Obrázky na stránke
PDF

Phérécide retrouva cette doctrine dans la Phé

corpora, haecque esse substantiarum spiritunlium seu in

telligentiarum habitacula Haec sidéra dominos et deos

esse, Deum autem supremum dominum dominorum. Brucker, histor. critlc. philosoph. lib. II, cap. V , loin. I, p. 224- They do not only believe one God, but produce many strong arguments for his unity; though they also pay an adoration to the stars, or the angels and intelligences wich they suppose réside in them, and govern the world under- the suprême Deity.... The idolatry of the Arabs then , as Sabians, chiefly consisted in worshipping the fixed stars and planets, and the angels and their images, winch they honoured as inferior deities,and whose intercession they begged, as their mediators with God. For the Arabs acknowlegded one suprême God, the Creator, and lord of the universe, whom they called Allah Taâla, the most high God. TheKoran translated into english, by George Sale, tmn. I, Disc, prelim. sect. I, p. 19, 20. London, 1764. « Ces intelligences motrices et directrices » des astres étoient, selon la doctrine orientale, émanées » du premier Être; le culte qu'ils leur rendirent ne leur » fit point oublier l'Etre souverain; leur crime fut de lui » avoir associé des créatures dans les honneurs qui n'é» toient dus qu'à lui. » Origin. de l'idolât. chez les Phénic. par M. l'abbé Mignot. Mém. de l'académie des Inscriptions, tom. LXV, p. 60. —Biblioth. britannique, Juillet, i?34art. 5. — « Au temps de Mahomet, les Arabes idolâtres » croyoient à un Etre suprême, le Créateur et le Maître de » l'univers; mais ils adoroient des divinités inférieures, » dont ils imploroient l'intercession comme celle d'êtres » médiateurs avec Dieu. » Edouard Byan, Bienfaits delà

nicie (1). Les Assyriens adôroient Adad ou le dieu Un (2). Bel étoit aussi originairement le nom du Dieu suprême (3). Dans sa Théogonie ,

relig. chrét., tome II, ch. IV, p. 5. On voit par leur ancienne formule qu'ils adôroient principalement le Dieu suprême : « O Dieu! je me voue à ton service; je me » voue à ton service, ô Dieu ! Tu n'as de compagnons que » ceux dont tu es le maître absolu; tu es le maître de tout » ce qui existe. » Remarques sur l'hist. génér., p. 37, édit. de 1763.

(1) Non ipse primus ( Anaxagoras ), sed Thaïes ante eum, Xenophanes, aliiqae, mentem illam, supremum videlicet Deum, principio et fine carentem prœdicârunt. Pythagoras imprimis, Chaldaeorum et Egyptiorum doctrinis instructus, Deum agnovit, eumque unum totum in sese, principium universorum atque opificem, mentem omnia pernieantem, omniumque moderatricem. Parenti suo et auctori Pythagoras assensa est tota italica schola: quemadmodùm et habuerat ipse, quem sequeretur Pherccydem qui Dei notitiam ex arcanis Phœnicum libris comparaverat. Huet, Alnet. quœst. lib. II, cap. I,p. 98.

(2) Macrob. Saturn., lib. I, cap. XXIII. Schedius (in hune loc.) pense qu'il faut lire Achad ou Ahad, ~\XX& unus. Rex deorum Adodus , dit Eusèbe, Prœpar. Evangel. tlb. I, c. X, p,38.

(3) Belus primo summum rerum gubernatorem Deum optimum maximum denotabat; grassante verô hominum errore ad idola transferebatur. Selden, de dits syr. synt. lib. II, c. 1.

Sanchoniaton parle du Dieu très-haut (1) , qui étoit le père du ciel. Les Chaldéens croyoient , selon le témoignage de Diodore , « que l'ordre » et l'arrangement de l'univers étoit l'ouvrage de » la sagesse divine, et que tout ce qui se fait à » présent dans les cieux est l'effet, non d'un » mouvement fortuitet spontané, mais d'un choix » libre et de la volonté constante des dieux (2). » Diodore dit des dieux, et non de Dieu; car, outre la Divinité suprême , les Chaldéens admettaient des dieux d'un second ordre, qui étoient les ministres, les interprètes du grand Dieu (3), dont Philon dit positivement qu'ils reconnoissoient l'unité (4).

Les philosophes orientaux étoient divisés en plusieurs sectes. « Cependant il faut observer , » dit Mosheim , que comme toutes ces sectes

[ocr errors]

» partoient d'un principe commun , leurs divî» sions n'empêchoient point qu'elles ne s'accor» dassent sur certaines opinions touchant la, » Divinité , l'univers, le genre humain , et plu» sieurs autres sujets : elles reconnoissoîent » toutes l'existence d'une nature éternelle , qui » possédoit la plénitude de la sagesse , de la » bonté et de toutes les perfections, et dont au» cun mortel ne pouvoit se former une idée » complète (1).»

Anquetil du Perron a prouvé que les Perses reconnoissoient l'unité de Dieu (2), créateur de l'univers. C'est aussi le sentiment de Hyde (3). Suivant Mohsin Fani, « la religion primitive de » la Perse fut une ferme croyance dans un Dieu » suprême qui a fait le monde par sa puissance » et le gouverne par sa sagesse; une crainte » pieuse de ce Dieu , mêlée d'amour et d'ado» ration ; un grand respect pour» les parens et J vieillards , une affection fraternelle pour tout

[ocr errors]

» le genre humain, et même une tendre com» passion pour les animaux (i).»

A cette religion succéda le culte de l'armée du ciel (2) ef ensuite le culte du feu, adopté et modifié par Zoroastre. « Dieu , disoit-il, existoit de » toute éternité et étoit comme l'infini du temps » et de l'espace. Il y avoit dans l'univers deux » principes, lebonetle mauvais rl'unsedésignoit » par le nom d'Hormuzd, ce qui dénotoit l'agent » principal de tout ce qui étoit bien; et l'autre » sirimane (3), le seigneur ou chef du mal.. Les

ce témoignage, qui est conforme à celui d'Hécatée dans Diogène-Laërce. Vid. et. Prideaux, Hist, des Juifs, partiel, lih. IV.

(1) Hist. de Perse, par sir John Malcolm, tom. I, p. 273. Anciennement les Perses n'avoient, suivant Hérodote, ni temples ni statues de la Divinité. Herodot. lib. /, c. i3r.

(2) Le livre sacré appelé Dussateer est rempli de morceaux à la louange du Créateur, à celle du soleil, de la lune et des planètes. Son contenu se rapporte évidemment à une époque à laquelle les Persans adoroient Dieu et les planètes ou l'armée du ciel. Hist. de Perse, tom. I, p. 272.

(3) Mosheim a cru que, selon la doctrine de Zoroastre, Arimane étoit originairement bon. « Alterum (numen) » rébus noxiis et perniciosis delectaretur, non tam Dei » maximi quàm suâ ipsius culpâ et vitio. » System, intellect. Cudw. tom. I, p.'SSiy n. Anquetil du Perron a

« PredošláPokračovať »