Obrázky na stránke
PDF

ciens documens, ce prince fut tué par un coup de tonnerre avec plusieurs de ses sujets, pendant qu'ils adoroient leur idole appelée CromCruad (1).

Suivantles manuscrits de Cashill, de Théamor et d'Armagh , cités par Warens, Léogare , roi d'Irlande, adoroit, avant d'être converti par saint Patrice, une divinité nommée Kean Kroitki, le chef de tous les dieux (2). Ainsi l'idolâtrie, en corrompant le culte antique , n'avoit pas effacé l'idée d'un Dieu suprême.

Il y a plus : le savant Butler nous apprend qu'il subsiste encore, dans la langue gallique, des monumens par lesquels on voit que trèsanciennement les Fileas formoient en Irlande une espèce d'ordre politique et religieux, respecté, d'un consentement unanime, au milieu même dés guerres civiles les plus acharnées, et qui, après avoir subi une réforme au premier siècle de l'ère chrétienne, reçut une ample dotation en maisons et en fonds de terre. Uniquement occupés de la culture des connoissances et de l'éducation de la jeunesse, les Fileas découvrirent et montrèrent la corruption des doc

(1) Voyez Gratian. Lucius; Keating; O'Halloran; O'Flaherty; Chr. Dublin; etMac-Geoghegan, Hist. d'Irl. (a) Caput omnium deorum. Antiq. hibern., cap. V.

trines enseignées par les druides. Un roi nommé Cormac O'Quin se joignit à eux pour attaquer cet ordre de prêtres. Il se déclara publiquement contre le polythéisme, et pour l'adoration d'un Dieu unique, tout-puissant , miséricordieux , créateur du ciel et de la terre. L'exemple de ce monarque et les instructions des Fileas, préparèrent les esprits à la réception de l'Evangile , qui fit de bonne heure en Irlande des progrès très-rapides (1).

(i) In the documents still preserved in the native language of the ancient Irish, we learn that, after the reforni inadeof the orderof the Fileas in the first century,houses and ample landed endowments were set apart for those philosophera, who in the midst of the most furious civil wars, were by common consent to be heft undisturbed; that they were tobe exempt from every employment, but that of improving themselves in abstract knowledge, and cultivating the principal youths of the nation in their scrveral collèges; that in the course of their researches, they discovered and exposed the corrupt doctrines of the druids, and that an enlightened' monarch called Cormac O'Quin took the lead among the Fileas, in the attack upon that order of priestâ, and declared publicly for the unity of the godhead against polytheism , and for the adoration of one suprême, omnipotent , and merciful Creator of heaven andearth. The cxample of that monarch, and the disquisitions of the Fileas relating to religion and morality, paved the way for the réception of the gospel; and as the doctrines of our Saviour made

r

Les effets d'une institution aussi remarquable quecelledes Fileas, dévoient s'étendre au-dehors du pays où elle étoit née; et l'on peut juger par cet exemple du soin que la Providence a pris de ménager aux hommes, dans tous les siècles, le moyen de connoître les vérités nécessaires au salut.

L'histoire des Scandinaves en offre plusieurs preuves touchantes. Rolf, roi de Danemarck, invité à sacrifier à Odin, répondit qu'il méprisoit ce mauvais génie , et que jamais il ne le redouteroit (1).

Je supplie et je conjure celui qui a fait le soleil, de rendre ton entreprise heureuse, disoit Giest à son neveu., qui s'embarquoit pour le Groenland.

Un guerrier célèbre, nommé Thorstein , disoit , en parlant de son père : Il recevra sa récompense de celui qui a fait le ciel et l'univers 3 quel qu'il puisse être. Une autre fois , ayant fait un vœu au Dieu qui a créé le soleil, il ajouta que sa puissance devoit être infinie pour avoir produit un tel ouvrage. On remarque que toute la famille de ce guerrier faisoit profession de ne croire qu'au suprême Auteur du soleil.

the quickest progress among civilised nations, the conversion of Ireland in a Shorter compass of time than we read of in the conversion of any other european country, brings a proof that the natives were not the rude barbarians some anciént authors hâve represented them to be. The tives of the fathers. martyrs, and other principal xaints, etc. By the Ri Alban Butler. July VI, life of S. Palladius , roi. Vil, p. 55, not. a. London, 1812. (1) Mallet, Introduct. à l'hist. du Danemarck, p. 96. (1) Ibid., p. 97,98.

Torchill , juge suprême d'Islande , et respecté de tous ses compatriotes , se voyant près de sa fin , 6e fit étendrç le visage tourné vers le soleil; et, après être resté quelques momens dans une espèce d'extase , il mourut en recommandant son àme à celui qui avoit créé le soleil et les étoiles.

Harold aux beaux cheveux, roi de Norwége , étant encore jeune , osa dire , dans une assemblée générale : Je jure et je proteste que je n'offrirai jamais de sacrifice à aucun de ces dieux que le peuple adore , mais à celui-là seul qui a créé ce monde et tout ce qu'il renferme (1).

Tous les peuples septentrionaux (a), les Scrilines , à présent Lapons-Danois , les autres Lapons , les Finlandois (3), les habitans de la Nouvelle-Zemble(i) et de la Samogitie (2), ont tous admis un Dieu suprême. Encore aujour-> d'bui « les païens qui sont dans l'empire de » Russie reconnoissent un Être éternel, qui a » tout créé et qu'ils adorent sous différentes » idées et représentations (3). » Les Samoïèdes le nomment Heiha (4).

(2) Cérémon. relig. tom. VI, ch. II.

(3) Il§ adoroient autrefois Jumata comme dieu souverain; et Jumata, parmi ces peuples, est eucore aujourd'hui le nom de Dieu. Ibid. ch. III.

Nulle part on ne l'ignoroit.. Les anciens Zabéens , et les Arabes, avant l'introduction du christianisme , adoroient des intelligences qui présidoient aux astres ; mais ils ne confondoient point ces dieux créés avec le Dieu suprême , avec le Dieu des dieux (5) et le Seigneur des « seigneurs (6).

[graphic]

(1) Ils nomment le dieu qu'ils adorent Tuira, c'est-à-. dire, créateur. Martinius, au mol De us.

(2) On adoroit dans la Samogitie un grand nombre de dieux, mais le plus grand de tous étoit Auxlhéias Vissagistis, c'est-à-dire, le Dieu tout-puissant. Le Laboureur, Voyage de Pologne , p. 253.

(3) Descript. del'emp. russe, par le baron de Strahlenberg, tom. II, p. 20.

(4) Voyages de Le Bruyn par la Moscovie, tom. I, p. 12.

(5) Deus deorum dominus locutus est. Ps. XLIX, 1. Daniel, XI, 36. Dominus dominorum est. Àpocal.,

XVII, >4

(6) Sacella esse eorum cultoribus septem ptanetarurr*

« PredošláPokračovať »