Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

ple,

N ne donne iamais de mauvais exem

, que l'on n'en ayt auffi toft du repentir & de la douleur. La premiere punition de l'iniustice vient de celuy meline , qui l'a commise. La faveur, qui a corrompu les fuffrages du Preteur, ne peut corrompre le témoignage de sa conscience, qui luy reproche d'avoir eu trop de complajsance, lors qu'il devoit estre severe.

Ah mon cher Calvinius !. fi vous sçaviés, combien la perfidie de voftre ami paroist deteftable à tout le monde. Mais enfin , vous n'estes pas réduit à un revenu fi mediocre, que vous ne puissiez fupporter cette petite: perte. Aprés tout, vostre accident n'est pas fort rare. Combien

y en a-t-il, qui l'ont: éprouvé 3. C'eft: un mal-heur , qui e& devenus

commun; & d'ailleurs ce n'est pas un des plus grands , que la fortune puiffe nous envoyer.

Moderons donc nos plaintes: un homme raisonnable ne se laisse

pas emporter

à la douleur. Son déplaisir ne doit pas estre plus grand que le mal. Quoy, ne pouvez vous souffrir avec quelque constance le plus perit, & le plus supportable de tous les maux? Voftre bi. le est roure enflammée, de ce qu'un de vos amis ne vous rend pas un depoft.

Eft il possible d'eftre né sous le Consulat de Fonteius, d'avoir soixante années derriere soy, & d’eftre eftonné d'une infidelité. Il est bien difficile d'avoir eu l'usage de tant de choses, & de n'en estre pas devenu plus habile. Je fais grand cas de la sagefle, & de toutes les divincs instructions qu'elle donne dans les Livres des Philosophes. Je sçay bien que c'est elle, qui est victorieuse de la fortune. Mais enfin, i'estime aufli

que

c'est un grand bonheur d'ayoir appris par son experience co que c'est que la vie, que l'on en doit supporter les mal-heurs, & que c'eft cn vain que l'on voudroit secouer le ioug, qui est imposé à tous les hommes dés leur paillance.

Quelle Feste est assés grande, pour n'y découvrir pas un vol, une tromperie, unc infidelité, quelque crime que ce soit , pourveu qu'il soit utile , enfin des richesses acquises ou par violence,

ou par empoisonnemens.

-

Tritus, ego è medo Fortuna ductus acervo,
Ponamus nimios gemitus, flagrantior æquo
Non debet dolor effe viri, nec vulnere maior.

Tum quamvis levium minimam, exiguamque

malorum
Particulam vix ferre potes, spumantibus ardens
Visceribus, facrum tibi quod non reddat amicus
Depositum stupet hæc.qaiiam poft terga reliquit
Sexaginta annos Fontejo Confule vatus ?
An nihil in melius tot rerum proficis sisu?
Magna quidem facris quæ dat præcepta libellis
Vi&rix Fortunæ Sapientia, Dicimus auteur
Hos quoque felices , qui ferre incommoda

vita

Nec jactare jugum vita didicere magistra.

Quatam festa dies, ut ceffet prodere Perfidiam , fraudes, atque omni ex crimine la

crum

Quefitum, de partos gladio , vel pyxide nusja

mos?

Rari quippe boni, numero vix sunt totidem,

quot
Thebarum portæ, vel divitis ostia Nili.
Non &tas agitur, pejoraque fecula ferri
Temporibus,.quorum sceleri nonjnvenit ipfa
Nomen, et à nullo pofuit natura metallo..
Nos hominum, Divumg; fidem clamore ciemus;

Quanto Fessidium laudat vocalis agentem
Sportula. Dic senior bulla dignissime, nescis
Quias habeat Veneres alicna pecunia ? nescis
Quemtua fimplicitas risum vulgo Woveat, com
Exigisa quognam ne pegeret, es putet utlis.
Esse aliquod numen templis, araque rubenti?
Quondam hoc indigene vivebant more, prins-

quam
Sumeret agrestem posito diademate falcem:
Saturnus fugiens, tum cum virguncula Fund;
Et privatus adhuc iders Fuppiter antris.-
Nulla fuper nubes convivia cælicolarum,
Nec

puer Iliacus, formosa nec Herculis uxor Ad cyarhos, & jam ficcato neftatetergens ....

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

tes

Les gens

de bien sont rares; & leur nombre est à peine aussi grand, que celuy des Portes de Thebes, ou des embouchures du Nil. C'est maintenant le neufiém âge du monde.Carnotre fiecle est bien au delà des crimes de l'âge de fer. La nature ne peut plus donner aucun nom à nos desordres, & clie n'a point allés de metaux pour exprimer iusques où va nostre corruption. Et nous appellons à témoin les Dieux & les hommes! nous poussons d'aussi grands cris, que l'on en eutend aux plaidoyers de Fæsidius, qui donne des gages

à ceux qui y viennent luy donner louanges.

Mais dites - moy, Calvinius, meriteriés. vous pas d'estre traité en enfant, de ne sçavoir pas à vostre âge, combien l'argent d'autruy a de charmes. Ne voyés - vous pas que l'on se moque de vostre fimplicité, lorsque vous voulés vous persuader qu'un faux iurement est un grand crime, que l'on doit craindre les Dieux, & presenter des Sacrifices à leurs Aurels. Les premiers peuples d'Italie vivoient autrefois de cette sorte, avant qie Saturne euít mis bas le Diademe, pour s'en. fuir , lorsque lunon estoit petite fille, & que lupiter n'estoit point sorti des cavernes obscures du mont Ida. Lorsqu'il n'y avoit point de ces grands feftins au Ciel, que l'on n'y sçavoit point ce que

c'estoit que

se faire verter du nectar par un ieune garçon ou par une Tome II.

С

« PredošláPokračovať »