Obrázky na stránke
PDF
ePub

1

Respue quod non es. collat sua munera cer

do: Tecum habita ;. noris quam fit tibi curca su.

pellex.

Finis quarta Salyre.

Sij

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

qui de

Styli dotibus

erant

id

Prima pars Satyræ verba Scoïci con

tinet monere quidem videtur Persium fuum Discipulum, ac factum poftea Gbi chariflimum. Sed vitia Poëcarum , quotquot

cemporis, callidè perstringit. Cui in altera parte Respondere Persius itidem videtur ; & dum fui Scyli rationem reddit, pergit ingenioso Satyræ contextu Styli tumorem repr-hendere. Sed Magistrum suum tam grato animo profequitur , ut se non iniquum veræ virtutis judicem probet. Quò majorem fidem

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

C'est un Celebre Stoicien, qui parle d'a

bord, comme s'il vouloit donner à Perfe; qui avoit esté de ses Disciples, & qui estoit fon ami, plusieurs avis sur le Style. Mais il n'y a point de deffauts des Poëtes de son temps , dont il ne face une fine raillerie. Perse parle à son tour, & comme s'il rendoit compte de su ma. niere d'écrire il continue à condamner le Style enfté. Il n'y a rien de plues 0bligeant que les remerciements qu'il fait à fon Maistre , faisant bien voir qu'il sçavoit reconnoistre le merite il estoit. Il se rend plus croyable par ce tour ingenieux, lorsqu'il se moque enfuite de la folie des hommes , qui ne connoiffent

pas ce que

c'est
que

la liberté. Il en
parle fort au long

au long selon les maximes des Stožciens.

[ocr errors]

l'Est la coûtume des Poëtes de deman

der à Apollon tout ce qu'il y a de voix & de force sur le Parnasse, quand ils

prepa. rent le recit

pompeux d'une Tragedie, ou la description d'une bataille.

Mais pourquoy fairiés-vous la mefme chose. Les matieres, que vous traités, demandent-elles que vous ouyriés la bouche si grande? Que ceux, qui entreprennent quelque chose de grand, qui veulent representer les fureurs de la vengeance, & les funeftes repas de Thyeste, & de Procné, aillent sur le Parpaffe chercher tout ce grand amas de paroles enflées, qui se diflipent en l'air, comme la fumée. · Quel sujet avés-vous d'enfler vostre manie. re d'écrire , & d'eftre comme un de ces louf. Seurs qui se mettent hors d'haleine dans une forge , pour

du vent? Vous n'eftes point de ces Poëtes, qui ont toûjours je ne sçay quelles forises à marmoter , qui disent des extravagances avec gravité, & qui révant jusques dans les Places publiques, ne prennent pas garde que tout le monde se moque d'eax

Powr prononcer vos Vers il n'est point nee

ne

faire fortir que

[ocr errors]

II2

habeas, dum vir , cujus lene , ac erga bonos propensum ingenium nosti, illudic indoctæ plebi, quæ ne capit quidem , qui sint verè lie beri. Porro Stoicorum more de lie bertate differit.

Atibus hic mes eft, centum sibi pofcere ve

ces,

[ocr errors]

TUM.

Centum ora, ó linguas optare in carmina cen-
Fabula seu mesto ponatur hianda Tragado,

Vulnera fen Parthi ducentis ab inguine ferle Quorsum hæc? aut quantas robufti carminis of:

fas
pingeris, ut par fit centeno gutture niti?

Grande focuturi nebulas Helicone legunto,
Si quibus ant Prognes, ant so quibus olla Thies,

fta
Fervebit, fæpe infølso cananda Glicoxi.
Tu neque anhelanti, coquitur dum maffa ca
Folle premis ventos : nec claufo murmure raut
Nescio quid tecum grave cornicaris inepte,
Nec fcloppo tumidas intendis rumpere baccas.

mino ,

cus

« PredošláPokračovať »