Obrázky na stránke
PDF
ePub

Negliget, iratus quod rem curtaueris; urna
Olja inodora dabit, feu spirent cinnama surdwaiting
Seu cerosa peccent cafia, nescire paratus.
Tune bona incolumis minuas ? Sed Bestius sr-

get Doktores Grajos. Ita fit postquam fapere urbi Cum pipere oso palmis venit nostrum hoc maris

expers

Fænifeca craro vitiarunt unguine pultes.

Haccinere ulterior metsas? At th,

mens

sheres

Quisquis eris, paulum à turba seductior audi, O bone num ignoras ? miffa eft à Cafare laurus Insignem ob cladem Germana pubis, of aris

Frigidus excutitur cinis.: acjam postibus arma, : Jam chlamydes regum, iam lutea gaufapa captis,

Effedaque ingentefq; locat Cafonia Rhenos: Diis igitur, genioq; ducis centum paria, ob res

..

Egregie gestas, induco. quis vet at?aude.
Va, nisi connives.Oleum, artocreasq; popello
Largior: an prohibes : dic clare: Non adeo, ina

quis, Exoffatus ager juxta eft. Age, so mihi nulla Jam reliqua ex amitis, patruelis nulla, pronepris

Nulla manet, patrui, sterilis materiera vixit,

Deque avia nihilum fupereft: accedo Bovillas, Clivumque ad Virbi: prasto eft mihi Manius

beres. Progenies terra. Quere ex me quis mihi quartus Sit pater : haut

prompte,

dicam tamen, adde c.

tiam anum,

Vnum etiam, terreeftjom filius: fo mihi ritu Afinius hic generis prope major avunculus extato Qui prior es, cur me in decurfu lampada por

CAS:

coûtume de leur donner, Il faut

preparer leur manger avec un grand soin. Ji vous admire de craindre ce que l'on dira de vous, quand vous ne serés plus que cendre

Pour vous , qui lerés mes heritiers, voicy ce que j'ay à vous dire. Retirons-nous un peu de la foule, pour parler ensemble. Mes chers amis ? Içavés vous bien la grande nouvelle: Cesar a envoyé des Lettres au Senat, pour luy donner avis de la victoire qu'il a remportée, & de la deffaite des Allemans. On prepare tout pour en faire une réjouissance publique. On ofte la cendre, qui estoit restée sur les Autels. On les appreste, pour de nouvсaux sacrifices. Cælonie loüe des Allemands, des Chars, des Calaques, des Habits, des Fourrures, pour l'appareil du Triomphe. Pour moy, je prctens donner cent couples de Gladiateurs, à la gloire des Dieux, & de l'Empereur. Qui est-ce qui s'y oppose ? Voyons : Malheur à ceux, qui n'approuveroient pas mon dessein, De plus, ie donneray un Feltin à tout le peuple. Né le voulés-vous pas ? Dites - le. moy hardiment. Nous ne vous disons

pas

cela. Que n'importe e il que vous difiés tout ce qu'îl vous plaira J'y une terre où il n'y a point de pierres. Quand ie n'aurois ouantes, ni nieces, ni cousins, ni parents: je n'ay qu'à choisir des heritiers aux premiers Villages,

OU

à Bouilles , à Virbius. Manius ne dédaigne. sa pas d'estre mon heritier. Il eft vray, que c'est un inconnu un fils de la terre. Mais f vous me demandiés à moy mesme, quel eft mon trisayeul, il faudroit que je révalse pour VOUS

le dire. Mais s'il falloit remonter un, deux degrés plus haut, je ne sçay plus ce que je dirois, finon

que

c'est un fils de la terre. Et aing Manius est mon grand-oncle, puis qu'il cft frere de celuy là, & fils de la terre comme luy

Mais d'ailleurs, je suis plus jeune que vous. Nous courons encore dans la lice de cette vie, Pourquoy demandés-vous la lampe, avant que vous soyés au bout de la carriere.

Il faut que vous me consideriés comme Mercure. Je viens à vous, coinine on le peint, la bourse à la main. Voulés vous avoir co qui y relte. La somme n'est pas entiere. J'en ay pris quelque chose; mais tout ce qui y refte , est à vous. Ne

le me demandés point ce que j'ay fait du bico que Tadius m'a legué. Ne me faites point rendre compte de ma dépense, comme à un enfant ? Ne me dices point qu'il la fauc prendre sur mon revenu ? Ne vous metiéspoint en peine de ce qui me restera. Com. ment, de ce qui me restera ?. Vous n'aurés rien du tout. Je vay tout dépenser. Oüv, je suis d'avis de me contenter un jour de Fette

Ssimo ribi Mercurius: venio Deus hac ego, ut ille

Pingitur. an renuis: vin' tu gandere reli&tis?

Deeft aliquidsummaminus mihi: fed tibi toram

eft, Quidquid ideft. Vbi fit,fuge querere, quod mihi quondam

Legarat Tadius, neu dicta repone paterna:

Fænoris accedat merces : hinc exime sumptus.

Quid reliquum eft? reliquum? nunc nunc ins

penfius unge,

Unge puer caules. Mihi festa luce coquatur

Urtica, & fifa fumofum finciput aure ;

e't tuus ifte nepos olim fatur anferis extis,

Cum morosu vago fingultiet inguine vena,
Patricie immeiat vulva ? mihi trama figura

« PredošláPokračovať »