite (1).

en ce sens que saint Athanase dit des Juifs même, lorsqu'ils s'éloignoient de la loi, qu'<7* ignoroient Dieu, àyvwo-tav yàp tays ®eov. Exposit. in psalm. CI. oper. toin. I, p. 1179. Edit. Benedict. — Après avoir dit que tous les hommes connoissent l'unité du Dieu crétteur, omnibus hominibus ad-hoc demùm consentientibus, saint Irénée explique quel est le crime des païens. « Illi enim creatarœ potiùsquàm Creator i servientes, et hit qui non sunt dit [Rom. I, 25. Galat. IV, 8.), verùmtamen primum deitatis locum àttribuuntfabricatorihujusuniversitatisDeo.Liï». //. contr. hœres., cap. IX, p. 126. Edit. Massuet.

« L'idolâtrie suppose la croyance qu'il existe une Divi» nité, et la superstition que l'âme des hommes est immortelle. Idolatry dotk suppose the belief of the existence of a Deity; and superstition the immortality of the soûls ofmen. Stillingfleet, Orig. sacr. Book I, ch. I, vol. I, p. 9.'

(1). Discat ergo Faustus.... monarchiae opinionem non ex gentibus nos habere, sed gentes non usquè adeô ad falsos deos esse delapsas ut opinionem amitterent unius ve«ri Dei, ex quo omnis qualiscumque natura. S. Aug. contr. Faustum, Manich.XX, 19. Apertè, ut arbitror, ostendit (Petrus) unum-et sohrm Deum, à Gnecis quidem gentUiter, à Judœis ai item judaicè, novè autcm à nobls cognosei et spirituulilcr. Clem. Alex, strom. lib. VI, pag. 636. — In hoc quod Deus fecit hune mundum , notus in omnibus gentibus. S.Tkom. 2œ 2œ quœst. II, a. 8.

(î) Ità ut sint inexcusabiles, quia cùm cognovissent" Dcum, non sicut deum glorificaverunt aut gratias egerunt. Ep. ad Rom. 1, 20 et ai. — Confitentur se nosse Deum, factis autem negant. Ep. adTit. I, 16.

Parmi les choses généralement reconnues pour certaines, l'universalité des croyances dont se composoit la religion révélée originairement, nous paroît être ce qu'il y a de moins susceptible de contestation. Anciens et modernes , quelle que fût d'ailleurs la diversité de leurs opinions, païens, chrétiens, incrédules; tous ont été frappés de ce fait. « Le savant docteur » Shuckford observe (2) que les anciennes na» tions conservèrent long-temps des usages qui » annonçoient une religion primitive, univer» selle , dont il s'étoit conservé des traces dans » les rites et les cérémonies de leur culte reli» gieux; et il met au nombre de ces usages les » sacrifices expiatoires et impétratoires , soit les » sacrifices des animaux , où l'on faisoit couler » le sang des victimes, soit les simples obla» tions du vin, de l'huile, des fruits et pro» ductions'de la terre. On élevoît des autels, on

(1) Gloria in altissimis Deo, et in terra pax hominibus bonas voluntatis. Lux:. II, i4

(2) Connexion de l'hîst. sacrée et de l'hist. profane, tom. I. - -' ■

» dressoit des monceaux de pierres, tel que » celui que Jacob éleva pour y répandre de » l'huile et le consacrer à l'Eternel. Toutes ces# » coutumes et ces cérémonies pratiquées par » les patriarches, furent admises par les Gentils » qui d'abord ne les firent servir qu'au culte du » vrai Dieu, et qui dans la suite les transport » tèrent au culte sacrilège des idoles (1). »

Unphilosophe du siècle dernier rend à l'universalité de la religion^pitique, aussi bien qu'à son unité, un témoignage d'autant plus remarquable qu'assurément on ne soupçonnera pas qu'il ait été dicté par des préventions favorables au christianisme. « Ce qu'il y a de certain , dit-il, » c'est que plus on approfondit la religion des » différenspeuples, plus on se persuade qu'il n'y » en a encore eu qu'une sur toute la terre (2*). » Il ne sauroit entrer dans notre plan de rassembler les autorités innombrables qui prouvent la vérité de cette proposition. Nous en offrirons assex cependant, et plus même qu'il n'est nécessaire , pour convaincre tout homme raisonnable et de bonne foi.

Je crois en Dieu, père Tout-Puissant 3 créa

(1) Nouv. démonst. évangél. tom. I, p 98 et 99. (a) Lettres américaines, par M. le comte J. R. Carli; note du traducteur, tom. I,i3.

« PredošláPokračovať »